L’Inde n’a aucune visée militaire sur Agaléga



Quoiqu’en pensent les mauvaises langues qui répandent des rumeurs, ici et là, l’Inde n’a aucune intention de coloniser une partie du territoire mauricien, comme certaines grandes puissances mondiales, à l’instar de la France, de la Grande Bretagne et des Etats Unis, qui le font respectivement dans les cas de Tromelin et de l’archipel des Chagos. Il a fallu de peu, avant la création, et aussi quelque temps après, de l’Assemblée Régionale de Rodrigues (ARR), pour que Rodrigues ne tombe dans l’escarcelle de la France. Il est connu de tous que la France avait et a toujours des visées sur cette ile.

Ces mauvaises langues, que veulent-elles? Sont-elles en train de manipuler l’opinion publique contre l’Inde au profit des puissances occidentales ? Ou de quelconques investisseurs européens, associés à des grands capitalistes mauriciens, qui veulent cette ile pour en faire une destination touristique ? Après nos plages à Maurice, ces promoteurs touristiques veulent-ils accaparer nos iles?

Il faut savoir que lors d’une rencontre avec des journalistes mauriciens à New Delhi le 24 avril 2017, le secrétaire conjoint pour l’Indian Ocean Rim au ministère indien des Affaires étrangères, Sanjay Panday, avait évoqué le dossier Agaléga. La démarche de l’Inde, a-t-il dit, est d’aider Maurice pour la construction d’une jetée et d’une piste d’atterrissage à Agaléga dans le but d’améliorer la sécurité dans l’ile et de surveiller le vaste océan qui entoure Maurice.

Au fait, Agaléga a été pendant trop longtemps négligée en matière de développement socio-économique, particulièrement par rapport au développement infrastructurel. La jetée existante, longue de 60 mètres, a été construite en 1985. Elle se trouve dans un mauvais état et il est important de construire une nouvelle jetée, malgré les réparations effectuées en 1992, 2003 et 2013. Cette jetée est la seule facilité disponible pour l’embarquement et le débarquement des passagers. Les bateaux qui y viennent dont le M/V Mauritius Trochetia, doivent rester au large à environ 400 mètres de la jetée. Les conditions d’embarquement et de débarquement des passagers deviennent alors difficiles, particulièrement durant le mauvais temps. Un autre manquement à Agaléga concerne sa piste d’atterrissage qui demande une amélioration car actuellement seuls des petits avions tels que le Dornier peuvent y atterrir.

L’ile Maurice doit se réjouir que grâce aux bonnes relations qui existent entre nos deux pays, l’Inde a signé un “Memorandum of Understanding» dans le but de résoudre les problèmes infrastructurels que font face les Agaléens, au coût de 18 millions de dollars. Dans les détails, ce projet consiste en la construction d’une jetée pour l’amarrage des bateaux, la réhabilitation et la rénovation de la piste d’atterrissage des avions sur une distance maximale de 4000 pieds, la construction d’une aire de stationnement pour deux avions de type ATR 42 et d’une voie de circulation pour les avions, l’installation des facilités de production de l’électricité d’une capacité de 300 KWh et d’une station de dessalement d’eau d’une capacité de 60 tonnes/jour. Est aussi prévue : la construction d’une station pour le National Coast Guard. L’Inde finance ce projet sous forme de don, tout en mettant à la disposition de Maurice un personnel qualifié pour aider à sa réalisation.

C’est la première fois dans toute l’histoire de Maurice qu’une telle somme d’argent est investie dans le développement infrastructurel d’Agaléga et ce, pour le bien de ses 250 habitants et aussi pour celui de la souveraineté mauricienne.

Suttyhudeo Tengur

08 May 2017

Posted by on May 13 2017. Filed under Actualités, En Direct, Featured, Politique. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17


Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.