L’arbre qui cache la forêt par Richard Rault



Ces derniers temps, nous sommes très enclins à nous enflammer pour les sujets politiques. Nous prêtons beaucoup attention aux moindres soubresauts de notre dernier telenovella en vogue, le koz-kozer, tandis que nous observons avec minutie le positionnement des nouveaux acteurs du jeu politique.

Cette semaine même aura vu le lancement officiel d’Ensam nou kapav. Son leader, Roshni Mooneeram, adopte des positions intéressantes et tient un langage qui veut traiter l’électeur avec plus de respect que les vociférations auxquelles les grands partis nous auront habituées. Bon vent donc à la nouvelle formation qui aura indiqué ne pas ignorer le chemin à parcourir avant d’atteindre les marches du pouvoir !

Alain Bertrand, de l’Union Populaire, aura multiplié les lettres ouvertes et les interventions sur son site Facebook, tandis que les autres nouvelles formations poursuivent leurs consultations sur le terrain. Nous avons aussi beaucoup suivi les épisodes des débats en Cour Suprême sur la nouvelle carte d’identité nationale. 

Pendant ce temps, nos bacchantes nationales indiquaient à nouveau leur intérêt pour une coalition avec les Travaillistes. Ceux-ci font toutefois mine d’être indifférents, même si en réalité, l’heure des consultations approchant, ni les Mauves ni les Rouges ne voudront laisser de chances aux électeurs de leur régler leur compte aux élections sans en avoir truqué les données au préalable.

Ils ne pourront désormais que s’allier ensemble pour ne pas partir séparément aux urnes, ou pire laisser l’un d’entre eux contracter une alliance avec le MSM, donnant ainsi la victoire à celui des deux partis qui aura convaincu les tenants du Sun Trust. 

Ces derniers, requinqués par l’arrivée de nombreuses personnalités en leur sein, sans parler des grosses foules amassées à leurs récents meetings, font mine de bouder toute approche vers eux. Les Jugnauth ont bien senti que la nouvelle donne leur avait attribué de meilleures cartes et ils entendent bien les jouer selon leur meilleur intérêt. 
Il est plus que probable aussi que des exercices de sondages soient en train d’être effectués ces jours-ci et donc, les grands partis politiques attendent d’en examiner les résultats avant de se positionner réellement, quoique les uns doivent rêver de pouvoir envoyer quelque uppercut aux autres pour leur faire mordre la poussière. 
Les dirigeants du MSM, humiliés par la rupture du Remake No2, doivent en avoir particulièrement envie, face au MMM ces jours-ci. Se sachant les pivots entre les deux autres grands partis, ils ambitionnent même de se positionner en alternative face à ceux-ci coalisés, sentant bien que la multiplication des petits partis témoigne du même rejet de l’éventuelle coalition, chose qu’ils n’incarneraient que mieux, surtout avec une alliance avec le Mouvman Liberater et le PMSD. 

Ils ne l’emporteraient pas, a priori, dès à présent, mais la dynamique ainsi créée par un éventuel échec du 60-0, programmé par l’éventuelle coalition Ptr/MMM, comme de l’échec d’emporter les ¾ des sièges dans la future Assemblée Nationale, adouberaient déjà Pravind Jugnauth comme successeur de Nuvin Ramgoolam pour les années 2020. 
Oui, nous consacrons définitivement beaucoup de nos énergies à la politique ! Il n’est pas jusqu’à l’actualité étrangère qui ne vienne soulever nos passions politiques.

Plusieurs centaines d’entre nous auront ainsi défilé devant la Municipalité de Port-Louis, en solidarité avec les Palestiniens, révoltés que nous sommes par les images des bombardements. Des centaines de civils auront ainsi été tués, leur supplice lâchement et odieusement qualifié de « dommage collatéral». 

Prenons juste garde que pendant que nous ne suivons les débats sur la Carte d’identité Nationale, les derniers épisodes du Koz-kozer ou les événements de Gaza, de n’oublier de ne rappeler à nos dirigeants de se préoccuper de l’essentiel, soit de l’économie nationale.

Le Gouvernement, comme d’ailleurs l’Opposition officielle, auront peu mis l’accent sur l’annonce de la baisse du taux de croissance économique à 3,5% pour cette année, selon le rapport de la MCB, qui attire aussi l’attention sur la baisse du taux d’investissement, sous la barre des 20% du PIB. Sans oublier la substantielle diminution du FDI cette année. Ce sont davantage les milieux d’affaires qui auront souligné ces éléments.

