Agression de Bhanooduth Beeharee…Serait-il prudent de se fier aux témoignages d’un récidiviste notoire?



Le drame de la presse écrite ces dernières années c’est de ne plus voir la présomption d’innocence. Certains journalistes s’érigeant même en juge de la Cour Suprême sur certains dossiers, donnent des avis ou plutôt leurs verdicts quand ce n’est certainement pas leurs rôles. A Minority Voice, nous avons certainement décrié les Rs 19 millions d’honoraires de Me Kailash Trilochun réclamés à l’ICTA. Mais depuis, il y a eu des explications. Nous n’allons pas comme Patrick Michel le fait à Week-End, l’appelait Me Rs 19 millions. Sinon on aurait aussi bien pu signer l’article par le journaliste qui s’était fait payer de la caisse noire de Sir Harry Tirvengadum. L’heure pour nous n’est pas de rentrer dans une guéguerre journalistique mais d’apporter une réflexion saine aux problèmes du moment.

Qui ne se souvient pas de l’arrestation spectaculaire de Sir Gaetan Duval sur la base des allégations d’un repris de justice, Moorgesh Shummoogum, impliquant le leader du PMSD dans les échauffourées, ayant causé la mort d’Azor Adélaïde, le 25 novembre 1971, à la rue Chasteauneuf, Curepipe. On sait que l’enquête a abouti à un non-lieu malgré les périples du leader bleu en cour de Flacq. On se souvient comment le Saint Géran lui avait refusé l’accès pour un déjeuner, lui qui pourtant avait tant fait pour faire avancer le tourisme à Maurice. Le leader des bleus avait été déféré aux Assises et risquait la peine capitale suite à la déposition de Moorgesh Shummoogum à La Caverne 18 ans après les faits. Allez lire le livre de Jacques Panglose, le procès du Roi à cet effet.

Ensuite, il y a eu la déposition de Hateem Oozeer, un ancien drogué et membre de l’escadron de la mort qui avait tenté d’impliquer Cehl Meeah dans les terribles attentats meurtriers de la Rue Gorah Issac. Et l’on se souvient des paroles du Directeur des Poursuites Publiques d’alors, Abdool Rafeek Hamuth, qu’il ne serait pas prudent de se baser sur le témoignage d’un ex-toxicomane.

Qui ne se souvient pas encore des charges de complot contre Roshi Badhain par un de ses clients, Nitesh Ramdharry. Ce dernier l’avait accusé de Conspiracy pour une affaire de faux en écriture « to fabricate evidence » et d’acceptation de Legal fees sans reçus avaient été logées contre lui. Me Bhadain avait été incriminé par son ancien client Nitesh Ramdharry, qui l’avait accusé de l’avoir poussé à grossir (de Rs 8 M à 40 M) la somme d’argent qu’Hemant Bangaleea lui devait. Nitesh Ramdharry avait accusé Hemant Bangaleea de lui avoir volé cette somme. Il a allégué que c’est sous la pression de son avocat qu’il avait inventé toute l’histoire sur les millions d’Hemant Bangaleea. Roshi Badhain est arrêté le 17 décembre 2013 par le Central CID. Les accusations seront finalement rayées le 26 mars 2014, par la magistrate Meenakshee Gayan-Jaulimsing siégeant en cour de district de Rose-Hill.

Il y a eu les accusations de complot contre l’inspecteur Rajesh Moorghen, aujourd’hui chef inspecteur. C’est en mars 2014 que Rajesh Moorghen avait été arrêté. Des informations avaient surgi selon lesquelles le père de Barthélémie Azie, Simon Azie, aurait porté plainte pour négligence contre le commissaire de police et d’autres hauts gradés de la force policière. Plainte que le père aurait, dans la presse, catégoriquement nié avoir faite. Il était reproché à l’inspecteur Moorghen d’avoir falsifié la déposition de Simon Azie.

Ce dernier avait été contre-interrogé en février par les membres d’une unité spéciale de la police. Et durant son audition, il avait nié avoir tenu les propos qui lui étaient imputés. Toute cette affaire a pour toile de fond l’enquête sur la disparition du jeune Barthélémie Azie, le 1er aout 1999. Les restes du jeune homme ont été remis à sa famille et les funérailles ont eu lieu il y a quelques mois.

Les charges provisoires qui pesaient contre l’inspecteur Rajesh Moorghen, le sergent Grajille Félicité ainsi que les constables Arnaud Gérard et Christian Casimir dans le cadre de l’affaire Azie ont été rayées. La décision a été prise par la magistrate Padmini Mauree en cour de Port-Mathurin, le mercredi 19 août 2015.

Aujourd’hui nous sommes dans une situation de crime parfait. Un suspect Jacques Désiré Sylvio Candahoo, un récidiviste notoire, habitant la rue Bernardin-de-St-Pierre à Cité-la-Cure donne un scénario digne d’un film bollywoodien. A l’effet que c’est l’avocat Kailash Trilochun qui aurait commandité cette agression sauvage. Le but, dit-il, était d’intimider Bhanooduth Beeharee à cause d’une histoire de paiement d’honoraires en retard. La démarche est aisée en raison du déferlement médiatique qu’a obtenu Me Trilochun dans la presse récemment pour ses problèmes d’honoraires. Et cerise sur le gâteau, on y plante le décor, écrit le scénario et ça régale la presse. Quelqu’un s’est-il posé la question de savoir ce que le suspect, un récidiviste notoire, ait à perdre dans cette affaire comparé à la réputation de la personne qu’il met en cause.

A Minority Voice, nous préférons attendre la version de l’autre parti mise en cause. C’est-à-dire Me Kailash Trilochun. On sait qu’il était à Londres dans un procès devant le Privy Council et se trouve actuellement en Afrique du Sud. On se fera une autre idée alors. Pour rappel au Parlement, récemment, soit le 14 juin dernier, on a appris suite à une interpellation de Reza Uteem, qu’il y a depuis janvier 2015, 14 728 charges provisoires contre des suspects ont été retenues devant différentes cours de justice. C’est grave, tout comme la collusion entre les différents enquêteurs de police et les titres de presse. Tout comme ce journaliste qui aurait récemment assisté une déposition formelle d’un protagoniste dans une grosse affaire politique. Une forme de prostitution intellectuelle.

Posted by on Aug 22 2016. Filed under Actualités, En Direct, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.