Communauté rasta : « Nous ne sommes pas des criminels »



Depuis lundi, la communauté des rastas à travers l’île a décidé de fumer ouvertement du gandia pour revendiquer leurs droits. Apres avoir effectué une marche pacifique au Caudan, ils ont réuni la presse au Centre Social Marie Reine de la Paix ce jeudi pour exprimer leur ras le bol. En effet, ils se disent persécuter par les forces de l’ordre pour leur appartenance religieuse. Leur porte-parole, Joseph Ambroise, souligne que la communauté rastafari ne compte pas baisser les bras. Si l’un de leur compère est arrêté, la police devra les arrêtés tous. « Nous tous pé mobiliser, si la police arrête ene d’entre nous, li pou bizin arrete nou tous », affirme Joseph Ambroise.
Ils brandissent même la menace d’entamer une grève de la faim. Plusieurs correspondances ont été adressées au Premier Ministre, à l’Attorney General et le Ministre de l’Art et de la Culture. Ils réclament la dépénalisation du cannabis. « Nu fin fatigue kachiet pou fimer. Nu pe reklam nu droit en tant ki citoyen libre. Ban autorite bizin respecter nou culture et nou religion » déclare Wendy Ravina, autre membre de la communauté rasta.
Il ajoute que le gandia n’est fumé pour des besoins spirituels. Le gandia est aussi utilisé pour préparer des infusions, des soupes, des gâteaux et possède des vertus thérapeutiques. Ainsi, ils affirment n’être pas des criminels. « Nous pas criminels, nou pas voleurs, nou pas violeurs, nou p zis rod viv nou culture en paix, laisse nous en paix » appel lancé par les membres de la communauté rasta.

Posted by on Nov 29 2013. Filed under Actualités, En Direct, Faits Divers, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17


Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.