Rencontre Bheenick-XLD: le calme de retour ?



L’APEC constate que les relations entre la Banque de Maurice et le Ministre des Finances, Xavier Luc Duval, se normalisent surtout après la guerre des communiqués suivant la décision du Monetary Policy Committee de ne pas revoir à la hausse le repo rate. Chose qui est passée très mal pour la Banque de Maurice, qui dans son souci pour maintenir le taux d’inflation bas, a fait un choc frontal avec un défenseur du grande capital. Et le communiqué publié par XLD à l’issue de cette rencontre laisse planer le doute quant aux issues réelles soulevées. C’est un communiqué qui dit tout et rien à la fois.

Ce que l’APEC a toujours déploré, c’est dans aucun pays civilisé, les relations entre une institution régulatrice centrale et le Ministère des Finances ne se détériorent à ce point. Qu’est-ce que la rencontre Bheenick-XLD a accouché ? Personne ne semble le savoir très exactement. Mais l’APEC souhaite que l’intérêt de la population, surtout des consommateurs ait été pris en compte car ce qui intéresse la population c’est son pouvoir d’achat qui s’érode avec un taux d’inflation qui se situera autour de 5% d’ici la fin de l’année.

Avec un tel taux qui pénalise particulièrement ceux au bas de l’échelle, il serait difficile pour eux de joindre les deux bouts. Si l’on fait un simple calcul, un laboureur touchant un salaire mensuel de Rs. 7 400, verrait son pouvoir d’achat s’éroder de quelque Rs. 370.00. Et donc son salaire réel ne serait que de Rs. 7 030.

Avec le maintien du repo rate à son taux actuel, il est clair que le MPC ait cédé à la pression du gros capital qui cherche par tous les moyens à avoir accès au crédit bancaire à des taux des plus favorables pour financer ses projets ailleurs qu’à Maurice. Il existerait une perception que le MPC à travers sa composition soit devenu un instrument rien que pour promouvoir et protéger le gros capital et qui coûte à l’Etat la coquette somme de Rs. 3.3 MILLIONS ANNUELLEMENT.

Dans un autre ordre d’idées, il semble que personne ne s’intéresse aux excès de liquidités qui risquent de provoquer une instabilité financière. D’ailleurs, il n’y a que la Banque de Maurice qui a l’autorité d’éponger ce surplus. Mais à quel prix ? Et quand on sait que le surplus financier de la BoM se rétrécit comme une peau de chagrin on se demande si la BoM ne sera pas à genoux dans les quelques mois à venir ? En lançant des bons de trésor dont le taux d’intérêt serait déterminé par le taux du marché, ce serait les gros capitalistes qui profiterait de l’argent à bon marché au détriment du contribuable qui indirectement les subventionne.

L’APEC souhaite que les résultats de la rencontre Bheenick-XLD soient rendus publics dans l’intérêt du pays et pour rassurer et consommateurs et investisseurs.

Suttyhudeo Tengur
Président
19 février 2014

Posted by on Feb 19 2014. Filed under Actualités, Economie, En Direct, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.