Affaire Big Boss: Paul Bérenger a-t-il été induit en erreur ou dispose-t-il des preuves solides?



Au nom de nos enfants, nous prenons tous très au sérieux les affaires de drogue. Encore plus quand un chef de l’Opposition s’est rendu à la Commission sur la Drogue pour faire des allégations contre le frère d’un parlementaire. Toutefois, notre rôle en tant que journaliste n’est pas d’encenser Paul Bérenger ou les parlementaires. Nous devons absolument poser des questions vitales surtout après que chacun ait exprimé son point de vue sur la question. La conclusion nous la laissons à nos lecteurs!

Nous sommes heureux de la saisie de Rs 639 millions de drogue sur bateau mauricien à la Réunion.

Notre première question dans cette affaire : est-ce que Paul Bérenger dispose des preuves matérielles solides ou a-t-il seulement véhiculé des hear-say évidence? Il doit nous éclairer là-dessus. Comment peut-il accuser le frère d’une parlementaire en essayant de traîner cette famille dans la boue. L’on sait aujourd’hui qu’il a ciblé le dénommé Veer Luchoomun. Ce dernier affirme : « J’habite Rivière-du-Rempart et je suis un businessman international dans le domaine du jeu de hasard, des casinos et des machines à sous. C’est le business que nous faisons à Madagascar et en Afrique.»
Il est le frère de Sandya Boygah. Cette dernière on le sait a quitté le Parti Travailliste après la fermeture de la maison de paris sur le football Dollar Win pour rallier le MSM et ensuite devenir candidate au No 11. L’on sait tous comment, elle s’était violemment prise à Paul Bérenger qui avait critiqué son habillement lors d’un meeting à Rose-Belle et comment semaine après semaine, elle s’est attiré les foudres de l’Opposition au Parlement. Souvent les commentaires vont à la limite de la décence pour critiquer ses parures, son habillement et son style venant d’un parti qui officiellement milite pour plus de femmes au parlement.

Nous ne connaissons pas Veer Luchoomun. Nous ne le défendons pas. Mais Paul Bérenger oublie qu’entre 1995 et 2000, l’un de ses députés siégeant au Parlement était dans la même situation de Mme Boygah. Ses proches, et pas lui, avait des démêlés en justice avec des affaires de drogue. Pourquoi Bérenger n’a jamais dit mot à ce sujet? A-t-il oublié la une d’un journal à cet effet? Tout comme sa sortie contre un ancien dirigeant mauve injustement accusé et dont le MMM avait défendu bec et ongle et qui lui à tour son avait attaqué le MMM dans une autre affaire. N’y a-t-il pas des dirigeants en vue du MMM dont les proches sont des drogués? Alors va-t-on les tenir rigueur pour sa?
Nous reproduisons ici un extrait de l’interview de Veer Luchoomun sur Radio-Plus :-

Nawaz Noorbux : Paul Bérenger vous qualifie de «Big Boss» et allègue que vous êtes à la tête d’un réseau de trafic de drogue entre l’île Maurice et Madagascar et que vous faites le va-et-vient entre ces deux pays et que vous êtes mêlé à « l’affaire du constable Hurreechurn »…

Veer Luchoomun : Premièrement, je ne connais pas le policier Hurreechurn personnellement. Je ne l’ai même pas rencontré de toute ma vie. Ni un bonjour, ni une poignée de main. Je suis étonné comment Paul Bérenger dresse un lien entre l’affaire Hurreechurn et moi. C’est la première fois que je vis une telle situation.

Jean-Luc Émile : Avez-vous essayé d’avoir des explications sur les liens dont fait état Paul Bérenger ?

Veer Luchoomun : Je ne comprends pas. Ce n’est que lorsque vos collègues m’ont téléphoné [jeudi après-midi 10 novembre] que j’ai appris que Paul Bérenger a fait de telles allégations contre moi devant la commission d’enquête sur la drogue. Je pense qu’il a écrit mon nom sur un bout de papier pour le remettre au président de la commission.

Jean-Luc Émile : Est-ce par rapport à vos antécédents ? Car, on dit que vous avez été condamné pour « drug dealing » en 2007, et en 2011 il y a eu une autre affaire de drogue devant la cour intermédiaire…

Veer Luchoomun : Ce n’est pas un cas de « drug dealing ». Je ne me suis procuré cette drogue avec l’intention de la distribuer, mais pour fumer entre amis. On ne m’a pas traduit en Cour pour trafic de drogue.

Nawaz Noorbux : Reconnaissez-vous donc que vous êtes un consommateur de cannabis ?

Veer Luchoomun : Évidemment, je le reconnais. Mais je suis en réhabilitation.
C’est pourquoi sans nul doute, le MSM va soutenir Sandya Boygah. Cette dernière, présente à l’inauguration du Village Hall de Rivière-des-Anguilles ce vendredi 11 novembre aux côtés du leader du MSM, Pravind Jugnauth, a réagi aux allégations de Paul Bérenger. Elle a déclaré que celui-ci devra lui présenter ses excuses. Toutefois, elle affirme ne pas être en contact avec son frère, par manque de temps. «Je vous assure “ki ena dimunn habitie demanne pardon, li ena labitid demann exkiz, li pou al demann exkiz ankor”», a déclaré Sandhya Boygah. La députée MSM faisait allusion aux excuses présentées en Cour suprême jeudi 10 novembre par Paul Bérenger au député PTr Shakeel Mohamed dans un procès en diffamation intenté au leader de l’Opposition. Le chef de file des rouges au Parlement réclamait à Paul Bérenger des dommages de Rs 20 millions, car il dit se sentir diffamé par des propos tenus par Paul Bérenger sur lui dans l’affaire Gorah-Issac lors d’un meeting à Roche-Bois en juin 2012.

Pravind Jugnauth a, pour sa part, volé au secours de Sandhya Boygah en réagissant à une question de la presse sur les informations au sujet du frère de la PPS. Selon lui, il est habilité à répondre aux questions qui concernent les membres de son parti et non sur les proches de ces derniers. «Vous savez combien de membres de l’opposition ont des proches impliqués dans des affaires. Est-ce qu’un membre de mon parti est accusé de quelque chose ?» se demande le leader du MSM. Avant d’ajouter que «tou dimounn fami dans Maurice».

L’on se souvient que Navin Ramgoolam avait jadis raconté comment Paul Bérenger voulait qu’il pose une PNQ sur Michaël Glover avant 1995. « Li dire moi bisin jette la boue, dimoune pou fini par croire sa la vérité. Mone refusé sa qualité politique là mo pas faire », a soutenu le leader rouge longtemps avant les amours avec le dirigeant mauve en 2014.

Posted by on Nov 12 2016. Filed under Actualités, En Direct, Featured, Politique. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.