Villarreal crucifie Liverpool



Le sous-marin jaune a touché sa cible à la dernière minute grâce à un but d’Adrián López et se déplacera à Anfield avec un but d’écart.

Villarreal 1-0 Liverpool
But : Lopez (90e) pour Villarreal

Étrange quinzaine que celle que vient de vivre Liverpool. L’ascenseur émotionnel des Reds a oscillé entre le positif et le négatif, entre la folle qualification à Anfield contre le Borussia Dortmund et la partie morose qu’ils ont livrée contre Villarreal ce jeudi soir. Entre-temps, le peuple de la Mersey a eu le temps de prendre un coup derrière la tête avec le contrôle antidopage positif de son héros Mamadou Sakho et l’annonce de sa suspension de 30 jours. Malgré tout, le Français n’a pas fait les choux gras de la presse britannique bien longtemps. Car cette semaine, à Liverpool, il y avait plus que du football, car justice for the 96 (victimes du drame d’Hillsborough) venait d’être rendue par les juges britanniques, qui ont écarté la thèse de l’accident et conclu que le drame de 1989 découlait d’une erreur policière. Pas de quoi rendre heureuses les familles de victimes dont le cœur ne battra jamais plus, mais amplement suffisant pour apaiser les esprits révoltés. Apaisée est aussi le mot pour qualifier la prestation des hommes de Jürgen Klopp au Madrigal, bien loin de la folie d’Anfield.

Wesh poteau, bien ou quoi ?
Villarreal-Liverpool, l’affiche de la troisième journée de Ligue des champions de la semaine, prédisaient d’aucuns. Si la qualité technique des deux formations est indéniable – on a pu se délecter des délices de Suárez et Coutinho tout au long de la soirée – leur capacité à pourfendre les lignes et se créer de réelles occasions, elle, est moins évidente. Certes, il y a les alertes d’Allen et Soldado en première mi-temps, la tête de Bakambu sur le poteau de Mignolet à la reprise, et celui de Firmino à l’heure de jeu. Certes, les cinq dernières minutes complètement folles, ponctuées par le but d’Adrián López dans les arrêts de jeu, rattrapent un peu le coup, mais c’est trop peu pour faire oublier les longues minutes sans la moindre frappe, fruit de l’obstination des deux écuries dans la voie de la passe latérale aux abords de la surface. Surface pourtant surpeuplée. Si Steven Gerrard avait été présent, il aurait eu la bonne idée de balancer du Tomahawk des 30 mètres. Malheureusement pour le spectacle, Stevie G est de l’autre côté de l’Atlantique.

Rigueur tactique et peur d’encaisser
Peu d’occasions, mais aussi d’intensité et d’ambition. La prudence des deux équipes est palpable et peut finalement se comprendre. La finale de la Ligue Europa pointe le bout de son nez, et personne ne voulait encaisser le moindre but. Le sous-marin jaune, car un but à l’extérieur peut coûter très cher à ce stade de la compétition, et les Reds, car il n’est guère aisé de refaire son retard dans la piégeuse enceinte du Madrigal – encore moins quand le but est inscrit à la dernière minute. Et puis il y a la jurisprudence Bakambu, buteur fou de Villarreal qu’il fallait surveiller comme le lait sur le feu en ne jouant pas trop haut. Ironiquement, c’est finalement des pieds de Denis Suárez, passeur décisif, qu’est venu le coup létal que l’on n’imaginait plus venir. Et c’est tant mieux. Le 0-0 nous aurait sans doute dirigé vers le même résultat à Anfield la semaine prochaine. Le 1-0, lui, laisse présager une revanche de folie dans le Merseyside.

Posted by on Apr 29 2016. Filed under Featured, Sports. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.