Enquete : Qu’est-il arrivé à Emerald Heights (aussi appelé Mont Blanc Heights)?



Depuis deux ans on voit souvent défiler de nombreux procès en cour commerciale et suprême sur l’affaire Mordaunt Estates, une compagnie dont els actionnaires se battent. Minority Voice a voulu en savoir plus.
L’affaire est étroitement lie au projet Emerald Heights.
En effet en 2008 et 2009 Emerald Heights est l’un des projets phares de l’île Maurice, Rien d’extraordinaire pour le moment mais en faisant notre enquête, nous nous sommes intéresser a pourquoi le projet a été abandonné en 2010 et s’est suivi avec une perte de nombreux emplois.
La construction à Emerald Heights a été de l’avant sous la direction ferme et stable de Lord Stephen Aldridge, britannique et qui est résident à Maurice depuis 2008. Au début de l’année 2010 des progrès remarquables ont été réalisés, pour transformer la vallée du Mont Blanc, à Chamouny, Chemin Grenier.

Emerald Heights mai 2010

26 unités ont été pré-vendus et Rejuvenation PCC, sous la direction de John Mather, un associé d’Aldridge a l’époque avaient contracté pour acheter la totalité de la première phase du projet, mais en 2009 Mather a manqué d’argent, selom Lord Aldridge. Rejuvenation PCC avait payé seulement 4,2 millions de livres sterling des dix millions convenues au contrat de développement avec Mordaunt Estates Ltd et était presque un an de retard sur les paiements. Malheureusement, toujours selon Lord Aldridge, John Mather n’aurait pas respecté les accords qu’il aurait fait et le contrat de développement de 10 millions de livres sterling avec Mordaunt Estates n’a pas fait exception. Dans un email le 27 Octobre 2009, John Mather dit au sujet de Mordaunt “we need to ignore the agreements”.

Une restructuration financière est donc conclue le 15 Février 2010 dans le but de remettre la compagnie et le projet sur les rails. Un ensemble de résolutions sont adoptés à l’unanimité par les actionnaires le 15 Février 2010, mais qui fera sujet de nombreux litiges pendant quatre ans notamment parce que les nouveaux administrateurs (Kreshnaduth Mussai , Ashwin Mussai , Ian Robertson , David Gaskell et la femme Russe de John Mather qui s’appelle Lilia et plus tard Raju Juddoo) n’ont pas été légalement nommés par les dispositions de la Loi sur les sociétés et refusé d’honorer la convention unanime des actionnaires. Des questions que la justice mauricienne a souvent été invite a trancher avec Lord Aldridge qui s’est battu seul contre tous contre cela. Mais la cour mauricienne estime que ce sont des issues “purely technical in nature”!
Pourtant voilà ce que disent ces fameuse résolutions

The unanimous shareholders resolutions of 15th February 2010 obtained from the public records;

5. NEW BOARD MEMBERS
It was RESOLVED that the following be and are hereby approved:
The appointment of additional Directors:
• Ian Robertson as Chairman
• Kreshnaduth Mussai as Vice Chairman
• Stephen Aldridge reappointed as Chief Executive
Sidorova Trust and Monaco Trust may each nominate a suitable director for appointment to the Board and grant the Board the authority to appoint a nominee and, The Board be authorized to appoint Marketing and Sales Director and a Finance Director and that proper statutory filings be made with the Registrar of Companies subject to the approval of the Board of Directors.

[Note that these appointments have been confirmed as void by the operation of s137 of the Companies Act 200]

6. APPOINTMENT OF STEPHEN ALDRIDGE AS CEO OF THE COMPANY
It was RESOLVED that Steve Aldridge be appointed as CEO of the Company and that the Chairman be authorized to agree a service agreement with him, subject to the approval of the Board of Directors.

12. SALE OF SHARES BY STEPHEN ALDRIDGE
It was RESOLVED that the consideration for the sale to the EBT of the 10% holding of his shares in MEL by Steve Aldridge shall be the sum of GBP 615,000.00, which he acknowledges receiving by way of drawings from MEL, that the pre-emption rights under the constitution in respect of such share transfer be and are hereby waived and that he shall have no obligation to repay any of such drawings to MEL.

—–o—–

Board minutes 29th April 2010
7. GOVERNANCE AND REMUNERATION COMMITTEE
The proposed membership and terms of reference which was circulated among the directors were APPROVED by the Board.It was noted on 15 February 2010, the shareholders approved the appointment of Mr Steve Aldridge as Chief Executive Officer (CEO) of the Company and that the Chairman, had as authorised, discussed and agreed a service agreement with him.
The outline terms of the service agreement were circulated to the Board and all members took note of them. There being no amendment to the said terms, the Board RESOLVED that the outline terms of the appointment of Mr Steve Aldridge as CEO be approved and that the Chairman be authorised to execute the service agreement with him substantially in accordance with those terms

S’ajoute a cela un rapport par un cabinet comptable de Maurice qui confirme que tout paiement à Lord Aldridge a été signé par John Mather lui-même et ratifié à l’unanimité par les actionnaires. Pourtant les nouveaux administrateurs n’ont payer Aldridge tout de salaire depuis 2008, malgre que le contraire avait été vote a l’unanimite par les actionnaires. John Mather de son cote n’hesite pas une seconde d’insister et d’accuser Aldridge de tous les maux de la compagnie et affirme que « Lord Aldridge a pris de l’argent de l’entreprise »
Mais qui est ce fameux John Mather. Cet investisseur brittanique gere deux societes, dont
Rejuvenation PCC et un autre Melampus, initialement formés à Guernesey, mais quand ils ont été incapables de fournir leurs comptes audités à Guernsey, la Guernsey Financial Services Commission a initié une enquête sur leurs activités en liaison avec la police de Londres. Mather aurait alors mutés ses fonds d’investissements à l’ile Maurice.

