Edito Dictature civilisée



Ce qui nous différencie de plusieurs pays du continent Africain, c’est notre façon d’avoir une dictature civilisée. Et à propos de cela, même la fondation Mo Ibrahim, qui milite pour la bonne gouvernance sur le continent Africain se fait annuellement berner en classant Maurice à la première place de son classement. Certains se réjouissent de telles performances, tout comme au sujet du prix du meilleur ministre des Finances octroyé à Xavier-Luc Duval.

Ce genre de prix ne doit pas être sujet de présention  car, que ce soit dans le cas de la Fondation Mo Ibrahim ou de Xavier-Luc Duval, Maurice avait comme adversaires la Somalie, le Sudan, nord et sud, la République Démocratique du Congo et le Zimbabwe entre autres. Les maladies tuent plus de gens en Afrique qu’en Occident mais ils tuent quand même.

La plupart des journaux ou radios de la petite Maurice ont peur de se prononcer. Soir leur propriétaire est complices des actes tyranniques et dictatoriaux de ce régime, soit ils ont peur des retombées négatives sur leur budget publicitaire. Mo Ibrahim oublie de mentionner dans son rapport qu’il n’y a pas eu d’élections municipales, de conseil de districts et villageoises depuis sept ans. Cette instance oublie aussi de mentionner qu’une touriste renommée s’est faite tuer dans un hôtel cinq étoiles et que la fabuleuse police mauricienne a échoué dans sa quête de trouver les coupables et qui perd des recrues dans des conditions bizarres.

Pas moins de 89 personnes se sont suicidées l’an dernier et 66 rien que depuis le début de 2012. Un signe que la vie est belle à Maurice, ce paradis de l’océan indien.  Sans oublier notre trophée national. Si on n’a jamais pu s’imposer en Afrique en football, Maurice demeure imbattable sur la consommation d’héroïne en se classant première en Afrique et cinquième dans le monde. Il semble que la fumée de cannabis brûlant aux Casernes a eu de l’effet sur beaucoup de personnes qui ont pour bu de dénoncer de tels abus.

Certains ont préféré aller se battre sur l’abolition de l’appartenance ethnique dans le système électoral que de voir les conditions pitoyables d’une bonne partie de la population qui n’arrive pas à manger deux fois au quotidien. Des femmes qui se prostituent, non, pas pour une dose mais pour quelques provisions et payer des factures devenues insupportables. Des banques qui se réjouissent du fait que leurs clients sont endettés jusqu’au cou. Et dans tout cela, des instances devenues des soldats identiques  au  Komitet gossoudarstvenno・bezopasnosti, le KGB de l’Union Soviétique.

Des journalistes attachés aujourd’hui au bureau du Premier ministre avec des salaires colossaux, pour effacer la vérité dans ce pays. C’est une dictature civilisée. Alors que l’opposition a finalement décider de se réveiller et de lancer son offensive, on constate que beaucoup de ses membres voient loger des affaires criminelles contre eux. Minority Voice n’existe pas pour défendre l’opposition mais pour défendre la Vérité. Avec un “V” majuscule. Minority Voice peut le faire car elle est fière de ne pas appartenir à qui que ce soit. Elle n’est pas non plus à vendre et ne compte faire aucun cadeau à aucun de ces complices de cette dictature civilisée. Les téléphones de ceux qui détestent le régime sont sur écoute, leurs mouvements suivis, leurs proches pénalisés et des institutions comme l’ICAC jouent plus un rôle de service de renseignements que de commission contre la corruption.

Minority Voice n’est pas la voix de l’Opposition mais les faits et gestes du présent régime nous poussent à dire qu’il doit se resaisir ainsi que sa bande d’incompétents.

Leevy Frivet

Posted by on Nov 3 2012. Filed under Actualités, Economie, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17


Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.