Le ministre Lutchmeenaraidoo préconise les réformes de la facilitation des affaires pour faire reculer la corruption en Afrique



Le ministre des Affaires étrangères, M. Vishnu Lutchmeenaraidoo, est intervenu à la Africa Partnership Conference ce mercredi 21 septembre 2016. Le Chef de la diplomatie mauricienne a mis l’accent sur la facilitation des affaires en Afrique comme un moyen pour favoriser le développement économique sur le continent tout en faisant reculer les pratiques de corruption.

« Les investisseurs doivent réaliser que le continent africain va jouer un rôle prédominant dans les décennies à venir. Le potentiel est énorme. Les obstacles le sont aussi. Nous devons confronter les défis. La corruption finit par décourager les investisseurs. Il nous faut absolument sortir de cette situation” affirme le ministre.

Le ministre Lutchmeenaraidoo a, néanmoins, mis en garde contre la tentation d’introduire des lois anti-corruption trop sévères qui risqueraient de nuire à l’investissement. La corruption est un fait de culture, dit-il. Il faut privilégier les réformes de la business facilitation qui vont dans le sens des règles plus transparentes et simples pour les opérateurs. Avec moins de bureaucratie, ceux qui détiennent un pouvoir discrétionnaire auront moins de possibilité d’abuser de leur autorité et d’avoir recours à des pratiques de corruption.

Le Chef de la diplomatie a fait état de la volonté de Maurice d’accélérer les réformes en matière de ease of doing business afin de faire partie des 15 pays les plus compétitifs au monde dans les trois prochaines années. La Banque mondiale apporte son soutien à cet effet.

Le ministre se félicite des progrès notables réalisés sur le plan de la stabilité politique en Afrique. Il cite dans cette optique les exemples de la Rwanda et de l’Ethiopie.

Le Chef de la diplomatie a, d’autre part, évoqué les projets de zones économiques spéciales (ZES) de Maurice dans des pays africains. Ces ZES seront développées par le biais de Special Purpose Vehicles (SPVs) financiers, assorties de couvertures contre des risques politiques.

Le ministre des Affaires étrangères a plaidé pour une meilleure connectivité entre les pays africains afin de promouvoir l’intégration régionale. L’accès aérien est vital pour accompagner le décollage économique du continent. La liberté de mouvement des personnes est une condition essentielle pour favoriser l’activité économique. Le ministre a rappelé qu’il avait signé la semaine dernière un MOU visant à faciliter la mobilité des hommes d’affaires et des professionnels dans la région (Mauritius, Seychelles, Malawi, Zambie et Mozambique). Ce développement rehaussera le niveau des échanges économiques entre les pays de la zone.

Son Altesse la Princesse Abze Djigma du Burkina Faso, a elle aussi, plaidé dans le sens d’un rehaussement sensible de la connectivité en Afrique. Elle a évoqué la nécessité de développer les capacités humaines afin de promouvoir la diversification économique dans les pays africains. La Princesse Abze Djigma a aussi parlé de l’apport des énergies vertes dans le processus d’électrification sur le continent.

Posted by on Sep 21 2016. Filed under Actualités, Economie, En Direct, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.