Sanjeev Teeluckdharry dénonce les arrestations des avocats sur le simple base d’une allégation de leurs clients



L’avocat Sanjeev Teeluckdharry est révolté de la façon de faire de la police sur ses collègues du barreau. Dans une déclaration à Minority Voice, l’avocat estime que L’ile Maurice est devenu un état policier ou le Commissaire de Police utilise des provisional charges comme ‘colourable device’ pour persécuter victimiser et crucifier certaines personnes.
« La façon de faire de la police et ses techniques gestapo laissent l’impression qu’on est en train de vivre dans un état totalitaire qui ressemble à des pays communistes soviétiques ou à des dictatures sur le continent africain»
Il commentait l’arrestation de plusieurs personnes dont Mes Rama Valayden et Ravi Rutna ainsi que Jameel Peerally et Nitin Chinien et meme celui de Pravind Jugnauth. « Ces derniers temps, la police a procédé à des arrestations sur les « whims and fancies »du commissaire de police . Il dénonce le fait que dans les cas en question, la police a refusé d’enquêter et ne prend pas en considérations les explications de l’individu en question . « on utilise des techniques gestapo vue qu’il n’y aucune institution pour prendre les doléances des victimes des abus d’autorité policière et des arrestations arbitraires » ajoute l’avocat. Il souligne que dans beaucoup de cas il y a une triste perception que les tribunaux et le State Law Office refusent de scruter si la charge provisoire est fondée donc il y a une triste perception qu’il n’y a pas vraiment de ‘checks and balances on acts and doings of the executive namely the police’.
La loi autorise une arrestation seulement si un suspect est en train de commettre un délit en flagrant délit ou s’il y existe « reasonable suspicion » contre lui.
Reasonable suspicion veut dire que l’existence des faits et des circonstances reelles. ‘It must be founded on facts. There must be some concrete basis for the officer’s belief, related to the individual person concerned, which can be considered and evaluated by an objective third person. The facts relied on should be such as are consistent with the implication of the suspect in the crime.
An officer’s exercise of powers on reasonable suspicion must be democratic and not autocratic and the officer must make a difference between democracy and dictatorship’.” precise l’avocat
Dans ma carrière d’avocat, j’ai eu l’occasion de représenter des individus de toute couche sociale, fonctionnaires, magistrat, notaires, avocats et même policiers de tous les rangs – jusqu’au constable, sergent, inspecteur de police et même un ancien Commissaire de Police. Je peux vous dire que nul n’est à l’abri. L’une des exemples la plus evidente c’est le cas contre l’ancien Commissaire de Police, Raj Dayal. Il est important de noter qu’il a lui-meme reformulé le Standing Orders de la police pour apporter des reformes en ce qui concerne la façon et les techniques d’enquêter. Cependant, il a été lui-même, ironie du sort, victime de fausses allégations d’un certain « fabulateur », Antoine Chetty. » a declare Me Sanjeev Teeluckdharry.

Posted by on Dec 9 2013. Filed under Actualités, Faits Divers, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.