REIMS/MARSEILLE (1-0)…Reims renforce le doute marseillais



Reims et Marseille avaient tous deux une bonne raison de gagner ce match aujourd’hui. Et c’est la première des deux équipes qui a trouvé les ressources nécessaires pour s’imposer. Victoire 1–0 plutôt tranquille pour Reims.

5. Comme le nombre de buts encaissés l’année dernière par Reims à Delaune sans en marquer le moindre face à l’OM. Un OM aujourd’hui en choc post-traumatique, qui avait envie de se relancer en terre champenoise. Manque de bol, Hamari Traoré n’était pas là sur le terrain l’année dernière. Alors sans se prendre la tête et avec une spontanéité déconcertante, le Rémois profite du laxisme du marquage de Batshuayi sur un corner pour envoyer une mine qui laisse Mandanda impuissant dès le début de la partie. Spontané, l’OM ne l’a pas été une seconde, à l’image d’un Florian Thauvin numéro 10 option mauvais choix. Au final, Marseille s’est laissé submerger par ses émotions et n’a pas réussi à développer totalement son jeu. Victoire logique 1–0 du Stade de Reims, leader ex-aequo du classement.

La force de la vengeance

Il n’est plus là, mais son fantôme hante encore les Marseillais. Juste avant le coup d’envoi, les joueurs olympiens se prennent dans les bras et se réunissent en cercle. Ils tentent de prendre le match par le bon bout, mais les premières phases de jeu sont hésitantes. Passes ratées, fautes inutiles, duels perdus. La démission de Bielsa les affecte, c’est certain. Mais voilà, ils sont également revanchards et grâce à un Ocampos super chaud, un Mendy appliqué et un Alessandrini plein d’envie qui tente au moins quatre frappes en vingt minutes, Marseille se crée les premières occasions et s’installe dans le camp des Rouge et Blanc. Reims, qui a aussi soif de vengeance, marche en contre et se projette rapidement vers l’avant. Et sur leur première occasion au quart de jeu, un corner mal dégagé magnifiquement repris par un Hamari Traoré sous Red Bull, ils prennent l’avantage. 1– 0. Le latéral rémois est sans aucun doute l’homme de ce match. Montées incessantes, défense agressive et ce but, donc. Franck Passi ne retient pas son agacement et il a le droit. Son équipe montre davantage d’envie, elle frappe plus au but, mais elle est menée au score à la mi-temps par une équipe rémoise plus assurée et efficace.
L’efficacité de la sérénité

Et c’est à peu de choses près le même schéma que l’on retrouve au retour des vestiaires. Marseille s’affaire devant les cages rémoises sans réussir à trouver la faille. Batshuayi tricote trop, Romao tombe sur un Agassa vigilant à la 46e, Thauvin ne lâche pas son ballon à temps, et les Rouge et Blanc ne paniquent pas. Sans trop forcer, ils se créent aussi des occasions comme ce déboulé de David N’Gog à la 50e stoppé illicitement par Romao qui méritait peut-être un penalty ou encore ce face-à-face raté par le même N’Gog dix minutes plus tard. Et le calme dont font preuve les joueurs rémois finit par payer. Tout l’inverse des Marseillais qui terminent le match à dix après l’expulsion méritée de Romao à la 73e pour un deuxième jaune. Logiquement, le score ne bouge plus. Marseille a du pain sur la planche. C’est dur, mais il va falloir tourner la page et démarrer une nouvelle histoire.

Posted by on Aug 16 2015. Filed under Sports. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.