Dayal : victime de terrorisme politique ?



…Par Madiba

…Le terrorisme est avant d’être un acte barbare est avant tout un acte de lâcheté. Ce sont des lâches qui se comportent toujours dans ce genre de situation, sachant d’avance qu’ils ne pourront vaincre leur ennemi d’homme a homme.

Dans le contexte politique mauricien, il y a une bonne façon de vaincre l’Alliance Lepep, c’est à dire attendre que son mandat ne soit terminé et aller aux urnes. C’est le jeu de la démocratie. Sauf qu’on a des terroristes politiques qui veulent tout saboter.

Critiquer le régime en place n’est pas un problème. C’est le rôle de l’opposition et surtout de ceux qui trouvent difficilement la vie hors du pouvoir après plus de 14 ans de règne. Je parle de règne, car Navin Ramgoolam et ses amis n’ont pas dirigé mais ils ont régné.

Minority Voice n’est pas ici pour défendre Raj Dayal ou Vishnu Lutchmeenaraidoo. Les deux peuvent se défendent mais nous voulons attirer l’attention sur le terrorisme politique qui s’est abattu sur eux et qui ne vise une seule chose, des élections partielles, une cassure et des élections générales anticipées.

Mais pour chaque organisation terroriste, il faut bien évidemment tout planifier. Et c’est la que tout se joue dans l’affaire Dayal. Certes, l’ICAC dans sa loi protège des Whistle Blowers, ceux qui dénoncent, ceux qui en sont victimes. Mais est-ce que Soobhany est une victime ? Son acte démontre tout le contraire. Il a tout planifié. Ce qui force Raj Dayal à démissionner. On parle de Raj Dayal comme corrompu mais on oublie que Soobhany a agi comme corrupteur.

Rama Valayden, aujourd’hui membre du Parti Travailliste devrait se rappeler de ces coups monté contre lui de la même façon. Idem dans le cas de l’affaire Medpoint, tout était planifié pour coincer Pravind Jugnauth. Les terroristes politiques adoptent et suivent toujours la même méthode, piéger l’adversaire. Dayal a fait les frais de trop bosser, de rencontrer tout le monde, d’être à l’écoute.

Paul Bérenger a déclaré que Raj Dayal tente de donner une connotation communale à cette affaire. Minority Voice est contre le communalisme mais il est normal que la communauté hindoue et surtout les Vaish montent au créneau pour défendre un des leurs qui a été méthodiquement piégé. Ce n’est pas une question de communauté mais d’attaque barbare et lâche contre un ministre qui a fait tomber Anil Bachoo aux dernières élections générales.

Soobhany n’est pas parti voir Dayal pour une faveur, il a été envoyé pour le faire chuter.
Mais Raj Dayal se relèvera. Viré comme Commissaire de Police, traduit pendant des longues années en cour intermédiaire, Dayal avait finalement pu se remettre et ce n’est pas maintenant qu’il va sombrer dans l’oubli.

Certains devraient, pour assouvir leurs fantasmes, faire une émission, « Piège a la demande », récompensant tous les politiciens et autres personnes sans scrupules d’aller chez des ministres ou leurs proches, voire leurs conseillers afin de les piéger…

Il y a quelques mois un légiste avait promis en ces termes : « Mo pou desane ene deux dimounes »…Amnésique, la presse a oublié cela…

Posted by on Mar 25 2016. Filed under Actualités, Blog, Edito, En Direct, Featured, Politique. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.