Lettre ouverte à la Directrice du FMI Madame Christine Lagarde



Madame,

L’île Maurice entretient d’excellentes relations avec le Fonds Monétaire Internationale depuis les années ‘80 – période de récession où le pays fut plongé dans une profonde crise socio-économique. Depuis, votre très estimée institution est venu à notre chevet et avec l’application de certains de vos prescriptions, l’économie Mauricienne a réussi de sortir de l’ornière pour devenir dans les années ‘90 – 2000, une économie performante que d’aucuns qualifient de ‘miracle économique.’

Avec un suivi régulier de la part de votre institution, l’économie Mauricienne a pu se maintenir et aujourd’hui, malgré la récession internationale des cinq dernières années, l’île Maurice a toujours su s’abriter grâce à sa résilience économique.

Mais malheureusement cette résilience risque de ne plus durer car avec certaines mesures prises, la menace d’un statu quo économique n’est pas à écarter. On n’arrive plus à distinguer la politique fiscale de la politique monétaire, au point où l’indépendance de la Banque de Maurice est bafouée à travers certaines manœuvres de la part de notre Ministère des Finances.

En violation de la Section 3 de la Bank of Mauritius Act – loi cadre de la Banque de Maurice – le Ministère a introduit certaines mesures législatives à travers le Finance Act de décembre 2012, pour imposer sa politique sur la Banque de Maurice. A travers une manipulation savante du Ministre des Finances, la Banque de Maurice se voit obligée d’emboîter le pas au Ministère des Finances, qui impose ses diktats auprès du Monetary Policy Committee, où le Ministre des Finances nomme trois des membres et le Premier Ministre deux. Qui plus est, toute décision prise par le MPC doit tenir compte des représentations et des recommandations qui lui sont soumises à travers un rapport.

A travers ce manège, le Ministre prend sous son contrôle à la fois la politique fiscale aussi bien que la politique monétaire. Dans un tel contexte, la Banque de Maurice n’est devenue qu’un ‘rubber  stamp’ qui n’a d’autre choix que de se soumettre aux ordres du Ministère des Finances.

Notre objectif en vous tenant au courant d’une telle situation est de demander à votre institution dans vos rapports soumis au Ministère des Finances de resituer les enjeux économiques et d’assurer que chacun assume ses responsabilités en toute indépendance sans qu’il y ait un conflit d’intérêts quelque part.

Dans l’attente d’une réponse, recevez Madame, nos salutations les plus distinguées.

Suttyhudeo Tengur

Président

8 juillet 2013

Posted by on Jul 9 2013. Filed under Actualités, Economie, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17


Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.