DISCOURS DU DR NAVINCHANDRA RAMGOOLAM, GCSK, FRCP PREMIER MINISTRE INAUGURATION DU NOUVEAU TERMINAL DE L’AEROPORT INTERNATIONAL SIR SEEWOOSAGUR RAMGOOLAM



 

Le Président de la République et Madame Purryag,

Distingués invités,

Il y a quatre ans de cela, lors de la présentation du nouveau terminal de l’aéroport, j’avais affirmé que je voulais d’un aéroport à la hauteur de ma vision d’une île Maurice moderne.

Ce soir, ce n’est pas un bâtiment que nous inaugurons. Ce soir, nous dévoilons ce qui deviendra une icône symbolisant l’entrée de notre pays au 21ème siècle. Il s’agit d’un des projets les plus importants initiés sur le sol mauricien.

Durant ces cinq dernières années, plus de Rs 14 milliards ont été investis dans la modernisation de l’aéroport international Sir Seewoosagur Ramgoolam. 

Cette aérogare – tout comme notre réseau routier et très bientôt, le projet de métro-léger – représentent la vision gouvernementale d’assurer un développement planifié et moderne pour notre pays.

 Je dois souligner que la réalisation de ce magnifique projet a été rendue possible grâce aux liens exceptionnels qui lient notre pays à la France et la République populaire de Chine.

 Ce  projet était à l’agenda de mes discussions avec le Président Nicholas Sarkozy durant ma visite officielle en France en juillet 2008.

 Car je ne trouvais pas les initiatives qu’avaient prises mes prédécesseurs à la hauteur de notre ambition. On a mis les bouchées doubles et exactement une année après, un accord de partenariat est signé entre les Aéroports de Paris (ADP) et AML à Paris en ma présence et celle de Mme Anne-Marie Idrac, la Secrétaire d’état chargée du commerce extérieur.

La signature de cet accord nous a permis de bénéficier de l’expertise de ADP – un des leaders mondiaux en développement de projets et de gestion d’aéroports.

La conception du projet a été faite par ADP en étroite collaboration avec mon bureau. Et la construction a été confiée à la China State Construction Engineering Coopération après un appel d’offres.

J’avais déjà discuté avec le Président Hu Jintao d’un possible financement de ce projet d’envergure. Nous avons donc bénéficié d’un apport financier de $260M de l’EXIM Bank de Chine à un taux d’intérêt très attrayant.

Je salue la présence parmi nous de M. Zhang Ming, Assistant Ministre des Affaires Etrangères de la République Populaire de Chine aussi bien que celle du Directeur Général des Aéroports de Paris M. Jacques Follain qui ont fait le déplacement spécialement pour cette inauguration.

Nous marquons donc aujourd’hui cinq ans d’efforts, de  collaboration et de persévérance qui ont donné naissance à ce bijou architectural et technologique, qui répond aux ambitions socio-économiques de notre pays.

La concrétisation de ce projet phare est capitale car elle projette notre pays de façon palpable sur l’échiquier régional et international. Dans un monde d’ouverture croissante, d’intensification d’échanges commerciaux et de concurrence, il est primordial que notre infrastructure soit adéquate et que notre économie soit dotée de tous les atouts pour lui permettre de réaliser son plein potentiel.

C’est dans cette perspective que des projets majeurs sont en chantier aux quatre coins du pays. Il y a donc un fil conducteur dans notre approche et une vision à long terme.

 

Mesdames et Messieurs,

 

Quel chemin parcouru depuis le petit aérodrome construit par les autorités coloniales en 1940 en pleine deuxième guerre mondiale ! Dans un premier temps, les baraquements militaires préfabriqués que nous a laissés la Royal Air Force se sont transformés en un petit terminal de pierre de basalte – la première photo dans votre carte d’invitation. L’agrandissement et la modernisation de l’aérogare prirent une nouvelle dimension après notre indépendance continua au fil des années, accompagnant l’essor de l’aviation civile et commerciale.

 Quand nous sommes devenus indépendants – il n’y avait qu’un ou deux vols par semaine sur Maurice.

Mais grâce aux efforts et à la vision de nos dirigeants d’alors, la compagnie nationale d’Air Mauritius fut créée. L’idée était de Sir Seewoosagur Ramgoolam – mais il y a deux hommes qui se sont donné corps et âme pour la réaliser – Amédée  Maingard de la Ville Es Offrans et Sir Harry Tirvengadum.

 La création d’Air Mauritius a permis à l’industrie touristique  de décoller – encore une fois grâce à des visionnaires dont Sir Seewoosagur et Sir Gaëtan Duval.