Tout comme ce sont la CCI et le JEC qui auront tâché d’influer, en avant-première de la réunion du Monetary Policy Committee, pour demander que le taux directeur de la Banque Centrale ne soit pas augmenté. Et de rappeler que depuis 2008, notre taux de croissance économique sera passé de 6% à 3,5% par an !

Comme pour mieux contrer la position bien connue du Gouverneur de la BOM, pour qui la lutte contre l’inflation semble plus importante que la croissance économique. Surtout à présent que Xavier-Luc Duval, qui s’opposait à son opinion et croisait régulièrement le fer avec lui, n’est plus aux finances. C’est dire du degré de confiance de nos milieux d’affaires, eux qui affichent une déprime complète, face à l’équipe dirigeante actuelle !

Rundheersing Bheenick aura bloqué la vis du MPC sur le taux actuel, tout en avertissant que le taux d’inflation de 4% devait être inversé, parce que nuisant surtout aux plus pauvres. C’est certes vrai, mais on a surtout envie de lui rappeler que le taux de chômage est de 7,7%, surtout chez nos jeunes et qu’il n’y a pas pire catastrophe pour les plus fragiles d’entre nous.

Comment s’étonner alors que plus de 80% de notre jeunesse ne veuille partir s’établir à l’étranger ? Comment trouver bizarre que tant de nos jeunes diplômés ne refusent de revenir au pays après leurs études ? 

Les mêmes milieux d’affaires, dans le domaine touristique cette fois, seront également montés au créneau pour demander la baisse du billet d’avion qui demeure l’un des plus chers au monde pour ce qui est du comparatif prix/distance. 

Alors que le palier du million de touristes semble enfin pouvoir être franchi cette année, les hôteliers et agences de voyage rappellent, à juste titre, au ministre Sik Yuen, que le verrouillage d’Air Mauritius sur le prix du billet d’avion, dont les scandaleux tarifs sur la Réunion et Rodrigues, pour ne mentionner que ceux-ci, plombe toute croissance véritable dans leur secteur.
Ils indiquent que ce sont eux qui auront consenti aux efforts pour soutenir le secteur, à coup d’initiatives sur le All inclusive ou les prix mauriciens etc., cependant que la compagnie aérienne nationale, fort de la caution gouvernementale, se sortait de l’ornière du hedging, pour renouer avec la profitabilité sans rouvrir les destinations qu’elle a laissé le soin à d’autres de desservir. 

Les milieux touristiques précisent fort justement aussi qu’il leur faudrait encore 400,000 nouveaux touristes pour remplir leurs chambres de façon optimale alors même que le cap du million d’arrivées ne leur apportera pas de revenus supplémentaires, eux qui auront baissé leurs prix tandis qu’Air Mauritius augmentait les siens. 

Dans une période où nos ministres sentent qu’a disparu le chien de garde, que devrait être l’Opposition, à commencer par son leader, surtout prompt à distribuer les mauvaises notes à ceux de son camp et à caresser le Gouvernement dans le sens du poil, pour ne pas dire autre chose, nos ministres ont les coudées franches pour agir à leur guise et se la couler douce.

En fait, on les entend à peine. Quelques exceptions méritent d’être soulignés : Ainsi Vasant Bunwaree, sur la question de la recrudescence de cas de violences scolaires, Shakeel Mohamed sur la grève des transports publics ou encore Michael Sik Yuen et Nicholas Von Mally dans le cadre des consultations pré-budgétaires.

Le dernier nommé aura bien opéré la transformation du ministère de la pèche pour promouvoir la toute nouvelle industrie aquacole et la constitution des premières fermes marines, pour la production de poissons et de crustacés.

On constate que c’est le secrétaire financier qui reçoit les ministres dans le cadre des consultations susnommées. C’est clair que nous n’avons vraiment plus de Grand Argentier ! Autant l’embrigader et s’en servir à bon escient donc : encore heureux que nous ayons de tels fonctionnaires pour tenir la maison, parce que les responsables politiques sont généralement aux abonnés absents.

Et, en plus, leurs surveillants sirotent le verre de Blue Label ou le grand cru millésimé en leur compagnie, au lieu de les rappeler à leurs devoirs. Faudra-t-il que la maison prenne feu pour que les choses bougent enfin dans la bonne direction ?

Posted by on Jul 19 2014. Filed under Actualités, En Direct, Featured, Politique. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.