L’énigme Lutchmeenaraidoo…Peut-il revenir en arrière? par Madiba



Où sont passées la finesse et l’élégance qui jadis caractérisé Vishnu Lutchmeenaraidoo? C’est la question que se pose plus d’un. Face à un déluge de rumeurs, le raffinement du grand argentier semble manqué à la situation actuellement. Les choses se compliquent quand il vient dire : «Le procès de Pravind a déstabilisé le gouvernement». Un quotidien affirme sur son site en ligne en prélude à un entretien du ministre des Finances : « Le jugement contre PravindJugnauth dans l’affaire MedPoint a «changé l’état d’esprit» au sein du gouvernement. D’autant plus que le leader du MSM, principal parti de l’alliance Lepep, est «le prochain Premier ministre du pays». C’est ce que révèle le ministre des Finances dans un entretien accordé à «l’express», alors qu’il était hospitalisé. Il évoque avec retenue l’ambiance au Conseil des ministres. «Un collègue qui blesse un autre collègue blesse tout le gouvernement.»

Aujourd’hui, l’on nage en pleine désillusion. A un moment où un autre, il faudra crever l’abcès. Ceux qui tentaient de minimiser l’affaire sont obligés de reconnaître l’existence d’un problème. Le ministre des Finances, officiellement en congé maladie, semble avoir franchi un pont qui n’augure rien pour un retour de « Business as Usual ». Déjà, il n’a pas participé aux quatre dernières réunions du Conseil des ministres. Vishnu Lutchmeenaraidoo s’est fait excuser pour le dîner officiellement ce vendredi lors de la visite officielle du président de la Grande-Ile.

En principe, le ministre des Finances est un des « Frontline Cabinet Ministers » engagés lors des discussions bilatérales de vendredi matin à la Treaty Room du Prime Minister’s Office après le tête-à-tête entre le chef du gouvernement et le chef de l’État malgache. Vishnu Lutchmeenaraidoo est également désigné comme un des ministres signant un des Memoranda of Understanding avec la partie malgache pour consolider les liens de coopération à cette même occasion.

Vishnu Lutchmeenaraidoo est appelé à assumer un rôle de premier plan au vu du déroulement de la session de travail avec la communauté des affaires à l’hôtel Maritim en début d’après-midi de vendredi. La délégation malgache comprend 16 hommes d’affaires, sans compter les chefs de Cabinet des ministères économiques, dont les directeurs des Perspectives économiques et de la Facilitation des Affaires et des Investissements de l’Economic Board of Madagascar.

En prélude à cette séance de travail, qui devra durer deux heures au minimum, le ministre des Finances devra accueillir les participants et les distingués visiteurs lors d’un déjeuner. La séance de travail sera ouverte par une intervention du ministre Lutchmeenaraidoo et comprendra une intervention du président de Madagascar. Il sera désormais remplacé par Etienne Sinatambou.

Le ministre des Finances devrait être indisponible jusqu’à la fin de la semaine. C’est ce qu’indique son service de presse, que nous avons contacté hier soir. Du coup, Vishnu Lutchmeenaraidoo, qui se remet d’une bronchite – c’est du moins la version officielle –, manquera les célébrations dans le cadre de la fête nationale.

Au sein de la majorité, la longue absence de Vishnu Lutchmeenaraidoo– plus de 25 jours – est diversement commentée. Cette absence serait-elle due à son «différend» avec le ministre des Services financiers et de la bonne gouvernance, Roshi Bhadain ? Mais force est de constater que Vishnu Lutchmeenaraidoo n’est pas le seul au gouvernement que la manière de faire de Roshi Bhadain agace. D’ailleurs, apprend-on, ce dernier aurait été rabroué par le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, lors du dernier Conseil des ministres.

Certains au sein du gouvernement dénoncent, entre autres, le fait qu’il monopolise la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC). Pas plus tard que samedi, la station de radiotélévision nationale lui a consacré plus d’un quart d’heure par rapport à l’affaire BAI. Pour des députés, cette «manipulation » fait beaucoup de tort au gouvernement. Selon le député Bashir Jahangeer, il est clair que certains marchent sur les plates-bandes des autres.

À n’en point douter, son orgueil a dû prendre un mauvais coup. Celui qui se présente comme « l’homme du miracle » n’a rien pu faire si ce n’est s’absenter du Conseil des ministres pour la quatrième semaine consécutive. Et la suite ? De deux choses, l’une. Soit il rentre dans le rang et il s’accommode de la nouvelle situation et se résout à être le figurant qui exécute les ordres, soit il se casse comme il a pu le suggérer au plus fort de la crise.

En tous cas, les prochains épisodes de ce feuilleton s’annoncent palpitants.
S’ils paraissaient s’être initialement entendus pour démanteler la BAI, la manière subséquente de gérer le dossier a très vite divisé Vishnu Lutchmeenaraidoo et Roshi Bhadain. L’un faisant preuve d’un excès d’activisme jusqu’à modifier l’Insurance Act pour mettre au pas un administrateur, l’autre appelant à la mesure dans un souci de préserver l’image des institutions du pays.

Très vite, les méthodes des deux hommes, aux personnalités contrastées, l’un clivant et rentre-dedans et l’autre affable et consensuel, vont se heurter. Chacun y allant de son petit couplet et de son petit nom d’oiseau pour noircir son adversaire. S’ils parviennent tant bien que mal à composer, la guerre des territoires, elle, restera toujours latente.

Pourtant Vishnu Lutchmeenaraidoo s’est fait humble jusqu’à demander sa réintégration au MSM, dans l’espoir de voir évoluer la situation, il semblerait que les choses se seraient, en fait, aggravées. Notamment avec sa persistance à défendre les acquis du traité fiscale. Les deux hommes se brouillent définitivement sur les dossiers de Heritage City e des Smart Cities sur lesquels ils n’arrivent pas à accorder leurs violons.

Ils sont assez nombreux à penser que tout cela fait partie d’une stratégie finement calculée en vue de pousser Vishnu Lutchmeenaraidoo vers la sortie. Cependant, selon des sources, la direction du MSM avait établi des contacts avec Vishnu Lutchmeenaraidoo pour tenter d’apaiser les tensions de ces derniers jours.

Ce dernier lui a conclu : « Lors des dernières élections, j’avais pris l’engagement de donner le meilleur de moi-même au service du pays. Je ferai tout pour tenir cet engagement jusqu’au bout. Vous savez je suis dans une phase de transition en politique, en attendant de passer le flambeau aux jeunes. Si durant cette période je peux offrir mon dos comme un pont pour que passe la génération nouvelle, j’aurai rempli mon contrat. »

Affaire à suivre!

Posted by on Mar 10 2016. Filed under Actualités, Edito, Politique, Société. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.