John Mather se bat aussi pour le contrôle absolue de Mordaunt Estates Ltd. La bataille sera dure devant la justice mauricienne mais incroyablement mais vrai, les services d’Amba Chinien, avocat radie du barreau est retenu. De plus, comme il s’agissait d’une affaire de compagnies, le Registrar of Companies est appelée comme partie prenante dans les nombreuses litiges en cour que le chef de cette institution n’est autre que Mme Chinien, la femme d’Amba Chinien. Meme , si Amba Chinien, ne peut se présenter en cour, il est le patron de C&A Law, et envoie ses lieutenants.. A ce jour plus de Rs42million ont été réclamé à Mordaunt Estates Ltd par la société de Amba Chinien, nous ne pouvons que imaginer ce que pour !, des frais légaux, peut-être.

octobre 2013

Le 13 novembre 2013, Mordaunt Estates a demande un ordre interdissant a Lord Aldridge de se servir du nom de la compagnie. L’affaire a été debattue devant le juge Gerard Angoh Aldridge a insisté à faire valoir son droit de se défendre dans un procès intenté contre lui par les directeurs de Mordaunt mais le juge lui a ordonné de ne pas parler sur toute question de droit dans sa défense et de ne pas plaider « Vous n’etes pas un avocat » a dit le juge. Lord Aldridge a fait valoir que le droit de se défense en personne est inscrit dans la Constitution de Maurice et confirmé par le Conseil privé en 1998, lorsque les Lords ont statué:

A trial in which one party has the opportunity to address the court on the facts and the law, and the other party is denied that opportunity, cannot be a fair trial. It makes no difference whether one or other or both parties are litigants in person.
Mais le juge n’a rien voulu savoir.
De plus, Me Robin Ramburn du partie adverse s’est attaqué sur le fait que Aldridge porte le titre de Lord.
Le juge Angoh qui avait rappelé à Aldridge de ne pas sortir du contexte du litige s’est quand même permis a demandé à l’anglais si le titre « Lord » lui a été donné par la Reine. Aldridge a informé le juge que c’est un “incorporeal heriditament”. En fait, les archives généalogiques que nous avons étudiées montrent que le titre, qui était accordée par le Roi de l’Angleterre dans l’année 1086 a accordé à la famille Aldridge en 2006 ce titre a Lord Aldridge. Nous avons réussi à interroger Lord Aldridge a sa sortie du tribunal «I understand that the courts are under pressure but it has become increasingly obvious that there is more going on behind the scenes than in the court proceedings themselves. If I had been allowed to speak, my legal argument is compelling, so their only option was to gag me, if it were not so serious, it would be flattering really!”»

Lord Stephen Aldridge a donc décider de faire appel au Privy Council au sujet de ce procès et aussi la question des actes présumés illégaux des directeurs nommés, y compris la nomination d’Amba Chinien comme conseiller juridique et Raju Jaddoo en tant que directeur de Mordaunt Estates. L’anglais est optimiste et crois sincèrement qu’une décision du Privy Council en sa faveur sera également un revers pour les procédures contre lui devant la cour commerciale de Maurice.

« “It is clear that these matters will not be settled in the Mauritius Courts” Maurice », a déclaré Aldridge ».


Quelques points à noter

Melampus FOND STERLING
[a perdu près de 70 % de sa valeur sous la direction de Mather tout en lui et ses entreprises ont été payés plus de 500,000 livres en honoraires]
Investi £460 000 dans la Fond Theseus (sur SEMDEX), également opéré par Mather

La bataille de Lord Aldridge est contre

1. John Mather, qui a été reconnu coupable de la faillite au Royaume-Uni et a récemment été reconnu coupable par le Financial Ombudsman de vente abusive de l’investissement Rejuvenation PCC aux fonds de pension par son ancienne entreprise Helm Godfrey.. En effet, • l’ancienne société de Mather, Helm Godfrey fait actuellement la question d’une enquête par la Financial Services Commission concernant Rejuvenation PCC et d’autres investissements. Helm Godfrey a déjà été contraint de payer des centaines de milliers de livres en compensation.

2. Amba Chinien En 1987, le nom de l’avocat Amba Goinsamy Chinien, ( mari du chef du Registrar of Companies)
a été retiré du registre, après avoir été condamné quelque temps avant, à cinq ans de prison pour entente délictueuse afin d’exporter des devises. Puis, sa peine a été ramenée à une amende de Rs 1 000. Il a exprimé le souhait de réintégrer le registre des avocats. Mais, sa demande a été rejetée par la Cour suprême.

Posted by on Dec 5 2013. Filed under Actualités, Economie, Faits Divers, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17


Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.