Au Parlement, la Prevention of Terrorism (Amendment) Bill déchaîne les passions



Il fallait s’y attendre. Les amendements à la loi anti-terroriste n’ont pas été vus du même œil par tous. Pour Sir Anerood Jugnauth qui a piloté le texte de loi, la menace terroriste est toujours réelle. « C’est pourquoi nous irons de l’avant avec ces amendements. », a-t-il soutenu tout en affirmant que « l’an dernier, on a recensé 40 attaques terroristes qui ont fait 700 morts à travers le monde. » SAJ a également mis l’accent que d’après « le World Economic Forum estime qu’entre 27 000 et 31 000 personnes ont voyagé depuis 2011 dans les régions de Syrie et d’Iraq pour rejoindre l’Etat Islamique et d’autres groupes. »

De son côté Paul Bérenger qui donné tout son soutien à la loi terroriste de 2002 estime qu’il n’y a pas lieu de le renforcer. Il s’est interrogé sur le fonctionnement de Counter Terrorism Unit et son éventuel directeur. Tandis que le Prime Minister in Waiting, Pravind Jugnauth espère que cette loi ne sera jamais utilisée. Quant à Roshi Badhain, la loi de 2002 est inopérante. A noter un clash entre Shakeel Mohamed, Ivan Collendavelloo aidé par Anil Gayan. Les habitués de l’hémicycle ont remarqué la tentative honteuse du député Osman Mohamed d’orienter les débats vers les marchands ambulants.

Par ailleurs, lors de la Prime Ministers Question Time, Sir Anerood Jugnauth a soutenu que l’ICAC enquête en ce moment sur les avoirs de Veer Luchoomun. Il a donné une cinglante réplique à Rajesh Bhagwan, le conseillant même « d’alle boire lizol »en soutenant qu’aucun de ses conseillers ne s’ingèrent à la MBC.

Par ailleurs, Nando Bodha, a annoncé que le système de speed cameras subira un audit pour être revu. Tandis qu’Adil Ameer Meea et Anwar Husnoo ont eu un virulent échange sur le dossier des marchands ambulants.

Tandis que le Social Integration & Empowerment Bill a été voté avec des amendements. Lors de son Summing Up, le ministre de l’Intégration sociale, Prithviraj Roopun, a annoncé que des modifications allaient être apportées à la clause 7 du projet de loi relativement au droit d’appel d’un bénéficiaire et à l’annulation ou la suspension d’une allocation de subsistance. Il a qualifié «d’objectif» le débat plein de remarques «constructives» et a dit «apprécier» tous les commentaires pour trouver des solutions concernant l’éradication de la pauvreté. «C’est vrai qu’avec ce nouveau texte de loi, nous allons éliminer la pauvreté économique. Mais nous avons réalisé que la pauvreté a d’autres dimensions que nous devons prendre en considération.» Il estime que pour lutter contre la pauvreté, il faut clarifier les politiques économiques. Il a affirmé que pour s’attaquer à la situation des plus démunis, des plans et des programmes ont été mis en place après avoir analysé le profil de chaque famille. Au dire du ministre, les familles qui tombent dans la catégorie d’extrême pauvreté sont au nombre de 6 400. Il se dit confiant que ce chiffre changera. «Nous croyons dans la responsabilisation et non dans l’assistanat.»

Posted by on Dec 7 2016. Filed under Actualités, En Direct, Featured, Politique. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.