Maurice renforce ses capacités d’application des mesures du ressort de l’Etat du port



Près d’une quinzaine d’administrateurs et d’inspecteurs du Ministère des
Pêches de Maurice suivent depuis la semaine dernière une formation sur la mise en oeuvre des mesures
du ressort de l’Etat du port établies par la Résolution 10/11 de la CTOI. Ces personnes procèdent ce jour à
la mise en pratique de ces mesures au niveau administratif et opérationnel jusqu’à demain.
Cette formation organisée par la Commission thonière de l’océan Indien (CTOI) et le Programme
SmartFish de la Commission de l’océan Indien (COI) est financée par l’Union Européenne. Elle a été
également organisée dans d’autres pays de l’océan Indien afin de renforcer les capacités des Etats
membres de la CTOI en matière de contrôle au port.
En 2010, la CTOI, dont la présidence actuelle est assurée par Mon. D. Mauree, Directeur des Pêches du
Ministère des Pêches à Maurice, a adopté une résolution sur les mesures du ressort de l’Etat du port visant
à prévenir, à contrecarrer et à éliminer la pêche illicite, non déclarée et non réglementée. En effet, tout
navire qui souhaite entrer dans un port de l’océan Indien pour débarquer ou transborder du poisson ou
utiliser les installations et services portuaires, dans le cadre du mandat de gestion de la CTOI, est tenu de
fournir une demande préalable d’entrée au port à l’autorité compétente de l’Etat du port.
«Les conséquences de cette pêche illicite, non déclarée et non règlementée (INN) sont économiques mais
aussi écologiques» déclare Mon. D. Mauree, « Cette formation qui vise à renforcer nos capacités entrent
justement dans le cadre du programme national de la pêche de Maurice car il s’agit, entre autres,
d’appliquer les procédures qui permettent de refuser ou non l’accès au port et l’utilisation des services
portuaires aux navires étrangers dans le cas où ceux-ci sont suspectés d’opérer en contravention des
mesures de conservation et de gestion de la CTOI et de pratiquer la pêche INN» souligne-t-il.
La pêche INN constitue une menace mondiale pour une pêche durable et à la gestion et la conservation
des ressources de thonidés. Elle porte préjudice:
• aux lois nationales des Etats côtiers;
• aux accords internationaux règlementant les activités de pêche en haute mer et dans la zone de l’océan
Indien;
• aux efforts des Etats Membres de la CTOI pour la gestion durable des ressources thonières,
• et menace la sécurité alimentaire, la stabilité socio-économique et la productivité des pêcheurs légitimes.
«L’application des mesures du ressort de l’Etat du port est primordiale pour lutter contre la pêche INN dans
la région car on ne permet pas, entre autres, aux navires étrangers de débarquer ses captures dans les
ports de complaisance ce qui permet de bloquer l’accès aux marchés» explique Jude Talma, expert en
surveillance des pêches du Programme SmartFish.
Dans le monde, toutes les zones sont concernées, certaines le sont davantage, comme c’est le cas de
l’Afrique subsaharienne et donc de l’océan Indien.

Posted by on Nov 7 2013. Filed under Economie, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17


Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.