La communication, un langage de femmes



Par Leevy Frivet

Il faudra bien s’y faire Messieurs: la communication semble davantage un langage de femmes que d’hommes. La plupart des chargées de communication nouvellement recrutées sont des femmes.

A l’instar du Premier ministre mauricien qui compte plusieurs conseillères en communication dans son équipe comme Bettina Cadinouche, Zahirah Radha, Georgia Ricco-Philidor entre autres. Les politiques et autres organisations veulent de cette touche féminine car ils estiment que les femmes savent véhiculer les messages essentiels.

Une étude scientifique est venue leur donner raison car elle affirme que les femmes sont en avance sur les hommes par rapport à la communication. Selon cette étude faite par l’Université du Maryland aux Etats-Unis,  si les différences entre les sexes dans l’acquisition et le développement du langage chez l’enfant sont bien documentées, avec une tendance chez les filles à parler plus tôt et avec une plus grande complexité que les garçons, les scientifiques continuent de chercher l’origine, l’explication, voire la signification de ces différences qui donnent une avance aux filles.

Des études antérieures avaient déjà montré que la protéine FOXP2 joue un rôle important dans le développement du langage chez l’Homme comme dans la communication vocale chez d’autres mammifères.

On ignore si les décideurs mauriciens se sont basés sur cette étude pour donner de la place aux femmes dans la communication mais les principales concernées se réjouissent de leurs fonctions. Sabrina Soobrayen est responsable de la communication à Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA) et s’est vue confier de hautes responsabilités, dont écrire les discours pour le ministre du Tourisme. Ancienne journaliste, elle est convaincue, «avec tout respect pour ses collègues masculins» que la communication passe mieux avec les femmes. «Dans beaucoup d’entreprises, il y a des hommes comme responsables de communication mais je pense qu’avec une femme, la communication passe mieux et mon opinion est que le poste de chargée de communication requiert beaucoup de subtilité et de tact. Une femme est plus à l’écoute, plus à même de comprendre et à trouver des solutions. Je me réjouis du nombre de femmes qui sont maintenant recrutées comme attachées de presse notamment.»

En effet, elles sont plusieurs dont Ruzayna Beegun affectée au ministère du Commerce, Priscilla Tirvengadum au minisère des Télécommunications, Sanjana Bhagmal-Cadervalloo au ministère de l’Egalité des Genres, Bindu Boyjoo au ministère de la Fonction publique, Corinne Minerve au ministère des Coopératives et Rhena Bunwaree au ministère de l’Education tertiaire entre autres.

Plusieurs entreprises de communication ont des effectifs dominés par des femmes comme Blast Communication dirigée par Aisha Allee-Mosaheb.  Spécialiste en communications, elle est non seulement directrice mais aussi  conseillère des multinationales. En sept ans, elle a su positionner son agence et s’est fait un nom autant dans le secteur privé que dans le monde des affaires.

Madagascar est aussi un pays où les femmes ont su se faire une place dans le domaine de la communication, qui était dominé par les hommes. Que ce soit Nanou Fiankinana au Programme des Nations Unies pour le Développement ou Sandrine Andriatsimialona à la Fédération de Football à Madagascar,  elles ont non seulement réussi à s’y hisser mais ont revalorisé le poste par une touche féminine.

Sandrine Andriatsimialona est la chef du département de communication de la Fédération Malagasy de Football  et elle a su se faire respecter dans le monde du football, que ce soit sur le terrain qu’en dehors. Elle affirme n’avoir eu aucun mal à s’imposer. «C’est vrai que le foot est un sport d’hommes mais actuellement les femmes y participent également. Nous avons déjà un département de football féminin. Donc, si les femmes jouent au football et elles jouent bien en plus, en communication, je joue bien également » explique-t-elle. Sandrine ne prétend pas être mieux que les hommes mais explique la différence. «  La communication d’une femme est plus compréhensible car avec sa délicatesse, sa finesse et son sens de l’accueil, cela facilite les choses et rend plus clair le message qu’elle veut transmettre à ses interlocuteurs. Je fais mon travail avec passion depuis des années et je dois dire que la communication se passe à merveille, le football ne se jouant pas que sur le terrain mais aussi administrativement».

Il est important de comprendre que l’égalité des chances pour les femmes comme pour les hommes dans l’emploi ne doit pas être une exception mais la règle. D’ailleurs, les articles 15 à 19 du Protocole de la SADC sur le Genre et le Développement prévoient la participation égale des femmes dans plusieurs domaines, notamment dans celui de l’emploi.  Les Etats membres devraient s’en souvenir et tout mettre en œuvre pour que la situation change dans leur pays.

 

Leevy Frivet est journaliste à Maurice. Cet article fait partie du service de commentaires et d’opinions de Gender Links. 

Posted by on May 17 2013. Filed under Monde. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.