Fièvre aphteuse : Bérenger et Seeruttun reconnaissent que nous sommes en face d’un problème national



… Quid de la gestion de cette catastrophe?

L’abattage des bêtes ne résout pas entièrement le problème. Au contraire, elle est une épreuve traumatisante à un moment où la consommation de viande chute drastiquement. Les conditions atroces d’abattage des premiers bœufs ont été décriées par le leader de l’opposition, Paul Bérenger, et le ministre de l’Agro-industrie, Mahen Seeruttun. Pour Paul Bérenger, un « Un Fact Finding Committee ou un Select Committee s’impose pour situer la responsabilité dans la cargaison de bétail arrivée à Port-Louis le 1er août alors qu’elle avait été interdite.» Goûtant à sa première Private Notice Question (PNQ) mardi, Mahen Seeruttun a reconnu avec le leader de l’Opposition que la fièvre aphteuse constitue un problème national.

À ce stade, Rodrigues a été décrétée zone de quarantaine et une interdiction d’importation du bétail est déjà en vigueur et le sera pendant au moins trois ans, soit le temps que les analyses concluent à une extermination du virus. En 2015, Maurice avait importé 7 470 têtes de bétail de Rodrigues et de janvier à juillet de cette année, 2 460 bêtes ont été débarquées à Port-Louis. Le manque à gagner conséquent pour la communauté des éleveurs de Rodrigues a poussé Paul Bérenger à s’appesantir sur l’importance de l’élevage dans le tissu socio-économique de l’île. Le ministre Seeruttun a fait ressortir: « Nous avons recommandé de ne pas avoir recours au Mass-Culling du cheptel à Rodrigues et de complémenter avec le programme de vaccination. »

Tandis que le Mouvement Rodriguais souhaite déposer une motion de blâme contre le Chef Commissaire de l’Assemblée Régionale Serge Clair. Le Minority Leader, Gaétan Jabeemissar, a, lui, soutenu que «ce qui se passe à Rodrigues est en train de créer une psychose au sein de la population. C’est un carnage qui se fait devant les enfants et les femmes qui sont traumatisés.» Les autorités déclarent pour leur part que les animaux sont abattus dans les normes, que de la chaux vive est déversée dans les fosses avant que les animaux n’y soient envoyés. Sauf que sur place, les animaux égorgés ont simplement été jetés dans ces fosses avant d’être recouverts de terre.

Mahen Seeruttun a confirmé une commande de 10 000 doses de vaccin du Botswana. Rodrigues, qui a demandé 60 000 vaccins, n’en obtiendra que 15 000, ajoutés à 5 000 venant de Maurice. A noter que la compensation par tête de bétails sera entre Rs 1 500 et Rs 35 000 dépendant du type d’animal. Cette somme a déjà été approuvée par l’Assemblée Régionale Rodriguaise. Il faudra désormais attendre ce vendredi où le conseil des ministres pourrait annoncer le montant d’une aide financière aux éleveurs de Maurice et Rodrigues. Un montant qui devrait s’ajouter à la compensation déjà fixée par l’Assemblée régionale pour les éleveurs rodriguais plus haut.

Posted by on Aug 10 2016. Filed under Actualités, En Direct, Santé. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.