Logement sociaux à Bassin, Quatre-Bornes…Gare aux préjugés !



 

Bravo au ministre Soodhun qui affirme que le projet ira bel et bien de l’avant…

Un groupe d’habitants de la région de Bassin, Quatre-Bornes, a logé une demande d’injonction en Cour suprême afin de faire barrage à un projet de construction de logements sociaux, initié par le gouvernement à travers la National Development Housing Co. Ltd (NHDC). Sous couvert de bonnes intentions, les protestataires invoquent le fait qu’ils ont demandé depuis des années que le gouvernement construise un terrain de foot et un centre de bien-être dans leur localité, mais leur demande est restée lettre morte.

Le groupe d’individus, qui bénéficie du soutien des députés de l’opposition, Alan Ganoo et Ezra Jhuboo, soutient également que la région est déjà engorgée, qu’elle n’est pas propice au développement de logements sociaux et que le gouvernement ne leur a jamais signifié son intention d’aller de l’avant avec ce projet. Ces habitants demandent donc au gouvernement d’intervenir afin de bloquer ce projet des autorités.

Par ailleurs, selon certaines informations qui ont circulé sur les réseaux sociaux et ailleurs, il semblerait que le principal grief de ce groupe d’habitants serait d’ordre purement communal.

Notre grand poète et écrivain Malcolm de Chazal n’a-t-il pas dit que ‘Maurice cultive la canne à sucre et les préjugés’ et c’est ce qui semble être la principale source de motivation des contestataires : les préjugés !

Oui, des préjugés contre les pauvres, des préjugés contre les habitants des cités, des préjugés contre les Rodriguais, des préjugés contre tout ce qui ne nous ressemble pas ;  des préjugés contre tous ceux que ne nous fréquentons pas ! Voilà ce qui motive certains jusqu’à aller porter une affaire devant la Cour suprême pour empêcher que le gouvernement aille de l’avant avec un projet aussi noble que la construction de logements pour les plus démunis de notre société.

Le jeune Premier ministre de la République, que nous avons eu depuis janvier dernier,  ne doit pas tolérer ce genre d’agissement. Il faut être intransigeant, car les raisons avancées par les protestataires ne tiennent pas la route. Les logements sociaux sont construits à travers le pays et au sein de toutes les agglomérations. L’Etat doit-il maintenant prendre la permission avec tout un chacun avant de pouvoir amorcer un développement quelconque surtout si celui-ci est dans l’intérêt de la population et ne met nullement en péril la santé de personne et ne représente aucun danger pour notre société.

Pointe-aux-Sables, Triolet, Dagotière, Bambous, Grand-Baie, Cottage, Rivière-Noire, Flacq… la liste est longue les villes et villages où le gouvernement a construit au fil des ans des logements sociaux destinés aux plus infortunés d’entre nous, justement dans une logique d’équilibre social. De quel droit certains pensent qu’ils peuvent mettre des bâtons dans les roues du gouvernement juste parce qu’ils ne veulent pas voir des gens pauvres à proximité de leur quartier huppé.

L’excuse est futile et nous savons ce qui a été dit dans certaines réunions privées à Bassin ces dernières semaines. Il est malheureux que des députés tels que le Président du Mouvement patriotique se rendent complice de ce genre de comportement, qui porte atteinte à notre tissu social. Alan Ganoo ne doit pas perdre de vue ceux qui lui ont accordé son soutien depuis 1982 au No.14 (Savanne/Rivière-Noire). Il le sait et nul besoin de le lui rappeler.

L’Etat ne peut être prisonnier de personne. Si l’Etat à quelque chose à faire, il ne peut être l’otage d’un groupe d’individus qui ont des pensées malveillantes basées sur des préjugés.

Terre Del Fuego

Posted by on Jul 11 2017. Filed under Actualités, Faits Divers, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.