Livre de Valérie Trierweiler : une véritable ruée en librairie



Depuis ce matin, une déferlante liée à l’ouvrage de l’ex-Première dame de France touche les librairies. Merci pour ce moment effectue un démarrage en trombe, bénéficiant d’un effet de curiosité conséquent. Reportage à Paris.
Que ce soit pour les grandes enseignes culturelles comme la Fnac ou les petites librairies, Merci pour ce moment s’annonce comme l’événement de cette rentrée littéraire. La Fnac Saint-Lazare ne s’y est pas trompée. Impossible de rater le livre de Valérie Trierweiler, placé juste en face de la sortie de l’escalator qui accède à la librairie. Situé au rayon «Actualité», l’ouvrage se tient à côté des livres de John Green, la dernière coqueluche des jeunes lecteurs avec Nos étoiles contraires.
Jeudi matin, les ouvrages étaient à peine disposés sur les rangées (on en compte 8) que déjà les curieux se précipitaient pour les feuilleter. Ou les acheter. C’est le cas de Françoise, retraitée de 69 ans qui tient son exemplaire en main et explique son intérêt: «C’est intéressant de connaître la vie d’une femme qui a surmonté une telle épreuve.» Et elle n’est pas la seule intéressée. En vingt minutes, près de dix clients s’emparent du livre, emportant parfois jusqu’à deux exemplaires «pour le partager en famille.» Au-delà d’un simple effet de curiosité, c’est le personnage Valérie Trierweiler qui passionne. «C’est une femme libre» raconte Hervé, 53 ans. «Je ne comprends pas qu’on lui jette la pierre. Elle a quand même été chassée de l’Élysée. Je veux acheter le bouquin car je le trouve passionnant.»
«C’est intéressant de connaître la vie d’une femme qui a surmonté une telle épreuve.»
Une lectrice
Et la passion se déplace même du côté des libraires indépendants qui ont vu les demandes affluer alors que certains n’avaient pas encore reçu le livre jeudi matin. Certains commerçants, bien conscients du futur succès de Merci pour ce moment, le placeront bien en évidence à l’entrée de leur boutique pour attirer des regards curieux. Même si, dans la profession, on regrette que la sortie s’effectue en plein milieu de la rentrée littéraire. «On suit le mouvement», explique une vendeuse d’une grande librairie de la capitale, «mais cela ne me dérange pas car le livre de Madame Trierweiler attire un autre public.» Un public friand de révélations choc, qui n’a pas non plus hésité à se précipiter au Drugstore Publicis sur les Champs Elysées au moment de la mise en place. En un quart d’heure, 11 ouvrages étaient déjà vendus. Autant dire que la commande de cent livres prévue par le magasin sera vite écoulée.

Le livre de Valérie Trierweiler vu par la presse étrangère

Si le livre ”Merci pour le moment” de l’ex-compagne de François Hollande fait les gros titres des journaux français aujourd’hui, il intéresse également la presse étrangère.

Royaume-Uni, Espagne, Italie, Allemagne, États-Unis… Le livre de Valérie Trierweiler ne passe pas inaperçu non plus hors de nos frontières. Les titres sont loin d’être flatteurs pour Hollande, à l’image de celui de The Times : ‘‘Le socialiste Hollande méprise ses électeurs de la classe ouvrière française”. Même ton pour le National Post canadien, qui parle d’un ”socialiste menteur qui n’aime pas les pauvres”.

Mais c’est davantage l’histoire d’amour racontée par l’ex du Président qui attire l’attention de nos voisins. En tête, le quotidien italien La Repubblica, qui titre : ”Hollande m’écrivait des sms d’amour”. Sur le site du magazine allemand Der Spiegel, on parle de ‘’320 pages de douleur, de jalousie et de vengeance”, quand le Telegraph évoque les ”mémoires secrètes de Trierweiler”, qui raconte son ”histoire faite de jalousie, de pouvoir et de désespoir”.

Hollande, un personnage “obscène” et “humilié”

Les articles rentrent dans les détails du livre Merci pour le moment, et reprennent les mêmes anecdotes que l’on lit partout depuis quelques jours : la tentative de suicide de Valérie Trierweiler, le côté ”macho” du Président qui ne demande rien d’autre à sa femme si ce n’est ”être belle”, ou encore la désormais fameuse expression ”les sans-dents” qu’utiliserait François Hollande pour qualifier les plus pauvres.

Personnage ”obscène” selon The Economist, François Hollande a été ”humilié”, écrit le Daily Mail. Le quotidien britannique The Guardian souligne que ce livre a de quoi ”inquiéter le Président, dont la cote de popularité a encore perdu quatre points cette semaine”. Le New York Times apparaît comme l’un des seuls à s’intéresser de plus près à la personne de Valérie Trierweiler ; il cite notamment le directeur de publication du Nouvel Observateur, Renaud Dély, qui dénonce son ”comportement indécent”.

Posted by on Sep 5 2014. Filed under Actualités, Economie, En Direct, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.