Beckham, une marque qui rapporte gros



David Beckham aurait dit oui au PSG. Pour s’offrir l’international anglais, le club de football de la capitale a cassé sa tirelire. Mais le jeu en vaut la chandelle. Car la marque Beckham est florissante.

L’arrivée au PSG de David Beckham, en fin de contrat avec son club de Los Angeles, est conclue, affirment L’Equipe et le Parisien. L’international anglais va s’engager pour 18 mois et 800 000 euros brut mensuels. C’est bien plus que ce que gagne à l’OL Yoann Gourcuff, actuellement le footballeur le mieux payé dans l’hexagone avec 500 000 euros par mois. “Beckham est plus qu’un joueur de football, c’est une marque, une pop-star”, justifie le directeur sportif du PSG, Léonardo. De fait, c’est la “marque” Beckham que le club de football parisien vient d’acquérir. Une marque qui pourrait rapporter gros.

Ce que Beckham va rapporter à la France

Le salaire exorbitant de Beckham va faire du bien aux finances publiques. 800 000 euros bruts par mois, c’est 168 000 euros de cotisation sociales, soit un peu plus de 2 millions de recettes pour la Sécurité sociale par an. Plus 3,5 millions prélevés sur sa rémunération variable (sponsoring, merchandising, marketing, droits audiovisuels, etc.), estimée à 17 millions d’euros, la niche fiscale du droit à l’image collective (DIC) ayant été supprimée en 2010. En outre, le footballer devra verser au Trésor public un peu plus de trois millions d’euros au titre de l’impôt sur le revenu. Il lui restera quand même 4,3 millions d’euros de salaire et 13,5 millions de recettes marketing pour vivre par an.

Tout d’abord, la vente de maillots du PSG, qui a progressé significativement avec l’arrivée de stars comme Pastore, devrait rapidement exploser. Partout où il passe, David Beckham fait vendre. Lors de ses piges au Milan AC (il a effectué deux périodes d’environ 3 mois pour le club lombard), il a rapporté près de 20 millions d’euros, alors qu’on le considérait déjà en “préretraite”. Aux Etats-Unis, 250 000 maillots de son numéro fétiche – le 23 – avaient été vendues avant même son arrivée officielle. Depuis, les ventes se chiffrent en millions. En quatre ans au Real Madrid, un million de maillots floqués à son nom ont été vendus, notamment dans les pays asiatiques.

Grâce à Beckham, les dirigeants qataris du club parisien espèrent bien exporter la marque PSG un peu partout dans le monde, et notamment sur les marchés asiatiques, fans de l’Anglais. Ceci est également valable en termes de droits TV, et l’on comprend facilement la stratégie de Nasser Al-Khelaifi, propriétaire du club de la capitale mais aussi de Al-Jazira Sports. La chaîne qatarie, qui possède déjà une grande part des droits de la Ligue des Champions, ambitionne d’acquérir ceux de la Ligue 1. Avec Beckham comme ambassadeur, la tâche s’annonce aisée pour promouvoir et donc diffuser le championnat français dans le monde.

Une fortune estimée à 200 millions d’euros

L’arrivée du “Spice boy” pourrait également attirer de nouveaux sponsors au PSG. La marque automobile Kya, actuel partenaire des Girondins de Bordeaux, pourrait d’ailleurs bientôt changer son fusil d’épaule pour se lier au club parisien. Et si la mayonnaise prend au niveau sportif, ses dirigeants pourraient décider d’augmenter le prix des places, en vertu d’un spectacle d’une meilleure qualité. Même si son niveau actuel reste une grande inconnue après quatre ans passés aux Etats-Unis, l’Anglais n’a pas déçu lors de ses passages à Milan et est considéré comme un grand professionnel. L’an prochain, le club francilien déménagera au Stade de France pour cause de travaux au Parc des Princes. Soit plus de 30 000 places supplémentaires dont il faudra trouver preneur. La curiosité Beckham pourrait y contribuer.

Beckham, c’est donc la promesse pour le PSG d’augmenter ses recettes. Entre 2003 et 2007, période où l’Anglais comptait dans ses effectifs, le Real Madrid a augmenté ses ventes de merchandising de 460 millions d’euros. Sur ces recettes, l’Anglais touchera un pourcentage, sujet à d’âpres négociations depuis des mois. Ses revenus, en plus des 4,3 millions net d’impôts de son salaire annuel, pourraient donc s’élever à plus de 17 millions d’euros pour les 18 mois de son contrat. Soit au moins tout autant, si ce n’est plus, pour le club parisien.

Le business Beckham ne se limite pas aux simples revenus du football. D’énormes contrats de publicité (Adidas, Pepsi, Gillette, Motorola…) lui rapportent quelques millions supplémentaires. Sa société Footwork Productions, dont la seule activité est de gérer la “licence Beckham”, lui a versé 90 millions d’euros entre 2002 et 2009.

David ne va pas sans Victoria, sa femme. Si Paris a jeté son dévolu sur Beckham, c’est aussi pour l’image de son couple glamour, qu’on devrait bientôt voir associé à celle de la capitale. L’ex-Spice girl a également créé une marque de vêtement de luxe. En plus des deux boutiques qu’elle possède déjà à Los Angeles, elle pourrait en ouvrir une à Paris. De quoi rentabiliser un peu plus l’arrivée de son mari en France. Et peut-être aussi relancer la consommation car le couple, qui possède une fortune évaluée à près de 200 millions d’euros, est connu pour être accroc au shopping…

 

Posted by on Dec 23 2011. Filed under En Direct, Sports. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17


Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.