Mme Bholah: un suicide politique?



Sir Anerood Jugnauth reste l’homme de la situation

 

François Mitterrand disait: « les temps du malheur sécrètent une race d’homme singulière qui ne s’épanouit que dans l’orage et la tourmente ! »

On ne cessera jamais de le dire. « One day is a very long time in politics ». Il y a pratiquement une semaine que tous les regards étaient braqués en direction d’une alliance entre le Parti Travailliste et le MMM. C’est sans nul doute ce qui a motivé Mme Pratibah Bholah a quitter le parti du Sun Trust, le MSM pour le navire rouge. Elle a elle-même affirmé « péna l’avenir », après les turbulences survenus au niveau du remake.

Toutefois, elle a eu tort de ne pas comprendre que la politique c’est l’art d’abord de la patience. Elle faut fournir de grand effort pour être un jour au panthéon dans le cœur de vos mandants, de votre circonscription et de la population. Mme Bholah aurait s’inspirer de Pradeep Peetumbur.

L’actuel deputy-Speaker du Parlement avait démarré sa carrière en 1987 au No 4, Port-Louis Nord/Montagne-Longue. Pendant que Xavier Luc Duval se faisait élire en ouvrant la première brèche dans la citadelle mauve, il était battu.  Il se fera battre à nouveau au No 10, Montagne Blanche-Grande Rivière Sud Est en 1991. Il aurait pu légitiment aspirer à la députation en 1995 quand il y a eu la fameuse alliance PTr-MMM. Toutefois, il a été sacrifié sur l’autel de cette coalition avant de servir son parti comme président de la Mauritius Housing Company jusqu’en 2000. Malgré une déferlante annoncée raz de marée blanc-mauve, MSM-MMM, il releva défi de se porter candidat pour défendre le Parti Travailliste en s’émigrant dans une autre circonscription, c’est-à-dire le No 13, Souillac/Rivière des Anguilles. Ce n’est qu’en juillet 2005, il devient pour la première fois député de l’assemblée nationale. Soit 18 ans après le lancement de la carrière politique.

Il aurait pu se décourager, changer de philosophie ou de parti. Mais un guerrier n’a pas le droit. On plie mais on ne rompt pas.  D’autant qu’on se sait pas de quoi demain sera fait. Un député doit être avec sa circonscription dans les bons ou les mauvais moments. Le passage à l’Opposition n’est pas une honte. C’est un sens accru du devoir. Une occasion de prouver que l’idéal existe et que nos partisans croient en nous.

Si partir pour Mme Bholah est lié avec les récents évènements survenus dans le remake de 2000, c’est qu’elle doit être d’une grande naïveté politique pour ne pas sentir venir les choses. Si dans le passé, une telle démarche pour être mis sur le compte de l’absence d’un baromètre précis. Aujourd’hui, une telle excuse ne tiendra pas la route. Car, il a fallu suivre la réaction des auditeurs des radios privés, en particulier sur Top FM, pour comprendre le mood de la population sur le retour de Sir Anerood Jugnauth aux affaires du pays. Mme Bholah, n’aurait dû se fier aux belles paroles des « spin doctors » du Prime Ministers Office.

Car à peine 24 heures après sa décision, Pravind Jugnauth, le leader du MSM est venu de l’avant pour annoncer que « des contacts ont été établis entre Sir Aneerood Jugnauth et Paul Bérenger dans le cadre du Remake de 2000 ». Une déclaration de Pravind Jugnauth cet après-midi au Sun Trust après son bureau politique. Le Remake 2000 est ressuscité. En phase terminale depuis que le Mouvement militant mauricien (MMM) semblait se rapprocher du Parti Travailliste (PTr), il a repris des couleurs. Et ce  après la déclaration  du Premier ministre Navin Ramgoolam qu’il ne voyait aucune urgence à procéder à une réforme électorale telle que souhaitée par le leader mauve, Paul Bérenger. Au final, échaudé par les propos du chef du gouvernement à Trou-aux-Biches le mercredi 1er août 2012, Paul Bérenger a rétabli une ligne de communication avec Sir Anerood Jugnauth.

Son fils devait aussi souligner que le vœu de la population d’avoir SAJ à la tête du pays redresser la situation reste intact.  Le leader du parti soleil soutient que Navin Ramgoolam ne pense qu’à attirer des transfuges et ne se concentre pas sur ces dossiers importants. Selon lui, la situation est critique surtout avec l’appauvrissement de la population, la perte d’emploi. Il a aussi mis l’accent sur le law and order et le trafic d’armes.

D’ailleurs lors du Bureau Politique du MSM, c’était du « business as usual » du côté du Sun Trust, après le départ de Pratibah Bolah. Le ralliement de l’ex-député à l’adversaire ne remet pas en cause la stratégie du pays galvanisé par une vague de sympathie en faveur de Sir Anerood Jugnauth. L’ancien président sera définitivement candidat au poste de Premier ministre.

Pendant ce temps, Mme Bholah s’est contenté d’être nommé Parliamentary Private Secretary avec effet immédiat alors qu’elle aurait pu être la main droite du futur Premier ministre. Elle sera attachée au National Development Unit du ministère des Infrastructures Publiques. Un communiqué a émis en ce sens de la State House vendredi après-midi. On comprend que ce n’est que dans l’aventure que certains arrivent à se découvrir!

L’intelligence et le caractère vont être les deux éléments qui nous permettront de suppléer le manque de richesse et transcender le communautarisme dans le combat politique! Rien n’est gagné en politique, comme en amour, si celui qui vous écoute ne sent pas grandir en lui, parfois à sa surprise, parfois même à son défendant, la passion qui anime celui qui parle. Au-delà de la puissance dans les idées, l’homme politique habile a l’art de la petite phrase assassine! Et ce sera : «Bisin Jugnauth pour redresse nou pays ».Le rendez-vous de l’Espoir sera enfin fixé. Il s’agit d’un Espoir calme, lucide mais déterminé. Le fatalisme politique n’a plus sa place.

Dans le Traité de la pratique du jeu d’échecs, Siegbert Tarrasch a dit : « Il ne faudrait pas s’imaginer qu’on peut attaquer où on le désire. Dans la partie d’échecs, pour la jouer correctement, il ne faut pas faire ce que l’on veut mais ce que l’on doit, ce qu’exige la situation. Il n’y a pour ainsi dire pas de solutions multiples par la partie d’échecs, à l’exception des premiers coups où l’on a encore le choix.»

François Mitterrand disait qu”on se découvre en franchissant le portail de l’Elysée des qualités qu’on ne se connaissait pas soi-même”! Et ce même François Mitterrand disait aussi que « les temps du malheur sécrètent une race d’homme singulière qui ne s’épanouit que dans l’orage et la tourmente » !

Il y a des moments où l’Histoire doit être bousculée, où un peuple digne de ce nom ne peut continuer à vivre paisiblement à son détriment au profit de quelques uns…Et où SAJ va assumer ses responsabilités devant l’histoire…

L. MADIBA

Posted by on Aug 5 2012. Filed under Uncategorized. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.