SAJ: «Faire bloc contre les esprits criminels»



«Nous sommes un Etat de droit et la loi sera appliquée dans toute sa rigueur. Les coupables devront aller en prison.» Lors d’une conférence de presse le lundi 7 septembre, le Premier ministre a condamné «fermement et sans réserve» les incidents survenus dans des lieux de culte durant le week-end.

Sir Anerood Jugnauth (SAJ) a déclaré que des «instructions strictes» ont été données à la police et que les dispositions nécessaires ont été prises pour assurer le «law and order» dans le Sud en particulier mais aussi à travers le pays. «Ceux qui postent des photos et des commentaires incendiaires sont prévenus. Ils seront déférés devant la justice», a souligné le Premier ministre.

Selon lui, «ena dimoun derier sa ki pe rod tir lavantaz». Il devait leur lancer une sévère mise en garde. «Zot pe rod kre enn sitiasyon kot gouvernma nepli sous kontrol.» Mais, a-t-il indiqué, «ils oublient que j’ai la majorité et que je peux décréter l’état d’urgence». Dans la foulée, il a fait appel à la «sagesse de la population pour lutter contre les esprits criminels».

Il devait ajouter : «Nous ne tolérerons pas cela. Ceux qui sont derrière devront payer.»

Par ailleurs, important dispositif policier à la cour de Surinam, le lundi 7 septembre. Cinq personnes, arrêtées dans le cadre de l’enquête sur des actes de vandalisme perpétrés dans des lieux de culte et pour l’agression d’un policier et de ses proches, y ont comparu dans l’après-midi. Leurs familles avaient également fait le déplacement.

Une charge provisoire de «stirred up civil war inciting inhabitants to fight one another» a été retenue contre ces suspects. La police a objecté à leur remise en liberté. Ils ont été reconduits en cellule jusqu’à leur prochaine comparution prévue le vendredi 11 septembre.

Plus tôt ce lundi, deux autres suspects soupçonnés d’avoir saccagé l’Amma Tookay Kovil, à Camp-Diable, ont comparu en cour. Ils n’ont pas été libérés. Les sept suspects avaient déjà comparu devant la Bail and Remand Court, dimanche, et par la suite reconduits en cellule.

La police avait renforcé sa présence dans le Sud, dimanche, en ayant recours à des blindés de la Special Mobile Force, afin de parer à toute éventualité. L’affaire est également suivie de près aux Casernes centrales.

Source :lexpress.mu

Posted by on Sep 7 2015. Filed under Actualités, Featured, Politique. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.