Nine Year Schooling…Est-ce le glas pour les collèges privés ?



3000 places excédentaires dans les collèges à partir de janvier 2017 : est-ce le glas pour les collèges privés ? Certes non. Car de ce nombre excédent, dans les 135 Regional Secondary Schools, l’on comprend également les State Secondary Colleges. S’il est vrai qu’un certain nombre de collèges privés subventionnés par la PSSA ont fermé boutique pour diverses raisons, en contraste l’on s’interroge sur le nombre de collèges privés payants au nombre d’une vingtaine qui continuent à s’épanouir.

Si dans certains secteurs on exprime des craintes pour les collèges privés, surtout en marge de l’avènement du ‘Nine Year Schooling’ avec l’introduction du Primary School Achievement Certificate (PSAC), il n’en demeure pas moins vrai que des nouvelles perspectives se présentent pour ces collèges. Il suffit de se réinventer et de se réadapter pour répondre aux nouveaux besoins qui se profilent avec le Nine Year Schooling.

Après la PSAC, l’admission se fera dans les collèges en fonctions des performances et capacités intellectuelles de l’élève. Le Plan pour ce nouveau projet d’éducation ouvre de nouveaux horizons. Ainsi, les collèges privés pourront offrir à la fois une éducation générale classique couplée avec une éducation technique.

Sous ce chapitre, il appartiendra aux collèges privés de se re-engineer pour se transformer en Centres Polytechniques, ou des Ecoles d’Arts et de Métiers ou encore en écoles vocationnelles. Car le pays a besoin tout aussi bien d’intellectuels, de techniciens de l’informatique, des électroniciens-mécaniciens, des électriciens, des menuisiers, des maçons aussi bien que toute une pléiade de travailleurs manuels mais formés. Aussi en préconisant pour des classes moins peuplées, le projet de Nine Year Schooling offre des opportunités encore plus intéressantes pour que ces collèges puissent se mettre au service de la population.

En ce qu’il s’agit de la crainte concernant la régionalisation, avec des collèges spécialisés dans certaines domaines – par exemple un collège transformé en Ecole d’Arts et de Métiers – une nouvelle voie s’ouvre. Et là ce sera le choix parental qui primera. Car si cette’ école est située dans une autre zone autre où l’élève habite, c’est le choix parental qui prédominera. Ce serait un excellent moyen pour contourner la régionalisation strictement parlant. Il suffit donc que les responsables de ces collèges envisagent ces nouveaux choix et les nouvelles perspectives que la nouvelle vision éducation projette pour le futur. Il faut continuellement se réadapter et se remettre en question. Car continuer sur la même voie serait suicidaire pour ces institutions.

Au lieu de se lamenter sur le passé, il suffit de prendre le taureau par les cornes et envisager l’avenir plus sereinement. On ne regarde pas l’avenir dans le rétroviseur. Sinon on risque de se retrouver dans un gouffre…

Suttyhudeo Tengur

Président GHTU

26 avril 2016

Posted by on Apr 27 2016. Filed under Actualités, En Direct, Featured, Politique. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.