Open d’Australie 2014 – Stanislas Wawrinka bat Novak Djokovic en cinq sets



Enorme Stanislas Wawrinka. Le Suisse a battu Novak Djokovic, triple tenant du titre, 9-7 au cinquième set, mardi. Le plus bel exploit de sa carrière. Jamais deux sans trois. Mais cette troisième, Stanislas Wawrinka n’en voulait pas. Battu deux fois en cinq sets l’an passé en Grand Chelem par Novak Djokovic, le Suisse savait qu’il pouvait menacer Nole. Encore fallait-il aller au bout de cette conviction. Il l’a fait mardi sur la Rod Laver Arena, en s’imposant en quatre heures pile, 9-7 au cinquième, face à celui qui restait sur trois titres à l’Open d’Australie. Wawrinka a bouté hors du tournoi le maître des lieux. Il disputera jeudi sa deuxième demi-finale majeure de suite. Avec une vraie chance d’accéder à sa toute première finale. Sa demie contre Tomas Berdych s’annonce ouverte.

Cette victoire, sans aucun doute la plus belle de sa carrière à ce jour, Wawrinka ne l’a pas volée. A l’exception de la première manche, où il a eu du mal à trouver son rythme, le Vaudois a sorti un match de haute volée. Novak Djokovic, lui, est apparu le plus souvent crispé. Bien sûr, quand un match se termine à 9-7 au cinquième, il y a eu photo, et beaucoup de tournants. Globalement, Djokovic a dominé pendant un set et demi. Puis, dans le septième jeu de la deuxième manche, Wawrinka a réussi le break sur un point de titans. Il venait de lancer son match. Jusqu’au milieu du quatrième, le patron, c’était lui.
Et Djoko se saborda…

Mais Djokovic, jamais aussi dangereux que quand il est menacé, a poussé un gros coup d’accélérateur pour se remettre dans le bon sens et briser le rythme trop confortable de son adversaire. Wawrinka a ainsi lâché son jeu de service au pire moment, à 4-3 dans le quatrième, sur un jeu où il avait pourtant mené 40-0. Revenu à deux sets partout, le numéro deux mondial a poussé son avantage au début de la manche décisive. Il a réussi le premier break pour mener 2-1. Puis, dans la foulée, il s’est sabordé, rendant son break à Wawrinka sous la forme de quatre fautes directes. En coup droit. Le coup sur lequel il a failli mardi. Celui qui allait, encore, le perdre dans le 16e (et dernier) jeu de la partie.

A 8-7, Stanislas Wawrinka a en effet profité d’un ultime effondrement de Djoko. A 30-15, il n’y avait pourtant pas le feu à la maison serbe. Mais une faute directe, puis deux erreurs grossières au filet, toutes côté coup droit, ont scellé de façon définitive le sort de cette rencontre. Un an après sa défaite crève-cœur en huitièmes de finale, quatre mois après son échec en demi-finales à Flushing, “Stanimal” a tordu le cou à ses démons. Sur l’ensemble du match, même s’il a paradoxalement gagné huit points de moins que son rival, Wawrinka fait un vainqueur logique. Maintenant, il doit donner du sens à cette victoire majuscule en ne s’arrêtant pas en si bon chemin. Mais il lui faudra récupérer, car plus qu’un match, c’est un nouveau combat qu’il a dû livrer contre Djokovic. Mais cette fois, il en est sorti vainqueur. Et ça change tout.

Posted by on Jan 21 2014. Filed under Featured, Sports. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.