Au J&J Auditorium samedi après midi Le Premier Ministre choqué par le nombre grandissant de violence envers les femmes



« La criminalité : ce n’est pas un problème de law and order mais un problème de société »

« Nous seront intransigeant », affirme le Dr Navin Ramgoolam. Toutefois, il indique que « ce n’est pas un problème de law and order mais un problème de société ». On doit impérativement éduquer la population pour qu’elle apprenne à traiter la femme différemment ajoute le chef du gouvernement.

Le Premier ministre a rappelé que c’est sous son mandat que la loi contre la violence domestique a été promulguée. Le Dr Navin Ramgoolam a insisté que la législation actuelle a pourtant été durci pour faire en sorte que dans les cas de meurtres que les accusés purgent des peines d’emprisonnement à perpétuité. Toutefois le Conseil Privé a dans un jugement en 2007 estimé que l’exécutif ne pouvait imposer cette décision sur les juges qui doivent bénéficier d’une flexibilité en raison des circonstances atténuantes.

« Il y a un arsenal légale. Mais je suis choqué par le nombre grandissant de violence envers les femmes. Les lois sur les délits sexuelles sont passible d’une réclusion pouvant allé jusqu’à 20 ans », a-t-il souligné. Tout en rappelant les méthodes archaïques d’enquête avant 1996. « Quand il y a eu l’explosion de Grand Baie, on a vu le Premier ministre d’alors Paul Bérenger accompagné d’une équipe de personne aller sur les lieux ce n’est pas normal. Idem pour la comparaison d’empreintes digitale. Aujourd’hui le service forensique a été modernisé et je dois féliciter la police qui arrive à élucider rapidement les crimes », a-t-il fait ressortir.

Poursuivant, le Dr Navin Ramgoolam a affirmé que l’étude de Gender Links en 2012 avait démontré qu’une femme sur quatre a fait l’expérience de la violence. « Souvent cela se passe devant les enfants qui sont ensuite traumatisé dans un tel atmosphère, a tel point qu’en grandissant, ils banalisent la violence », selon lui.

D’où son projet d’introduire le programme National Institute for Civic Eviction (NICE) qui bénéficie de l’apport d’un visiteur singapourien pour montrer les valeurs tels que le respect des autres, la discipline, la tolérance la dignité humaine, le devoir civique ou encore le patriotisme. Même s’il reconnaît que c’est un programme de longue haleine.

Citant la rencontre du Mahatma Gandhi avec la communauté musulmane au Taher Bagh en 1901, le Dr Ramgoolam a soutenu qu’il leur avait conseillé de donner l’éducation à leurs enfants et de s’engager dans la vie politique pour améliorer leurs sorts. Il a encouragé les femmes à prendre cette voie.

C’est pourquoi, l’alliance qu’il avait dirigée aux élections générales avait le plus grand nombre d’éléments féminins. Même celle qui n’a pas été élu à l’instar d’Aline Wong, dirige aujourd’hui la National Women Entrepreneur Council. Puis, il y a eu un changement constitutionnel pour permettant un tiers de femmes de siéger dans les collectivités locales. « Aujourd’hui la Public Bodies Appeal Tribunal est dirigée par une femme, 65 % des juges et 50% des Senior Chief Executive sont des femmes. Je lance un appel au secteur privé d’emboîter le pas »
Selon le chef du gouvernement, ce n’est temps le temps au grand discours mais la journée doit engager la réflexion pour l’épanouissement des femmes à tours les niveaux. « Je remercie toutes les femmes de notre pays qui ont contribué au succès de la nation. A quelques jours du 46e anniversaire de la République, j’appelle à un changement de mentalité surtout chez les hommes », a-t-il conclut.

Mireille Martin vole au secours de sa collègue Bappoo
En effet, lors de son discours dans le cadre de la célébration officiel de la journée internationale des femmes à Phoenix…la Ministre de l’Egalité du Genre a défendu Sheila Bappoo. Elle a, dans la même foulée, condamné l’opposition qui tente de faire croire, affirme-t-elle, que son ministère ne fait rien pour lutter contre la violence envers les femmes

Les autres réactions
Les assisses de la familles seront tenues pour une réflexion sur la violence au sein de la cellule familiale explique le Premier ministre Dr. Navin Ramgoolam. Le premier pas pour éradiquer ce problème est de changer l’attitude des policiers envers les femmes selon Paul Bérenger. De son côté Pravind Jugnauth recommande un programme pour sensibiliser les jeunes sur la vie du couple. Pour l’Union Nationale, d’Ashok Jugnauth, seule solution c’est le retour de la pendaison. Eric Guimbeau, le leader du MMSD, réclame l’introduction d’une loi pour combattre la misère et promouvoir la démocratisation de l’économie. Jane Ragoo de la CTSP se dit elle en faveur d’un retour vers l’éducation des valeurs humaines. A noter que le directeur des Poursuites publiques Me, Satyajit Boolell Senior Counsel, a formulé une série de propositions afin de mieux protéger les victimes de violence domestique. Il a déploré que plusieurs victimes ne donne pas suite à leurs démarches lors des procès devant les cours de justices. Ainsi il souhaite l’enregistrement sous caméras des dépositions pour servir comme base de preuve.

Posted by on Mar 10 2014. Filed under Actualités, En Direct, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.