Saga Trilochun…Valayden confiant, la police réplique, Candahoo intrigue?



PRESS COMMINIQUE

Object- Arrival of Me Kailash Trilochun

Due to a personal predicament and availability of flight, Me K. Trilochun will come to Mauritius on Monday, the 5th of September 2016 at around 10.45 hours to “surrender himself” to police for inquiry purposes.

Me Trilochun will travel to Mauritius by Emirates Airline and will be accompanied by his wife and his two children.

Me Trilochun has given me instructions to write to Mr Reekoye, ACP (Crime) CCID which I did today itself.

In the Interests of Truth and Justice, my client has also given to me the green light to render public the contents of the letter on Thursday, the 1st September 2016.
Rama Valayden

29 August 2016

Vous l’avez compris c’est finalement, le lundi 5 septembre à 10 h 45 que l’avocat Kailash Trilochun rentrera au pays. Contrairement au travail de sappe de l’Express, il n’a pu trouver un vol qui lui garantit une arrivée le matin. Il se rendra ensuite à la police dans le cadre de l’enquête sur l’agression au cutter du Chairman de l’Information and Communication Technologies Authority (Icta), Bhanoodutt Beeharee.

C’est ce qui ressort d’une correspondance que Me Rama Valayden, l’avocat de Me Kailash Trilochun, a adressée à la presse ce lundi après-midi 29 août. Hier le Premier ministre par intérim Showkutally Soodhun dit avoir été choqué d’apprendre dans la presse que Me Kailash Trilochun disposerait d’une heure à partir de sa descente d’avion pour se rendre aux Casernes centrales.

L’élu du No 15 affirme que le commissaire de police doit travailler d’après son propre emploi du temps et non en fonction de celui Me Rama Valayden, l’avocat de Me Kailash Trilochun. Le patron du Central Criminal Investigation Department (CCID) affirme que personne n’a garanti à l’avocat Kailash Trilochun qu’il disposerait d’une heure à partir de sa descente d’avion pour se rendre aux Casernes centrales.

« La police assure au public que l’enquête sur l’agression du Chairman de l’Information and Communication Technologies Authority (Icta) se déroule en toute transparence et impartialité. A ce stade, la police dispose de compléments d’information qui restent à être vérifiés et contre-vérifiés. Dès que Me Kailash Trilochun rentrera au pays, c’est la police qui décidera quand elle le convoquera pour qu’il donne sa version des faits », a déclaré l’assistant commissaire de police Devanand Reekoye.

Pour sa part, Me Rama Valayden, leading counsel de la défense, fait valoir qu’il n’y aurait absolument aucune preuve contre son client. «Si on se base sur la transparence, il n’y a aucune preuve contre Kailash Trilochun. Quelle preuve y a-t-il ? Les Rs 19 millions ? Ce paiement a été approuvé après une réunion en haut lieu», dit-il. Evoquant l’alibi «solide» de Kailash Trilochun, Rama Valayden indique qu’un emploi du temps bien détaillé «presque heure par heure» sera soumis à la police, ainsi que le téléphone du présumé commanditaire et les détails de ses comptes bancaires. «Mon client est un avocat. Il a l’intention de clear his name as a barrister», souligne-t-il.

A noter que la police sollicitera l’avis du Directeur des poursuites publiques avant de procéder à une quelconque arrestation dans cette affaire.

Selon un haut gradé, «Me Rama Valayden essaie de détourner l’attention en parlant de surprise. Or, il devient évident que ce sera difficile pour lui de fournir un alibi». Les enquêteurs du CCID craignent une ingérence dans l’enquête après que des éléments sont parvenus jusqu’à Me Kailash Trilochurn et son avocat.
La police surveille de près deux de ses membres qui auraient des connexions avec les deux hommes de loi. Dans sa déposition, le suspect Pascal Collet a relaté comment il a été approché par Désiré Candahoo pour la filature de Bhanoodutt Beeharee, qui a duré quatre jours avant son agression. Désiré Candahoo lui aurait dit «ki li pé fer démars pou enn post gardien pou zot». Toutefois depuis peu les agissents du suspect Candahoo inquiète les enquêteurs. Ce dernier n’aurait pas identifié Steven St-Pierre samedi dernier et envisagerait de changer sa version des faits.

Les deux autres suspects sont Christopher Benoit et le bras droit de Me Kailash Trilochun, Steven St-Pierre. Cette affaire a pour toile de fond des honoraires de Rs 19 millions qu’a accepté de payer l’ICTA à l’avocat Trilochun pour un procès qu’intentait Emtel à l’organisme. A noter que le suspect Steven St Pierre a fait prévaloir son droit au silence.

Par ailleurs, Showkutally Soodhun affirme avoir pris la décision de révoquer Kailash Trilochun à la Financial Intelligence Unit sans l’aval de sir Anerood Jugnauth, absent du pays. Le premier ministre par intérim était allé à la rencontre des hadjis mauriciens à l’aéroport, le samedi 27 août à l’aéroport.

Ameenah Gurib-Fakim a apposé sa signature à la lettre de révocation de l’homme de loi qui est soupçonné d’être le commanditaire de l’agression au cutter de Bhanoodutt Beeharee. Toutefois, de source bien informée dans le circuit concerné, il nous revient que, devant le refus de réceptionner le courrier, samedi, une entrée a été consignée au poste de police de la localité pour signaler ce qui s’est produit. La lettre a finalement été envoyé par voie postale.

Posted by on Aug 30 2016. Filed under Actualités, En Direct, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.