Premier gouvernement du quinquennat Macron : un cabinet de 22 membres respectant la parité



Le nouveau président français Emmanuel Macron a dévoilé mercredi son premier gouvernement, une équipe de rupture marquée par une stricte parité hommes-femmes et un panachage politique intégrant des personnalités de gauche, de droite, du centre et de la société civile.

  1. Macron voulait un casting en phase avec sa promesse de “renouvellement” politique et une équipe resserrée qui soit à la fois “et de droite et de gauche” en vue de la bataille décisive des législatives, les 11 et 18 juin. L’équipe, qui respecte la parité hommes-femmes, mêle juniors et seniors, poids-lourds politiques et nouveaux visages.

Le gouvernement piloté par le Premier ministre issu de la droite modérée, Edouard Philippe, 46 ans, respecte cet objectif avec des répartitions très pesées.
Il y a cinq ministres issus du centre et de la droite: trois centristes du Modem – François Bayrou (Justice), Sylvie Goulard (Armées) et Marielle de Sarnez (Affaires européennes) – et deux issus du parti de droite Les Républicains (LR): Bruno Le Maire (Economie) et Gérald Darmanin (Action et comptes publics).

 

Le chef de file des Républicains, François Baroin, “regrette à titre personnel” la nomination de ces deux personnalités, alors que la droite est déjà très déstabilisée par son élimination historique au premier tour de la présidentielle.

“Nouveau gouvernement mais pas gouvernement du renouveau. Cautions de gauche mais Matignon et Bercy à droite”, a tweeté le premier secrétaire du parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis.

 

Voici la composition du gouvernement du Premier ministre Edouard Philippe :

– M. Gérard Collomb, ministre d’État, ministre de l’Intérieur

– M. Nicolas Hulot, ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire

– M. François Bayrou, ministre d’État, Garde des Sceaux, ministre de la Justice

– Mme Sylvie Goulard, ministre des Armées

– M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères

– M. Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires

– Mme Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé

– Mme Françoise Nyssen, ministre de la Culture

– M. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie

– Mme Murielle Pénicaud, ministre du Travail

– M. Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale

– M. Jacques Mézard, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation

– M. Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des comptes publics

– Mme Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, et de l’Innovation

– Mme Annick Girardin, ministre des Outre-Mers

– Mme Laura Flessel, ministre des Sports

– Mme Élisabeth Borne, ministre auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique chargée des Transports

– Mme Marielle de Sarnez, ministre auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, chargée Affaires européennes

 

Sont nommés secrétaires d’État :

– M. Christophe Castaner, chargé des Relations avec le Parlement, Porte-parole gouvernement

– Mme Marlène Schiappa, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes

– Mme Sophie Cluzel, chargée des Personnes handicapées

– M. Mounir Mahjoubi, chargé du Numérique

 

Le gouvernement est donc strictement paritaire : 9 ministres hommes et 9 ministres femmes, ainsi que 2 secrétaires d’Etat masculins et deux autres féminins.

La présentation du cabinet avait été retardée de 24 heures, afin de vérifier la situation fiscale de chacun et l’absence de conflits d’intérêt, alors qu’Emmanuel Macron a fait de la “moralisation” de la vie politique une priorité dans un pays devenu défiant vis à vis de ses élus.

Le président de la République a réunit le Conseil des ministres le jeudi 18 mai 2017 à 11 heures.

Parmi ses premiers chantiers devrait figurer un projet de loi de moralisation de la vie publique, avec casier judiciaire vierge pour les candidats et “interdiction du népotisme pour les parlementaires”, référence claire au scandale qui a entraîné la défaite du conservateur François Fillon à la présidentielle, après des soupçons d’emplois fictifs au profit de sa famille. La patronne du Front National Marine Le Pen fait elle aussi l’objet d’une enquête pour des emplois présumés fictifs au parlement européen.

Posted by on May 17 2017. Filed under Featured, Monde. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.