WATFORD ENFONCE UNITED



Deuxième couac consécutif pour Manchester United, qui s’est fait avoir à Watford sans jamais avoir pu prendre le match en main. Agacé et poussé à bout par Watford, United a perdu son sang-froid et les trois points au passage.

Watford 3-1 Manchester United
Buts : Étienne Capoue (34e), Jacob Zúñiga (83e) et Troy Deeney (90e+5 sp) pour Watford // Marcus Rashford (62e) pour Manchester United

Pour la deuxième fois en cinq minutes, Zlatan Ibrahimović récupère une passe en retrait ratée d’un défenseur de Watford et cavale vers le but pour tenter de réparer les pots cassés. United perd 1-0 en cette fin de première mi-temps, et à cause de l’incapacité des siens à produire du jeu et à construire des actions, le Suédois en est réduit à ça.

À ramasser les miettes laissées par les défenseurs de Watford, puis à rater ses duels. Une semaine après la débâcle face à City, United avait besoin d’une rebound victory face à un adversaire plus faible. Mais les soldats du Vicarage Road Stadium n’étaient pas d’humeur à jouer les sacs de frappe, et les Hornets avaient affûté leurs dards. Et après 90 minutes de galère, de frictions, et même de blessures, United a terminé genou à terre. Une défaite que les coéquipiers de Pogba ont bien méritée, repoussés dans les cordes sans réussir à en sortir. Pire, lorsque Manchester a eu l’occasion de montrer ses poings, ça a été pour taper dans le vent ou tomber sur la garde de Watford, bien en place cet après-midi.
Martial assommé

Les Red Devils auraient pu profiter de l’envie éternelle de Wayne Rooney, toujours partant pour mener des assauts. Mais Manchester ne parvient à rien mettre en place en début de match. La vitesse de Valencia, les tampons de Zlatan, la folie de Pogba, personne ne répond présent ou presque, et c’est Watford, entre deux touches de bûcheron lancées à quarante mètres, qui est le premier à roder autour du but adverse. C’est d’abord Ighalo, qui profite d’une sortie aérienne horrible de De Gea en plein sur Smalling, mais pas sur le ballon, pour frôler le but. Puis c’est au tour de Deeney de bouffer Valencia dans les airs pour caler une tête croisée, qui permet cette fois à De Gea de briller et de sortir une parade magistrale.

Être en difficulté dans le jeu, c’est déjà triste pour Manchester, mais le ciel continue de s’assombrir lorsque Martial, crâne rasé et qui n’a plus de cheveux pour amortir les chocs, s’assomme contre le menton de Janmaat et se relève après trois minutes passées à terre, avec l’air encore plus ahuri que d’habitude. Pour débloquer ce genre de situations, Mourinho a dépensé plus de cent millions d’euros pour une solution miracle nommée Paul Pogba, mais sa belle frappe soudaine à la demi-heure de jeu tombe sur la transversale. Dans la foulée, Martial continue son dimanche pourri en se faisant charcuter la jambe par Britos. L’arbitre ne siffle pas, Watford poursuit son action, et ce bon vieux Étienne Capoue ouvre le score. C’en est trop pour Martial, chancelant et remplacé. United ne tirera rien d’autre de cette mi-temps infernale.

Manchester abattu
Cravate baladée sur le côté de sa chemise, comme François Hollande, dans l’œil du cyclone et malmené comme l’hôte de l’Élysée, José Mourinho a sa tête des mauvais jours. Ses gars mettent de l’envie au retour des vestiaires, mais Watford ne baisse pas le regard. Entre passes mal dosées et attaques placées stériles, Manchester tourne en rond et offre même des coups de pied arrêtés à Watford.

Et si on dit que les meilleures confitures se font dans les vieux pots, United a pris l’habitude de s’en remettre à un petit gars de dix-huit ans, Marcus Rashford. Le minot offre le soulagement à son équipe après une action vite et bien menée, en bombardant à bout portant après un centre de Zlatan et un cafouillage. Le nul est là, mais il ne suffit pas. Manchester fait remonter son bloc, avec les esprits qui s’échauffent en bonus et un jaune pour Pogba, pris en flagrant délit au milieu d’une empoignade de chiffonnier.

Sans doute nostalgique de ses années parisiennes, Zlatan rate une occasion de tuer le match en mitraillant le mur sur un coup franc frappé trop fort et sans viser. Cinq minutes plus tard, sa tête est superbement détournée par un plongeon de Gomes, aussi mal habillé que réactif. Le Z pourra regretter ses ratés. Zúñiga, à peine entré à la place de Capoue, marque d’une jolie frappe croisée au milieu d’une défense mancunienne statique. Les derniers coups de sang mancunien ne donnent rien d’autre qu’un penalty à Deeney, qui s’amuse à supplicier un peu plus Manchester en clôturant le bal sur un troisième but. Cette fois, tous les Mancuniens remonteront dans le bus avec la même démarche défaillante que Martial à sa sortie, assommés.

Posted by on Sep 19 2016. Filed under Sports. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.