L’Après-SAJ: enfin Paul, la présidente ne va quand même pas nommer Reza Uteem?



A Minority Voice, nous avons beaucoup de mal comprendre la subite sortie de Paul Bérenger sur l’après-SAJ. Est-il une fois de plus en train de confondre vitesse et précipitation? Il est clair que les punaises agacent beaucoup surtout quand l’on chauffe les bancs de l’Opposition depuis juillet 2005 et que toutes vos stratégies politiques et électorales n’ont été que des échecs. On peut comprendre que le MMM est mal à l’aise dans l’opposition. Mais il faut un iota de respect pour la démocratie et assumer la défaite en bon perdant. La population savait très bien 2014 qu’en optant pour Sir Anerood Jugnauth, elle faisait également le choix de Pravind Jugnauth comme futur Premier ministre. D’où un deuxième plébiscite soit une victoire sans appel de 126-0 pour les municipales. Donc il ne faut pas chercher midi à 14h00.

« Une personne proche du PMSD a écrit une opinion. Cette personne dit que si sir Anerood Jugnauth n’est pas là, il faudra nommer Xavier-Luc Duval comme Premier ministre. Ce n’est pas vrai. La Présidente n’est pas obligée non plus de nommer Pravind Jugnauth comme Premier ministre », explique Paul Bérenger. L’article 59 de la Constitution, ajoute Paul Bérenger, stipule que c’est le président de la République qui « choisit la personne la plus capable d’assumer le poste de Premier ministre ». Il cite aussi l’article 57 de la Constitution qui dit que si le président de la République « ne peut nommer personne et qui contrôle la majorité [à l’Assemblée nationale], il peut dissoudre l’Assemblée nationale ».

« La présidente de la République a donc un rôle clé à jouer », affirme Paul Bérenger. « C’est normal qu’il y aura de plus en plus de spéculations sur l’après-SAJ », estime Paul Bérenger ; ajoutant que c’est dans ce contexte que le MMM tiendra son congrès-anniversaire le 25 septembre à l’auditorium Octave Wiehé.

Tandis que Rajesh Bhagwan s’inquiète : « Depuis la présentation du Budget et depuis que des membres de son parti disent à tort et à travers qu’il est le futur Premier ministre, Pravind Jugnauth commence à avoir la grosse tête. Mais laissez-moi vous dire une chose, l’uniforme de Premier ministre ne lui va pas. »

Qu’il se rassure l’uniforme qu’il parle va encore moins à Ajay Gunness ou Reza Uteem.

Tandis que Me Milan Meetarbhan explique ce matin, que «celui qui commande une majorité au Parlement peut devenir Premier ministre». Il s’appuie sur l’article 59 (3) de la Constitution pour étayer ses dires. “The President, acting in his own deliberate judgement, shall appoint as Prime Minister the member of the Assembly who appears to him best able to command the support of the majority of the members of the Assembly, and shall, acting in accordance with the advice of the Prime Minister, appoint the Deputy Prime Minister, the Attorney General and the other Ministers from among the members of the Assembly : provided where occasion arises for making appointment while Parliament is dissolved, a person who was a member of the Assembly immediately before dissolution may be appointed; and a person may be appointed Attorney General, not withstanding that he is not (or, as the case may be, was not) a member of the Assembly”.

Le MMM a cette fâcheuse habitude de vouloir utiliser les lois et les standing orders à leurs convenances et quand
cela les arrangent. Pourquoi le débat sur la personne la plus apte à diriger le pays ne s’était pas poser en octobre 2003. Cela aurait évité de sérieuses déconvenues à l’alliance MSM/MMM. Pour nous à Minority Voice, c’est SAJ qui dirige et après lui ce sera Pravind Jugnauth.

Posted by on Sep 4 2016. Filed under En Direct, Featured, Politique. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.