Malaise dans le port Rama Valaydon : «La situation est grave dans le port» …«L’avenir des travailleurs est menacé»



Le président de la Port-Louis Harbour Docks Workers Union (PLHDWU), Rama Valydon ne mâche pas ses critiques à l’égard de l’administrateur du port. Et allègue que le Managing Director de la Cargo Handling Corporation (CHC), Gassen Dorsamy est en train de passer tout son temps à magouiller avec d’autre syndicats alors que le port fait face à une situation économique considéré comme étant «alarmant». Il intervenait lors d’un point de presse cette après-midi (jeudi 24 octobre) à l’hôtel Saint Georges dans la capitale.

« Notre sécurité d’emploi est menacé car la situation dans le port est grave», devait faire ressortir le président de la PLHDWU. Ce dernier a vivement critiqué le rôle qu’est en train de jouer le ‘Management’ du port face à l’avenir de quelque 1400 employés opérant dans ce secteur. Il allègue que rien n’a été fait dans de leur intérêt et celle du port mais au contraire. « Le ‘Management’ est en train de perdre son temps à semer la division entre les syndicats du port plutôt qu’à s’atteler à œuvrer pour rehausser l’image et augmenter les transactions portuaire ».

Propos que le président de la National Trade Union Confederation (NTUC), Toolsiraj Benydin devait seconder en soulignant que le dialogue social dans le port est en train de stagner. Selon lui, le ‘Management’ a enfreint les relations industrielles dans le port. « Le port est le poumon même de Maurice et il est prioritaire de rétablir la situation et de cesser la discrimination envers la PLHDWU ».

Pour Rama Valaydon et ses syndiqués, la situation dans le port est préoccupante car les transactions portuaires sont en baisse considérable. Il dit observer que les clients ont pris une tendance a aller transborder leur marchandises vers le port de Madagascar qu’a celui de Maurice. A l’instar des compagnies Maersk et Evergreen qu’il, dit, ont déjà cessé leur activités avec Maurice. Selon lui, cette situation à pris naissance de par le fait qu’il y a un « Mismanagement » dans le port. Si on ne fait rien dans l’immédiat, l’avenir du port pourrait prendre un sale coup et les travailleurs se retrouveront sur la rue, martèle-t-il. « Alors ki nou ti bizin p célébrer nou 32 ans avec fierté, nou pe bizin souffert et vive dans la tristesse car travailler pe senti zot malsain a cause magouille, complicité ek danger ki pe vine lors zot », à souligné avec ardeur le porte parole de la PLHDWU.

Ce dernier devait vivement dénoncer la complicité allégué qu’il y a entre la direction du port et un autre syndicat et souligné que le MD du port passait son temps à « magouiller » avec une d’entre les quatre syndicats du port et créer des divisions en vue de déstabiliser le travail dans ce secteur. Il devait aussi dénoncer les mains mises politiques dans la gestion du port. « A chaque fois que le ‘Management’ prend une mesure, ils renvoient la balle au Prime Minister’s Office (PMO), disant que c’est le PMO qui à pris telle ou telle décision ». Le président de la PLHDWU à cependant lancer un appel a l’égard du ministère du travail et au gouvernement de rétablir la situation au plus vite possible. Pour lui, un Referendum serait la solution idéale face a cette « désordre totale » dans le port.

Quant au conseiller technique de la PLHDWU, Alex Marie, il à fait ressortir le besoin d’un nouveau ‘masterplan’ en ce qui concerne la gestion du port. Gerard Bertrand, négociateur au niveau des relations industriels et ancien terminal manager du port à pour sa part pointé du doigt le Professeur Vedprakash Torul, président de la Commission de Conciliation et Médiation (CCM). Il allègue que ce dernier à failli dans sa tâche et ses responsabilités à mener bien son rapport sur les sorts des travailleurs affectés dans ce secteur. Il va même de dire qu’il y a « une équipe de la mafia qui opère au sein du port ». « L’économie pays en danger et si pa prend bane mesure à temps, le port pou couler », a-t-il déclaré.

Cependant, les membres de la PLHDWU ont affiché clairement leurs intention d’aller pour un Referendum afin que la situation au port soit rétabli au plus vite. Ils comptent agir rapidement dans les jours à venir, si rien n’est fait entre temps.

Posted by on Oct 25 2013. Filed under Economie, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.