Megh Pillay : Non à la politisation de cette affaire



C’est ce qui ressort d’un communiqué émis jeudi après midi. Megh Pillay a expliqué qu’il souhaite que son départ d’Air Mauritius ne soit pas politisé mais que cela serve tout simplement à promouvoir la bonne gouvernance et consolider le sens de l’éthique dans les entreprises publiques et privées. Par ailleurs, Anil Gayan a lui affirmé qu’il n’est pas prudent pour un ministre ou un gouvernement de s’immiscer dans cette affaire. Une déclaration faite à l’occasion du lancement de la campagne pour la réduction de la mortalité maternelle en Afrique hier matin. Par ailleurs, l’ex-CEO a rencontré le ministre de la Bonne Gouvernance, Roshi Badhain. Il a critiqué la bonne gouvernance au sein de la compagnie d’aviation nationale. «Ce qui s’est passé avec le limogeage de Megh Pillay ne doit pas se reproduire que cela «serve de leçon» à MK», a-t-il déclaré face à la presse.
Roshi Bhadain est également d’avis que la compagnie d’aviation nationale a enfreint les quatre fondamentaux de la bonne gouvernance. Ceux-ci sont comme suit :
1. Le président n’a pas le droit de s’ingérer dans la gestion courante de l’entreprise. La Cabinet Decision du 23 janvier 2015 démarque bien le rôle d’un Chief Executive Officer de celui d’un président.
2. Le Chief Executive Officer doit mettre en œuvre les décisions du conseil d’administration. C’est lui l’exécutant des décisions politiques de l’entreprise.
3. Le rôle des conseillers. Ils sont là pour conseiller. Dans certains cas, ils siègent au conseil. Ils commencent à prendre certaines initiatives dans le cercle du pouvoir. Ils ont eux-mêmes un agenda. Il ne faut pas que les conseillers se servent de leur position pour siéger au sein d’un comité.
4. La manière dont opère la démocratie. C’est très grave. Si tous les fondamentaux de la bonne gouvernance avaient été suivis, on n’en serait pas là.

sur le même sujet:
SAJ: «Mo pa dan board»
Le Premier ministre a commenté la révocation du Chief Executive Officer (CEO) d’Air Mauritius, Megh Pillay. Si sir Anerood Jugnauth concède à dire que la gestion de la compagnie nationale d’aviation est sous sa tutelle, il indique, toutefois, qu’il ne fait pas partie du board qui a signé la mise à pied de Megh Pillay comme CEO de MK. C’était lors de la cérémonie de commémoration du 182e anniversaire de l’arrivée des travailleurs engagés à l’Aapravasi Ghat, mercredi 2 novembre. Au sujet d’un éventuel conflit entre lui-même et Pravind Jugnauth, SAJ commente : «C’est à vous de juger, d’examiner et de tirer vos conclusions.»
Par ailleurs, Me Ivan Collendavelloo affirme qu’il n’a rien à voir avec la résiliation du contrat de Megh Pillay de la compagnie d’aviation nationale. Il affirme également que l’ancien CEO était au courant qu’il allait être révoqué mais ne s’est pas défendu. Tout en précisant : « Mes relations avec Megh Pillay ne concernent que lui et moi ». Le Vice-Premier ministre et ministre des Utilités Publiques assistait à une cérémonie de dépôt de gerbes pour rendre hommage au Dr Idrice Goomany à Pointe aux Canonniers. Interrogé sur les propos de Me Marc Hein, Ivan Collendavelloo dit « ne pas comprendre comment Marc Hein peut critiquer la décision du “board” d’Air Mauritius » de remercier Megh Pillay car, selon lui, Me Marc Hein savait trois heures avant la réunion du conseil d’administration le sujet qui était à l’agenda. « Il est un directeur et un avocat de cette trempe-là. Il savait que quelque chose se passait au niveau du “board”. Inn fer li kone, li exprim so koler avek lezot direkter. Li dir li pa dakor avek sa. Selma, li ress dan so biro li pa dir nanye. « Ou enn direkter, ou enn avoka, ou vinn dir sa dan publik ? Je crois que c’est le monde à l’envers », lance Ivan Collendavelloo.

Au PMSD, l’on dit ne pas être d’accord avec la position de Me Marc Hein. D’autant que personne n’a été mandaté pour parler à ce sujet. D’ailleurs Xavier Luc Duval aurait exprimé son déssacord au Senior Counsel. Les bleus tiennent à calmer le jeu. Une prise de position qui réjouit le MSM. D’ailleurs Showkatally Soodhun affirme que Pravind Jugnauth n’a rien à faire avec le départ de Megh Pillay. Ce n’est pas Sateeaved Seebaluck qui devait siéger sur le board d’Air Mauritius le jour du limogeage de l’ex-directeur, mais Nayen Koomar Ballah. Car il lui avait déjà succédé au poste de secrétaire au cabinet. C’est un des arguments des avocats de Megh Pillay, qui commencent à rédiger leur plainte aujourd’hui.

Posted by on Nov 4 2016. Filed under Actualités, En Direct, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.