CHELSEA/SWANSEA (2-2)…La mauvaise affaire des Blues



Les Blues de José Mourinho, qui avaient gagné ses six matchs d’ouverture en Premier League, ont concédé le nul 2-2 face à un Swansea séduisant. Réduit à 10 après l’expulsion de Courtois, l’ardoise aurait même pu être plus salée.

Il y a parfois des mauvais présages qui ne trompent pas. Quand on aperçoit Eva Carneiro, la kiné de Chelsea, en action sur la pelouse, c’est rarement bon signe pour le joueur dont elle s’occupe. Et quand on voit Thibaut Courtois grimacer à ses côtés avant même le début de la rencontre, on peut déjà penser qu’il va passer un sale match. Gagné : non seulement le gardien belge n’a pas gardé sa cage inviolée, mais en plus, il s’est fait expulser, contraignant son équipe à une fin de match bien plus compliquée qu’annoncée, surtout au regard de la physionomie du début de match.
Pas de changement pour Chelsea, Ayew et Gomis titulaires

Parce que José Mourinho kiffe sa team, et aussi parce qu’il a dernièrement prévenu que les petites équipes allaient ennuyer les gros cette saison, Chelsea s’avance avec son équipe type de la saison dernière : avec Thibaut Courtois, pourtant gêné par un souci physique à l’échauffement, et même Diego Costa, qui n’était pas assuré de tenir sa place. En face, Swansea aligne Bafétimbi Gomis et André Ayew, les anciens de Ligue 1, mais pas Franck Tabanou, sur le banc. Sans doute échaudés par leur préparation estivale toute moisie (une seule victoire en cinq matchs amicaux et une défaite en Community Shield face à Arsenal), les Blues débutent le match tranquillement. Bien que le premier corner arrive au bout de trente secondes, les hommes du Mou ne semblent pas pressés et proposent, comme d’habitude, des phases de pressing bien senties afin de choper le ballon assez haut. Mais rien de bien intéressant à se mettre sous la dent dans le premier quart d’heure.

Au vrai, c’est surtout les Swans qui proposent le « vrai football » que Mourinho avait annoncé en conférence de presse pour le retour de la Premier League : outre une bonne organisation défensive, les protégés de Monk se font dangereux. Par deux fois, Bafé Gomis, très présent grâce à son imposante carcasse, fait passer des frissons aux supporters du Bridge, avec une tête sur corner qui fuit le cadre de quelques centimètres, et surtout un face à face mal géré par l’attaquant.

Pas de quoi faire peur à Chelsea, qui a de toute façon décidé de rester dans les fondamentaux : les coups de pied arrêtés et les contre-attaques. Au bout de l’une d’elles, Costa et sa classe de gros bourrin réclament un péno, heureusement non accordé. Et comme tout spécialiste de Premier League pouvait l’attendre, le plan du Special One fonctionne. 22e minute : faute de Swansea à l’approche de la surface de réparation, mi-frappe mi-centre d’Oscar et but de malin. 1-O.

La rencontre s’emballe ensuite. Comme André Ayew, jusque-là fantomatique. Après un remarquable double sauvetage de Courtois sur un coup de boule de Gomis et un rebond d’Ayew, l’ancien de l’OM réalise un chouette enchaînement rateau-frappe qui remet les deux équipes à égalité (28e). Pas le temps de savourer cependant puis les Blues reprennent dans la foulée l’avantage, grâce à un centre contré de Willian, qui finit en cloche, au fond des filets au deuxième poteau de Fabianski. 2-1. La suite est plaisante, intense et le ballon vit entre les deux surfaces, Sigurdsson envoie une prune claquée par Courtois, et les contacts sont rudes, à l’image de Ki, sorti blessé.
Le cauchemar de Courtois

On attend alors que le Mou ressorte le bus en seconde période, histoire d’assurer patiemment la victoire. Après tout, avec deux tirs cadrés contre cinq pour Swansea, le 2-1 est largement suffisant. Mais les Swans, justement, reviennent du vestiaire le couteau entre les dents. Et insistent sur le côté droit de la défense londonienne, où Ivanovic, à la rue, se fait régulièrement dépasser par la vitesse adverse et la pile qu’est Jefferson Montero. Les occasions s’enchainent et le poteau de Courtois tremble sur un corner rentrant. Les Blues vont même logiquement craquer.

Profitant d’un oubli d’alignement de la part de Willian, Gomis, lancé par Shelvey, se présente face à Courtois, sorti de sa cage. Le portier belge ne sait pas trop quoi faire de ses jambes qui étalent Bafé au sol. Carton rouge, pénalty, Oscar sort et Begovic prend place dans le but de Chelsea. Pour rien. 2-2 et Gomis ressort la célébration panthère. Les Swans poussent, forts de leur supériorité numérique. Montero allume de près, Bafé cale un troisième but refusé pour hors-jeu et Routledge, nouvel entrant, arrive à semer la pagaille.

Chelsea peine, ne s’en remettant qu’à d’éventuels coups de rein d’Eden Hazard ou aux râles de Diego Costa. Mourinho tente d’abord la carte Zouma contre Fabregas, avant de lancer Falcao contre Willian. Sans effet particulier. Chelsea aura préféré ce samedi préserver un match qui aurait pu lui livrer bien pire scénario, comme celui d’être le premier champion sortant de l’histoire de la Premier League à perdre son match d’ouverture.

Posted by on Aug 9 2015. Filed under Sports. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.