 Le flux de passagers à l’aéroport international Sir Seewoosagur Ramgoolam n’a cessé d’augmenter. Le nombre est passé de 15,000 en 1968 à un million en 1993 et  à 2,7 millions en 2012. Nous prévoyons de recevoir 4 millions de passagers dans un très proche avenir.

 Nous recevons également de plus en plus de visiteurs voyageant en jets privés. D’ailleurs, c’est pourquoi j’avais favorablement accueilli l’idée de M. Nirvan Veerasamy de nous doter d’un centre d’accueil entièrement dédié à cette clientèle spéciale. L’ouverture de celui-ci ainsi que sa mise en opération a eu lieu en 2008. Le marché lié aux jets privés s’annonce prometteur pour notre industrie touristique. Aujourd’hui nous accueillons quelques 200 jets privés par an.

 Notre nouvelle aérogare est la nouvelle image que nous voulons donner au pays, où la modernité et la technologie de pointe sont intégrées afin d’optimiser l’efficience et pour offrir un service de qualité.

 Notre particularité mauricienne n’a pas été oubliée. Nous savons tous que c’est une coutume chez nous pour les familles d’accompagner leurs proches qui prennent l’avion.

Vous vous rappelez dans les années fin 80 – début 90 – celles-ci n’avaient pas le droit d’accompagner leurs proches jusqu’au point d’enregistrement des passagers. Elles devaient même rester à l’extérieur – qu’il fasse beau ou mauvais temps ! C’était pitoyable ! J’ai aboli cette pratique au début de mon premier mandat – comme promis durant la campagne électorale.

 Et – avec la nouvelle aérogare – les familles  pourront accompagner leurs proches jusqu’à l’enregistrement. Grâce à la mezzanine spécialement aménagée, ces derniers pourront garder un contact visuel avec leurs familles jusqu’à l’embarquement.

 Ce sera le cas également pour ceux venant accueillir leurs familles, qui, maintenant, pourront voir leurs proches dès leur descente d’avion et tout cela, en respectant strictement les normes de sécurité.

 Mesdames et Messieurs,

 Je dois souligner qu’une de nos préoccupations majeures depuis le début du projet  était l’aspect environnemental. Cet aspect passe automatiquement par la prise en compte des besoins énergétiques du bâtiment. Depuis la conception, et durant les trois années de travaux, l’ensemble des partenaires ont collaboré pour construire un terminal capable de contrôler son impact environnemental. On a adopté de nouvelles technologies en harmonie avec le concept « Maurice-Ile-Durable » que j’ai lancé en 2008. 

Par exemple, les 264 panneaux photovoltaïques monocristallins présents sur les auvents du terminal permettent au bâtiment de diminuer considérablement sa consommation énergétique. Afin de faire face aux contraintes climatiques spécifiques du pays, des matériaux modernes et adaptés ont été sélectionnés pour l’enveloppe du bâtiment : acier anticorrosion, et vitrages renforcés – capables de faire face à des vents cycloniques. Trois réservoirs permettent de récupérer près de 800 mètres cubes d’eau de la pluie – représentant une économie allant jusqu’à 20% de la consommation totale du bâtiment. L’eau est recyclée pour le nettoyage, l’irrigation et les sanitaires.

Mesdames et Messieurs,

Notre aéroport est une infrastructure clé, reliant notre pays au reste du monde. Il permet à l’économie nationale de soutenir une croissance durable. C’est la raison pour laquelle le gouvernement encourage l’investissement massif dans ce secteur. Nous avons besoin d’infrastructures performantes qui soient à la hauteur de nos ambitions.

 Le revêtement et l’élargissement de la piste qui ont été complétés en début d’année au coût de presqu’un milliard de roupies permettent une desserte régulière de l’airbus A380. Plusieurs compagnies aériennes ont l’intention de desservir Maurice avec l’A380 d’Airbus dont Emirates. Et à partir de Mai 2014, nous accueillerons – à intervalles réguliers – un Boeing 787 Dreamliner de la Grande Bretagne. Ce qui nous classe parmi le club restreint d’aéroports avec un service régulier de ces gros porteurs.

La construction d’une piste d’urgence servant également de «parallel taxiway», au coût de presque 2 milliards de roupies, va fluidifier le trafic côté piste, optimisant l’utilisation de la piste.

Cette piste d’urgence avec les trois «taxiways» additionnels ont entrainé plusieurs avantages :

  • D’abord, la sécurité – En cas de fermeture de la piste principale pour une raison quelconque, les avions pourront continuer d’atterrir et de décoller ;
  • Les gros porteurs n’ont plus besoin de faire un virage de 180pour se retourner sur la piste principale avant le débarquement.

Cela permet à d’autres avions d’utiliser la piste principale sans attendre – donc un meilleur ‘sequencing’ – pour l’arrivée comme pour le départ ; et

  • Nous économisons sur le temps et nous faisons une économie importante en fuel – tout en réduisant nos émissions de carbone.

