Lettre ouverte aux parlementaires…Quand le prix de l’essence monte au nez



Les Mauriciens, pour la plupart des automobilistes et pères de famille, estiment qu’ils ont été victimes de la gourmandise du gouvernement de maintenir le prix du carburant – essence et diesel – au taux actuel et ce sans qu’aucune explication chiffrée n’a été donnée. D’ailleurs, c’est un fait connu et reconnu que l’Etat puise énormément à partir de tout un éventail de taxes pour gonfler ses caisses. Et le dernier en date, les trois roupies qui ont été pompées pour financer les projets routiers ou autres améliorations du réseau de distribution d’eau de la CWA.

A la suite de la décision du Petroleum Pricing Committee la semaine dernière pour opter pour le statu quo, il était évident que de nombreux mauriciens qui sont au fait de l’actualité ont douté de la justesse de cette décision car tout le monde sait que le prix du pétrole brut à l’échelle mondiale dégringole pour atteindre des seuils les plus bas de 49 $ le baril du brut.

Et pour combler les choses, la State Trading Corporation a émis un communiqué pour justifier cette décision avec ses théories sur le mécanisme de fixation des prix.

Parmi : les prix basés sur ceux « de ‘Free on Board’ moyenne estimé pour 12 mois ; une hausse ou une baisse ne sera appliquée que si le prix se trouve dans la fourchette de 4 à 10%. « Cette formule est basée sur un prix de référence qui est lui-même fondé sur les données de six derniers mois et les projections pour les six prochains mois fournies par Platts plus un coefficient de marge allant jusqu’à 4%. »

Alors de nombreuses questions se posent. Parmi les suivantes :

1. Si le prix du Brent notamment n’est pas une référence, est-ce le prix du pétrole brut impact sur le prix de référence de Platts ?

2. Quel a été le prix de référence de Platts en décembre 2014 et celui en juillet 2015 ?

3. Quel a été le coût à l’importation avant l’affaire Betamax et post-Betamax ?

4. Quel a été le montant de diverses taxes sur les produits perçues sur les produits pétroliers et encaissées par le gouvernement ? Le montant total durant les trois dernières années ?

5. Pendant combien de temps encore, le gouvernement va prélever Rs. 3.00 sur le litre pour financer les projets de rétablissement du réseau de distribution de la CWA ou la construction ou reconstruction de certaines routes ?

6. A l’époque, soit l’année dernière quand le prix du baril brut était de plus de 80 $ le baril, le prix de l’essence était de Rs. 46.95 le litre. Aujourd’hui, avec une baisse de près de 50% du brut, le prix est maintenu au statu quo. Pourquoi ?

7. Est-ce que le gouvernement va continuer de s’approvisionner auprès de Mangalore Petroleum ou va-t-il diversifier ses sources d’approvisionnement ?

Toutes ces questions nécessitent un éclairage car la population est en train de souffrir. Non seulement du coût de la vie avec les difficultés pour boucler ses fins du mois devient un exercice sur la corde raide pour le Mauricien, mais surtout et particulièrement parce qu’il n’a pas les moyens pour s’offrir une certaine détente voire une vie sociale où il peut goûter la vie en famille.

La période de grâce pour ce gouvernement est finie. En attendant le « Business Plan » tant attendu et qui sera présenté samedi prochain par le Premier Ministre, les Mauriciens s’attendent à des actions concrètes pour leur redonner un certain confort. Autrement, ce gouvernement verra l’érosion de la patience populaire se transformer en une frustration nationale. Gare !!

Suttyhudeo Tengur

Président

20 août 2015

Posted by on Aug 21 2015. Filed under Actualités, Economie, En Direct, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.