Il lègue à ses filles 18 millions d’euros, mais impose ses conditions



Un Américain, décédé en janvier, a fixé de drôles de conditions à ses filles afin de s’assurer qu’elles jouissent, mais à bon escient, de sa fortune.

Qu’il fait bon vivre à New York et surtout d’avoir un père… plein aux as. Il est multimillionnaire, s’appelle Maurice Laboz, mais a tenu à s’assurer, une fois qu’il serait mort, du bon usage de sa fortune par ses héritières. 20 millions de dollars, soit quelque 18 millions d’euros, un joli pactole que cet Américain a souhaité donner à ses deux filles, Marlena, 21 ans, et Victoria, 17 ans, rapporte le New York Post , repris par Francetv info.

C’est à la mort de Maurice, en janvier, que ses deux filles ont appris l’heureuse nouvelle : elles hériteront de 10 millions de dollars chacune, le jour de leur 35e anniversaire. Et aux deux futures millionnaires d’apprendre aussi qu’elles pourront toucher une part du butin avant cette date, mais… à certaines conditions. Leur sont imposés des études de marque, un métier honorable et un mariage en bonne et due forme.

Bien gagner pour gagner beaucoup plus

Comme le relève Francetv info, Marlena aura le droit de toucher, avant ses 35 ans, 750 000 dollars à la fin de ses études. Pour cela, il faudra néanmoins que son diplôme provienne d’une “université reconnue”. Dans un autre temps, la jeune fille pourra également, le jour de son mariage, toucher 500 000 dollars supplémentaires. La condition ? Son mari devra signer un contrat dans lequel il se résigne à en réclamer une partie.

Autre cadeau fait aux deux héritières : un chèque égal à trois fois le montant de leur revenu annuel fiscal afin de les inciter à choisir un métier rémunérateur. Plus elles gagneront, plus le chèque sera important. Toujours d’après le New York Post, si les deux jeunes filles deviennent mère et qu’elles ne travaillent pas, un chèque d’une valeur égale à 3 % de leur héritage leur sera versé chaque début d’année, si et seulement si… “l’enfant est né dans les liens du mariage”, précise le quotidien.

Que nenni pour sa dame

Et le défunt fortuné ne s’arrête pas là. Il faudra aussi que ses filles prennent soin de leur mère. À cette condition, elles toucheront également 3 % de leur héritage chaque 1er janvier. Dans cette folle histoire se cache aussi un hic. En effet, rien n’est prévu pour Ewa, la femme de Maurice !

Selon Francetv info, qui reprend le tabloïd américain, la mère de Marlena et Victoria ne compte pas en rester là puisqu’en instance de divorce au moment du décès elle compte aujourd’hui remettre en question le testament de son mari devant la justice.

Posted by on Aug 3 2015. Filed under Economie. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.