Hommage poignant de Gerard Sanspeur à Armoogum Parsooramen



Lorsque les nazis sont venus chercher les communistes,
Je n’ai rien dit,
Je n’étais pas communiste,

Lorsqu’ils ont enfermé les sociaux-démocrates,
Je n’ai rien dit,
Je n’étais pas social-démocrate,

Lorsqu’ils sont venus chercher les syndicalistes,
Je n’ai rien dit,
Je n’étais pas syndicaliste

Lorsqu’ils sont venus me chercher,
Il ne restait personne,
Pour protester.

Je tiens avant tout à vous dédier ainsi qu’à tous mes compatriotes ce poème ci-dessus écrit par le théologien allemand Martin Niemöller, en 1946, peu après sa libération du camp de concentration. En ces temps troubles où prime l’individualisme et où la priorité semble être désormais de sauver sa peau avant tout, votre geste de solidarité m’a été d’un grand réconfort. Car même armé du courage de mes convictions, car même soutenu par mes proches, je vous avouerai que ces paroles salutaires m’ont revigoré l’âme.

Mes compatriotes aussi avaient grand besoin de cette main tendue. Car votre intervention aussi brève soit-elle nous a rappelé que la liberté d’expression et la liberté d’information sont des droits humains primordiaux dont nous devions faire usage quand besoin est.

Notre héritage colonial explique peut-être notre manque de hardiesse pendant des situations conflictuelles dans notre vie publique. Je serai moi-même de mauvaise foi si je disais que dire non est un choix facile. Il est normal d’avoir la tentation de reculer devant le prix à payer, mais avons-nous le droit moral d’être des témoins passifs de naufrages annoncés alors que nous avons la possibilité de faire entendre nos voix ?

Il est grand temps pour nous aussi en tant que citoyens de miser sur le bon sens du gouvernement et sa capacité de comprendre que la liberté d’expression est essentielle à la bonne gouvernance et de ce fait au progrès économique et social. Le temps est venu pour nous d’oser. Oser tout simplement dire ce que nous pensons réellement tout comme vous l’avez fait, monsieur, lors de votre soutien public. Votre intervention aura, je l’espère, l’heureux effet d’inciter de nombreux mauriciens à manifester leurs positions par rapport à des sujets de brûlante actualité.

Car, n’en doutez pas, cher Monsieur, vous faîtes figure d’exemplarité dans cette île Maurice qui se cherche toujours, dans ce pays où certains se laissent rattraper pas leurs démons afin « d’arriver ». A un moment ou nos jeunes n’ont surtout comme modèles que des stars déjantés du show-business, à un moment où les politiques perdent de plus en plus de crédibilité, il serait utile pour nous de nous attarder sur des moments phares de votre vie.

Si j’avais à résumer votre parcours, je dirais qu’il est avant tout placé sous le signe de l’authenticité. Vous n’avez jamais caché vos origines modestes, votre attachement à votre village, à l’école de votre enfance. Alors que de nos jours, le social n’est quelquefois qu’un tremplin pour la vie politique, nul ne peut remettre en cause votre vocation dans le social ! On sent chez vous un amour inné pour les gens, un désir profond de vous investir afin qu’ils aient des lendemains meilleurs.

C’est d’ailleurs cette passion de l’autre qui a guidé vos premiers pas vers l’enseignement. C’est aussi cela qui vous a conduit vers la politique. Vous avez sans doute comme tous dû faire des faux pas dans cette voie mais vous avez toujours essayé d’être fidèle à vous-même et à vos convictions. En tant que Ministre de L’Education, vous laissez le souvenir d’un homme modeste, chaleureux qui connaissait ses limites mais qui mettait tout en œuvre pour les dépasser. Vous êtes d’ailleurs tout au long de votre investiture resté pleinement conscient de la primauté du devoir avant toute autre considération.

A ceux qui s’amuseraient à dénigrer votre bilan où à n’en faire ressortir que certaines faiblesses, il faudrait sans doute leur rappeler à quel point votre carrière professionnelle en dehors du pays a été prolifique – directeur de l’éducation secondaire et pré-vocationnelle, secrétaire du conseil exécutif de l’UNESCO. Vous êtes monsieur Parsooramen, un exemple de reconversion réussie. Comme quoi il y a somme toute une vie après la politique !

Valeur du jour, il ne vous reste plus rien à prouver. Votre désir de continuer à être utile n’en est que plus admirable. Toujours actif dans le social, vous avez déjà un bilan des plus élogieux au sein de la Global Rainbow Foundation que vous avez vous-même fondé. Quant à moi, je ne vous comprends que trop bien car comme vous, je suis d’avis que lutter contre la précarité est un des plus beaux combats dans lesquels on puisse s’engager. Beaucoup de compatriotes d’ailleurs souhaiteraient comme nous l’émergence d’une île Maurice où un humanisme actif serait porté par des valeurs fortes de solidarité, de responsabilité et de justice sociale.

Laissez-moi aussi vous avouer cher monsieur, que comme vous, je prends aussi de plus en plus conscience du fait que la vie m’a beaucoup donné et qu’il faut à mon tour essayer d’être utile aux autres. Nous ne sommes que de passage, mais nous pouvons tout de même laisser des traces positives de notre vécu afin de permettre aux autres de continuer la route. Comme le disait le politique Pierre Mauroy : « Les hommes passent avec le reste, les justes causes elles ne meurent pas »

Permettez-moi encore une fois de vous rendre hommage, à vous, fils du sol, qui avez le grand mérite d’avoir su toujours rester humble. Voilà d’ailleurs votre plus grande force. Je termine d’ailleurs sur cette belle citation qui résume bien ce que vous êtes :

« Etre soi est ce qu’il y a de plus difficile au monde et se prendre pour soi-même est la caractéristique des plus grands hommes. Les petits hommes se prennent invariablement pour un autre. »
Gerard Sanspeur

Posted by on Aug 28 2016. Filed under Actualités, Featured, Opinion. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.