Ligue des champions : le Bayern ne s’est pas affolé contre Benfica pour se qualifier en demi-finales



Mené au score par le Benfica, le Bayern Munich ne s’est pas affolé afin de se qualifier en demi-finales de la Ligue des champions pour la cinquième saison de suite (2-2, 1-0 à l’aller).

Le match : 2-2
Malgré l’ambiance très hostile et les sifflets venus des tribunes, les Bavarois ont pris le contrôle du ballon dès les premières secondes. Une semaine après la courte victoire (1-0) en Bavière, Pep Guardiola a consolidé son milieu avec Xabi Alonso dans un rôle de sentinelle. Il a «sacrifié» Robert Lewandowski, remplaçant, et a aligné Thomas Müller en pointe. Un choix qui n’a pas été sans conséquence. L’attaquant allemand a eu tendance à trop décrocher ou à venir chercher le ballon sur les côtés, entraînant un manque de présence dans la surface. Franck Ribéry lui a demandé de modifier son positionnement au quart d’heure de jeu. Moins de cinq minutes plus tard, Müller se procurait sa première occasion (19e)…

Acculés en défense, les Portugais ont cherché leurs attaquants le plus rapidement possible à la récupération du ballon. Ils ont réussi à ouvrir le score sur leur première occasion, une tête plongeante de Raul Jimenez (27e). Sur leur deuxième, à la 30e, l’attaquant mexicain aurait pu doubler la mise. Mais Neuer s’est interposé. Les Allemands ont continué à faire tourner le ballon et réussi à égaliser grâce à une reprise surpuissante d’Arturo Vidal, à la suite d’un centre de Lahm détourné par Ederson (38e). Ils ont pris l’avantage en deuxième période, à la 52e minute, grâce à Thomas Müller, idéalement servi par Javi Martinez.

Le défenseur espagnol a été en grande difficulté dans le dernier quart d’heure. Pris de vitesse par Gonçalo Guedes, il l’a séché aux abords de la surface, annihilant une occasion franche. Mais M. Kuipers a été indulgent et a sorti un carton jaune. Sur le coup franc, Talisca a remis les deux équipes à égalité (76e). Moins de dix minutes plus tard, Javi a encore sévi, sur Talisca cette fois (84e). Il s’en est encore sorti. Mais le Brésilien n’a pas réussi à accrocher le cadre et à faire douter le Bayern Munich, qui se qualifie pour les demi-finales pour la cinquième saison de suite.

Le fait : Manuel Neuer est humain
Manuel Neueur est souvent comparé à un robot pour sa froide efficacité et sa fiabilité à toute épreuve. Une fois n’est pas coutume, le gardien allemand s’est raté sur l’ouverture du score de Raul Jimenez. Sur le centre d’Eliseu, il a complètement raté sa sortie, à contre-temps, et est parti à l’opposé du ballon. Il a même failli mettre un coup de poing à David Alaba, dont il a effleuré le visage.

Le tournant : Le pointu de Jimenez
Le Benfica, qui a ouvert le score sur sa première occasion, aurait pu doubler la mise trois minutes plus tard. Alors que Xabi Alonso puis Joshua Kimmich ont été trop courts sur un centre de Salvio, Raul Jimenez a enchaîné contrôle et pointu du droit. Mais, cette fois, Manuel Neuer a été impeccable.

Posted by on Apr 14 2016. Filed under Sports. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.