Budget 2015 Quelle surprise nous réserve le Ministre Lutchmeenaraidoo ?..



Quelle sera la surprise que nous réserve le Grand Argentier lundi prochain pour la première présentation des propositions budgétaires du gouvernement SAJ pour 2015 et qui s’étalera sur les prochains six mois de 2016? La population est dans l’expectative et s’attend à des meilleures conditions pour aspirer à une meilleure qualité de vie. Le chômage qui bat son plein avec au moins un gradué-chômeur par famille, un partage de richesse plus équitable mais aussi et surtout la mise en place d’un système favorisant la ré-éclosion du feel-good-factor : ce sont là où le peuple admirable attend le gouvernement.

Depuis les 100 jours de grâce où après son installation au pouvoir, le gouvernement a mis en application certaines des mesures populaires – augmentation de la pension de vieillesse, compensation salariale across the board, et des mesures concernant la sécurité routière avec l’abolition de certaines décisions de l’ancien régime – l’attente est très grande.

Si l’on jette un coup d’œil sur l’évolution économique mondiale, l’on se rendra compte que la marge de manœuvre du Grand Argentier, Vishnu Lutchmeenaraidoo, n’est pas si restreinte. Avec les Etats Unis, qui envoient un signal fort au monde que l’US Fed va réviser à la hausse son taux d’intérêt de ZERO% depuis près une décennie compte tenu de l’évolution positive de la croissance économique du No. 1 mondial, et une croissance combinée de 1,4% des 19 pays de la zone euro, sont autant des signes précurseurs que l’objectif de 5,7% tablé par le Ministre des Finances ne serait pas une utopie mais un objectif que l’on pourra bien atteindre. Il lui appartient donc de déclencher les moteurs pour accélérer la croissance avec une participation active de la population mauricienne dans son ensemble.

Le ministre a bien précisé ses objectifs : un budget pour les jeunes qui sous-entend anti-chômage et la relance des investissements privés. On attend donc le ministre avec ses propositions de provoquer ce kick-off économique.

L’Organisation pour la Coopération et le Développement (OCDE) basé à Paris et qui regroupe les pays les plus riches de la planète, a dans une communication en date du 18 mars 2015, (hier) a revu à la hausse la croissance économique européenne en tirant la sonnette d’alarme que “easy and cheap monetary policy in many parts of the world, including Europe, has helped underpin growth.” Tout en avertissant que “a total reliance on that tool could strain the international financial system.” En dépit de cette révision à la hausse, l’OCDE a mis en garde que “unusually low inflation and interest rates could increase the risk of global financial instability.”

Cette sonnette d’alarme coïncide avec la décision de la présidente de la puissante Federal Reserve, Janet Yellen, d’enlever le mot ‘patient’ qui dans le jargon financier américain veut dire ‘statu quo’ pour indiquer que les Etats Unis vont revoir le taux d’intérêt dans le court terme mais sans donner des indications précises. Cette décision a immédiatement provoqué une flambée sur les bourses américaines où Dow Jones Industrial a été l’épicentre. Selon les cambistes américains, une hausse pourrait intervenir soit en juin ou en septembre prochain.

Qu’en est-il à Maurice ? La Banque de Maurice a été l’otage des nominés politiques au sein du Monetary Policy Committee qui étaient pour la plupart des défendeurs du secteur privé. L’objectif était clair pour maintenir le repo rate au statu quo, c’est-à-dire favoriser le secteur privé en mettant à sa disposition du « cheap money ».

Fidèles à leurs habitudes les représentants du secteur privé mauricien lors des consultations pré-budgétaires avec le Ministre Lutchmeenaraidoo ont soutenu avec force qu’il faut « greater clarity in policies and rules that govern investments and business activities in the various sectors, as well as a low tax regime in view to enhance ease of doing business in Mauritius. »

C’est encore une fois la même rengaine où au lieu de rehausser sa productivité pour devenir plus compétitif, notre secteur privé choisit la voie la plus facile : accès à l’argent à bon marché pour investir ailleurs. Est-ce cela le vœu du Ministre des Finances que le secteur privé a la «capacity to adapt to challenging circumstances » pour atteindre le taux de croissance de 5,7% en l’an 2016 ?

Suttyhudeo Tengur

Président

19 Mars 2015

Posted by on Mar 19 2015. Filed under Actualités, Economie, En Direct, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.