D’autres projets tels que la construction de deux aires de stationnement additionnels pouvant accueillir de gros porteurs, une nouvelle tour de contrôle dotée des dernières technologies et un pavillon d’accueil pour les visiteurs de marque seront mis en chantier très prochainement.

L’aéroport international Sir Seewoosagur Ramgoolam deviendra un important pôle de développement dans la région.  L’aménagement d’un terminal fret et port franc nécessitera un investissement de plus d’un milliard de roupies.

Toutefois, une infrastructure moderne ne peut être d’un grand apport si la qualité de prestation de service laisse à désirer. L’excellence au niveau des services est évidemment primordiale.

Mesdames et Messieurs,

Ce nouveau terminal, aussi bien que les autres projets de développement dans le secteur aéroportuaire, sont en parfait accord avec les aspirations du gouvernement de positionner Maurice comme un « hub » régional pour le commerce et les industries de service.

En ce qu’il s’agit du secteur touristique – y compris le tourisme médical qui prend de l’essor – l’enjeu est essentiel pour l’avenir de l’industrie. Celle-ci a quelque peu subi les conséquences de la récession mondiale surtout au sein de la zone Euro.

Nous devons poursuivre notre stratégie de diversification des marchés qui porte déjà ses fruits.  Grâce aux campagnes agressives de marketing que nous menons dans les pays tels que la Chine, la Russie et l’Inde, nous enregistrons une hausse dans le nombre de touristes venant des régions asiatiques. Il est bon de souligner que nous connaissons en ce moment une croissance à deux chiffres dans le nombre de touristes en provenance de la Chine. 

Mesdames et Messieurs,

Notre pays doit se tenir prêt à saisir toutes les opportunités qui accompagneront la reprise économique mondiale. La nouvelle aérogare de l’aéroport international, conçue dès le départ pour être l’une des plus modernes de la région, nous donne les moyens de franchir un nouveau palier de notre développement.

Avant de conclure, je tiens à saluer le formidable travail effectué par l’équipe technique d’ATOL, sous la supervision de son CEO, ainsi que tous ceux qui ont contribué à sortir cette nouvelle aérogare de terre. Un grand bravo à vous tous, pour votre dévouement et votre professionnalisme qui ont permis à ce projet avant-gardiste d’arriver à terme à temps et en respectant le budget alloué.

Je me suis personnellement impliqué dans ce vaste projet. Je vais prendre comme témoins :

  • M Jacques Follain, Directeur Général des Aéroports de Paris ;
  • M Bruno Mazurkiewicz, CEO d’ATOL ; et
  • Messieurs Serge Petit, Deva Thancanamootoo et tous ceux associés au projet.

Je me suis en effet assuré de la mise sur pied d’un comité à mon bureau pour faire le suivi du projet personnellement – du début jusqu’à la fin !

Ils m’ont peut être considéré comme étant trop méticuleux. Par moment, je suis sûr que certains parmi vous avez été exaspérés par mon impatience et mon insistance de tout voir, y compris le design, les couleurs, les salles d’attentes et les sofas. Mais, en fin de compte, je suis resté toujours motivé par un souci de perfection.

J’ai voulu m’assurer que cet aéroport impressionne de ceux qui arrivent sur notre sol – Si nous voulons épouser la modernité et faire de Maurice «a First World Country» – il ne faut pas oublier que ce sont les premières impressions qui comptent  et – « First impressions are lasting ».

Mesdames et Messieurs,

Aujourd’hui, j’ai aussi une pensée spéciale pour les quelques 700 ouvriers chinois et tous ceux qui ont quitté leurs familles, afin de participer à ce projet.  Je les remercie.

Je ne peux aussi passer sous silence la collaboration internationale entre les partenaires français, chinois et mauriciens, qui a conduit à un échange fructueux de connaissances et d’expertises dans le cadre de la réalisation de ce projet.

Excellences,

Mesdames et Messieurs,

Une nouvelle aventure commence pour AML, ATOL et tous nos partenaires. Leur mission sera de faire fonctionner notre nouveau terminal de sorte à ce que chaque passager – à l’arrivée comme au départ – suive un parcours fluide dans un minimum de temps, dans un environnement moderne et agréable.  Je veux que chaque passager, étranger ou Mauricien, soit traité comme un VIP.

Grâce à ce terminal qui représente un nouvel emblème pour notre pays, nous entendons faire de l’aéroport la vitrine d’accueil de l’Ile Maurice moderne et de l’authenticité mauricienne.

Je vous remercie de votre attention.

Posted by on Aug 31 2013. Filed under Economie, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.