Droits des minorités à Maurice Une action auprès de l’Union Européenne serait la bienvenue



Les droits des minorités incarnent deux concepts distincts : tout d’abord, les droits normaux  individuels  qui s’appliquent aux minorités raciales, ethniques, de classe, minorités religieuses, linguistiques ou sexuelles et deuxièmement, les droits collectifs accordé à des groupes minoritaires.

Le terme ’Minority Rights’  peut également s’appliquer simplement aux droits individuels de toute personne qui ne fait pas partie d’une décision de la majorité. Les mouvements militant pour les droits civiques cherchent souvent à s’assurer que les droits individuels ne sont pas rejetés sur la base de son appartenance à un groupe minoritaire. Il y a de nombreux organes politiques qui prônent également les droits de groupe minoritaire.

Cela peut-être appliqué à travers des quotas réservés aux minorités ou des garanties solides de la représentation des minorités dans un État multiethnique.

Les droits des minorités ont été reconnus en premier par le Parlement révolutionnaire de la Hongrie en 1849. Ils ont été codifiés dans la législation autrichienne en 1867.

Les droits des minorités, comme s’appliquant à des minorités ethniques, religieuses ou linguistiques et des peuples autochtones, font partie intégrante du droit international relatif aux droits de l’homme. Tout comme les droits des enfants, les droits des femmes  et les droits des réfugiés, les droits des minorités constituent un cadre juridique conçu pour veiller à ce qu’un groupe spécifique qui est dans une position vulnérable, défavorisée ou marginalisée dans la société, est en mesure de parvenir à l’égalité et est protégé contre la persécution.

Le premier traité international d’après-guerre visant à protéger les minorités, conçu pour les protéger de la plus grande menace à leur existence, a été la Convention des Nations Unies sur la Prévention et la Répression du Crime de génocide.

Les normes ultérieures des droits de l’homme qui codifient les droits des minorités incluent les conventions suivantes;

International Covenant on Civil and Political Rights (Article 27),

The United Nations Declaration on the Rights of Persons Belonging to National or Ethnic, Religious and Linguistic Minorities,

Two Council of Europe treaties;

(a)  The Framework Convention for the Protection of National Minorities and

(b) The European Charter for Regional or Minority Languages, and the OSCE Copenhagen Document of 1990.

Les droits des minorités couvrent la protection de l’existence, la protection contre la discrimination et la persécution, la protection et la promotion de l’identité et la participation à la vie politique. Pour les droits des LGBT, les principes de Yogyakarta ont été approuvés par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies et en ce qu’il s’agit des droits des personnes handicapées, la Convention relative aux droits des personnes handicapées a été adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies.

Afin de protéger les droits des minorités, de nombreux pays ont des lois spécifiques ou des commissions ou des établissements de médiateur (Ombudsman) comme par exemple The Hungarian Parliamentary Commissioner for National and Ethnic Minorities Rights.

Bien qu’à l’origine, l’Organisation des Nations Unies avait traité les peuples autochtones comme une sous-catégorie des minorités, il y a toute une section du droit international consacré spécifiquement à eux, en particulier la Convention 169 de l’Organisation internationale du travail et de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones adoptée le 14 septembre 2007.

Les tentatives de codifier les droits des minorités sexuelles dans le droit international relatif aux droits de l’homme ont rencontré une forte opposition d’un certain nombre d’États membres de l’Organisation des Nations Unies.

Le rôle direct de l’Union Européenne(EU) dans le domaine de la protection des minorités nationales est encore très limité. L’UE a invoqué le droit international général ainsi qu’un système régional européen du droit international (basé sur le Conseil de l’Europe, l’OSCE etc.) et a accepté leurs normes en cas de nécessité.

Toutefois cette situation commence à évoluer. La pertinence politique de protection des minorités nationales commence à prendre le dessus. Actuellement même si une protection des minorités nationales n’est pas devenu un principe reconnu et juridiquement contraignant de l’Union européenne, la question de protection des droits des minorités nationales sont mentionnés dans plusieurs actes juridiques issues

Dans les relations extérieures, protection des minorités nationales est devenu l’un des principaux critères pour la coopération avec l’UE ou l’adhésion au bloc européen.

A partir de ce constat la question qui se pose maintenant c’est qu’en est-il de la protection des droits des minorités à Maurice, un pays qui bénéficie du soutien de l’Union Européenne.

C’est un fait que pendant des années et encore actuellement le développement de notre pays a été accompagné activement par l’Union Européenne. Aujourd’hui que nous nous trouvons à la croisée des chemins et ou les débats s’enchaînent sur l’avenir politique et économique de notre mère patrie, les minorités sont en droit de se demander s’ils ont bénéficié pleinement de ce développement.

Bien que notre Constitution garantie l’égalité de tous les Mauriciens, n’est-il pas temps de se demander si cette disposition est scrupuleusement respectée dans la pratique. Nous connaissons tous le calvaire que doit vivre les minorités à Maurice quand il s’agit de trouver un emploi, une école pour son enfant, un permis d’opération, un prêt auprès d’une institution financière, une promotion, suivre un traitement dans un hôpital public, faire enlever les ordures devant sa maison, être raccorder au réseau électrique ou d’eau potable, obtenir une allocation sociale.

Malgré les dispositions de notre Constitution, toutes les communautés ne sentent pas que leurs droits sont respectés et qu’elles bénéficient d’un traitement égale ainsi qu’une juste reconnaissance. Pour des raisons bassement politique et dans le but de diviser les minorités, le poste constitutionnel de Deputy Prime minister a été offert à un musulman alors qu’il devrait revenir à un créole. Le Président de la République, le Premier ministre, Premier le Président de l’Assemblée nationale, le vice-Président de l’Assemblée nationale, l’Attorney-General, le Commissaire de Police, le Gouverneur de la Banque de Maurice viennent tous de la communauté majoritaire et la liste est encore longue.

D’autre part, il y a plus de 150,000 électeurs créoles, minorité ethnique composant 30% de la population mauricienne, qui votent exclusivement pour des candidats issus d’autres communautés dans les circonscriptions 3,5,6,7,8,9,10,11 et 13. Après les élections ces électeurs sont renvoyés aux oubliettes y compris ceux qui soutiennent le parti ou l’Alliance qui forme le gouvernement. Ils subissent l’attitude cavalière des élus de ces circonscriptions qui les considèrent comme des citoyens de deuxième grade et qui les font subir les pires humiliations.

Il est grand temps de se battre pour la reconnaissance des minorités au sein de la Constitution et qu’il y ait des lois spécifiques qui nous protègent.

 

Posted by on Feb 14 2012. Filed under Featured, Opinion. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

1 Comment for “Droits des minorités à Maurice Une action auprès de l’Union Européenne serait la bienvenue”

  1. Catherine Boudet

    Certes, les minorités bénéficient de mesure de protection particulières. Cependant il est important de noter que ces mesures de protection sont légitimes lorsqu’il s’agit de minorités défavorisées notamment au niveau économique. Pas lorsqu’il s’agit de minorités dominantes. Or, à Maurice, plusieurs desdites minorités sont des minorités (anciennement) dominantes. Ce qui brouille considérablement le débat. Il serait sans doute utile d’examiner cette notion de minorité dominante dans le contexte mauricien…

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17


Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.