Desdemona Cheree Cupido: Un pilier de courage et de force



Cape Town : Ma mère a commencé à se construire intérieurement dès l’adolescence. Elle était la fille aînée de deux travailleurs de la classe ouvrière sans ressources qui trimaient et vivaient dans une cité. A un très jeune âge, elle a dû prendre les devants et élever ses cinq plus jeunes frères et sœurs. Jusqu’à présent, ces derniers ont le plus grand respect pour elle et ne prennent jamais de décisions sans la consulter.

Alors qu’elle avait seulement 11 ans, le plus jeune enfant de la famille a été gravement brûlé sur le dos et le cou. Elle s’est occupée de lui, l’accompagnant à tous ses traitements jusqu’à ce qu’il soit remis sur pied. Quarante sept ans plus tard, elle était à ses côtés lorsqu’il a rendu son dernier soupir. Avec courage et force, elle l’a consolé et réconforté en lui murmurant des mots d’apaisement : « N’aies crainte, je suis là. Je ne vais nulle part. Je me chargerai de tout”. Sa présence a calmé toute la maisonnée et il a pu quitter cette terre en toute quiétude.

En tant qu’institutrice qualifiée, elle a choisi d’élever ses enfants plutôt que de travailler. Elle m’a toujours aidée avec passion et créativité lorsque je devais préparer mes projets scolaires. Je pense à un en particulier. Lorsque l’instituteur nous a demandés d’aménager une table de façon à illustrer la propreté et l’hygiène, presque toute la classe a apporté des emballages de savons et des serviettes de bains. A mes yeux, cela ne dépeignait pas le thème choisi. Ma mère était d’accord avec moi et ensemble, nous avons décidé de remplir un tube de dentifrice vide d’eau comme si qu’il était encore rempli et ma mère a réussi cet exploit. Pour moi, ce tube représentait l’hygiène de façon plus réaliste. C’est un de mes nombreux souvenirs de ma mère institutrice me demandant de fournir des efforts supplémentaires, de chercher à quitter les sentiers battus et de me battre pour mes convictions.

Nous avons connu d’autres défis. Mon père a été licencié à deux reprises et bien qu’il ait été désespéré, la positivité de ma mère n’a jamais failli. Elle était prête à tout et lorsque tout allait mal, elle nous montrait comment rebondir. Toute épreuve était pour elle une opportunité de grandir. Et c’est ce que nous avons fait.

Elle a toujours œuvré stratégiquement et économisé pour que ses filles puissent faire des études supérieures et notre remise de diplôme a été sa récompense.

Même durant sa maladie, elle s’est toujours montrée forte. Je n’oublierai jamais le jour où elle a téléphoné pour dire qu’elle avait fait un début d’infarctus. Elle le disait avec le sourire dans la voix, précisant qu’elle allait bien. Bien que devenue hémiplégique, elle restait forte et déterminée. Elle faisait des efforts surhumains pour se chausser et pouvoir bouger son pied. Bien que sa convalescence a été longue, elle n’a jamais baissé les bras. Elle refusait de dépendre d’autrui et répétait aux infirmières et au médecin qu’elle connaissait mieux son corps qu’eux.

Elle m’a toujours appris à ne pas laisser les autres me dicter ma vie. « Tu décides de qui tu veux être et où tu veux aller. N’écoute pas les opposants et les cyniques. Si tu te bats pour surmonter les défis, tu vas y arriver ».

Je suis fière de l’avoir pour maman et contente de savoir que malgré que la vie ne l’ait pas gâtée, elle est heureuse et continue à apprécier ses réalisations.

 Miltoinette Cupido est conseillère en développement humain à la South African Local Government Association (SALGA). Cet article fait partie de la série des Femmes exceptionnelles de Gender Links.  

Posted by on Sep 5 2013. Filed under Monde. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.