Courts: le deal réglé pour Rs 400 millions



800 employés de Courts, un des “Cash Cows” de l’empire démantelé de Dawood Rawat, exceptés les 185 travailleurs sur qui pèse la menace de licenciement, peuvent pousser un ouf de soulagement. Le Share Purchase Agreement pour la reprise de Courts par le consortium mené par David Isaacs a en effet été signé avec le nouveau Special Administrator de la BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities, Yacoob Ramtoola, dans le courant de la nuit dernière(jeudi 27 août). Le “Price Tag” arrêté est de Rs 400 millions.

Avec la paie des employés de Courts, d’Iframac et de la clinique Apollo-Bramwell pour le mois d’août assuré en cette fin de semaine, une mission des plus urgentes attend le successeur de Yogesh Basgeet. Il devra faire un déplacement en quatrième vitesse à Malte en vue de tirer au clair le dossier de GlobalCapital plc avec, en jeu, une participation majoritaire de 48,45% au nom du Chairman Emeritus de la BAI, Dawood Rawat. Les dernières informations communiquées à la Financial Services Commission par la Malta Financial Services Authority ne sont nullement encourageantes vu le risque de mise en liquidation de GlobalCapital plc pour raison de “Ponzi Scheme” à Malte. Entre-temps, le Special Administrator s’est attelé à la tâche de compléter l’unfinished business du démantèlement du conglomérat BAI avec le recouvrement des fonds détournés et, également, la mise à la barre des propriétés immobilières personnelles de Dawood Rawat, dont le domaine de Floréal, avec un escalier antique venu du Vatican, et le campement de La Preneuse, évalués à quelque Rs 800 millions.

Dans la nuit d’hier à ce matin, une autre étape majeure a été franchie avec la signature du Share Purchase Agreement pour la reprise de Courts par le consortium David Isaacs avec le soutien logistique de la CIM. Le “Price Tag” agréé avec le Special Administrator est de l’ordre de Rs 400 millions, dont Rs 250 millions pour les immeubles abritant les succursales à travers l’île et Rs 150 millions pour les stocks encore existants dans ces magasins.

Les nouveaux gérants de Courts pourront également récupérer le “Hire Purchase Book”, qui a été vendu à l’ex-Bramer Banking Corporation Ltd, avec le montant de cette transaction illégal de plusieurs centaines de millions transféré sur les comptes de Dawood Rawat à Maurice et à l’étranger. Le recouvrement de ces ventes à tempérament devrait être réparti sur une base de 50/50 avec une commission de 6,5% pour le consortium Isaacs.

Avec la signature du contrat d’hier soir, le dossier du redéploiement du personnel de Courts remontera au premier plan. Jusqu’ici, David Isaacs a fait comprendre que la restructuration du personnel, dont 80% maintenus à leur poste, ne sera dévoilée qu’après avoir pris possession de ce Share Purchase Agreement.

Après avoir passé en revue les urgences pour ce premier jour de prise en charge du dossier BAI, le Special Administrator a dû se pencher sur un os dur sous la forme du dossier GlobalCapital plc, avec une participation de 48,45% de la part du groupe BAI. Les échanges de communications entre la Malta Financial Services Authority et la FSC ne semblent guère réconfortants dans la mesure où la mise en faillite pourrait intervenir au cas où la restructuration financière annoncée pat GlobalCapital plc, avec un apport d’au moins Rs 500 millions de capitaux frais, n’interviendrait pas.

Comme c‘est le cas avec la défunte BAI Co (Mtius) Ltd à Maurice, GlobalCapital plc doit honorer des paiements de primes sur quelque 400 000 polices d’assurance émises à Malte. Dans le dernier bilan financier, les experts-comptables de Deloitte ont attiré l’attention que GlobalCapital « is no longer a going concern ». Après l’assemblée des actionnaires de vendredi prochain, la Malta Financial Services Authority pourrait décider de la marche à suivre, ce qui explique le déplacement en urgence de Yacoob Ramtoola dans les prochains jours à Malte pour des discussions avec les parties concernées, notamment sur un dernier point au sujet des Assets and Liabilities de GlobalCapital plc.

A Maurice, la crainte, dans la conjoncture, est que vu le poids des Liabilities et le risque d’une mise sous administration de GlobalCapital plc, « on pourrait se retrouver dans la position inconfortable de prendre ou de tout perdre par rapport à l’offre de Rs 190 millions formulée par le groupe EIP plc de Paolo Catalfamo pour la reprise des 48,45% des actions de Dawood Rawat au sein de GlobalCapital plc », fait-on comprendre dans les milieux concernés, qui écartent toute possibilité d’une reprise de cette société par la National Property Fund Limited en raison des Toxic Assets identifiés par les autorités de Malte.

En marge d’une décision sur les investissements de la BAI à Malte, le Special Administrator aura du pain sur la planche avec le processus de recouvrement des fonds détournés. Dans cette perspective, Yacoob Ramtoolah n’aura d’autre choix que de s’attaquer aux propriétés immobilières et personnelles de Dawood Rawat, dont le patrimoine familial de Floréal, doté d’un escalier antique acheté du Vatican, d’une piscine « à vagues », comme au complexe Sun City, en Afrique du Sud, et d’un véritable bunker au sous-sol, sans compter les autres aménités et facilités de luxe de même que le bungalow pieds dans l’eau de La Preneuse. Ces propriétés, qui sont évaluées sur le marché à quelque Rs 800 millions, pourront être mises en vente à la barre d’ici la fin de cette année, au plus tôt.

Posted by on Aug 28 2015. Filed under Economie. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.