Zoom sur la candidature de Nita Juddoo « Ici pas question de parler de deal papa-tifi… Cela s’applique uniquement aux Jugnauth»



A Maurice nous avons la fâcheuse tendance de ne pas retenir les leçons du passé. Malgré le fait que nous ayons vécu des expériences qui ont laissé un goût amer, les Mauriciens oublient vite et passe l’éponge pour encore et toujours répéter la même erreur. Nous aimons prendre des vessies pour des lanternes et même si l’adage dit que l’habit ne fait pas le moine, nous à Maurice, ‘nous continuer guet zozo par so plumage’.

Voila pourquoi certains politiciens arrivent à profiter de la situation et se font des vieux os sur les fauteuils de l’Assemblée nationale, deviennent indéboulonnable, et papi continue à faire de la résistance. Certes, cette situation bénéficie grandement de la complicité d’une section de la presse et c’est ce qui explique pourquoi 50 ans après notre indépendance, nous avons les mêmes têtes qui étaient là en 1968-69 qui animent encore et toujours le débat politique.

Lundi dernier, le parti politique de Paul Bérenger, a annoncé que c’est Nita Juddoo qui sera la candidate du Mouvement Militant Mauricien(MMM) pour la prochaine élection partielle au no.18 (Belle-Rose/Quatre-Bornes). Nita Juddoo était une parfaite inconnue jusqu’à tout récemment et grâce aux relais du MMM dans la presse dite indépendante, des informations la concernant ont fuité. Or, il était clair que depuis que Roshi Badhain a annoncé qu’il comptait démissionner, Paul Bérenger s’est arrangé pour imposer sa pouliche comme désormais la figure incontournable de son parti au grand dam de tous ces jeunes qui attendent comme des couillons depuis des années que le leader maximo veuille bien leur accorder un peu d’attention.

L’unique compétence qu’on reconnait à Nita Juddoo, si on peut appeler cela ainsi, c’est qu’elle est la fille de Ramduth Juddoo, ancien dirigeant, député et ministre du MMM dans les années 70-80. Il serait même un Premier ministre raté de 1983 à en croire certains comme Jean Claude de l’Estrac. Toutefois, ici le MMM, fidèle a son habitude, et aidé par ses sbires qui sévissent quotidiennement dans la presse soi disant indépendante, ne trouve rien à redire sur ce deal papa-tifi. Personne n’ose s’interroger sur les facteurs qui ont aidé NitaJuddoo a surclasser d’un seul coup tous ces militants qui travaillent avec acharnement sur le terrain en vue d’être un jour candidat à la députation. Même le grand Vijay Makhan, diplomate de carrière, qui possède un CV impressionnant, ainsi qu’un pedigree et un rayonnement extraordinaire tant sur le plan local, régional et international, a dû s’avouer vaincu et s’effacer sur la pointe des pieds. Mais ici, une fois de plus, pas question de parler de deal papa/tifi. Cela s’applique uniquement dans le cas de Pravind Jugnauth et de sir Anerood Jugnauth. Pour le MMM, tout va bien Madame la marquise…Circulez il n’y a rien à voir !

La démarche de Paul Bérenger n’a rien d’original, lui qui procède toujours par pur calcul électoral. Avec lui aujourd’hui, vous pouvez être le roi ou la reine du monde et demain matin, la presse vous traite plus qu’un moins que rien. Anil Baichoo, Rama Sithanen ou encore Pravind Jugnauth en savent quelque chose pour avoir été surnommé ‘d’intellectuellement limité’, ‘laké sat’ et ‘ti-crétin’ respectivement par Paul Bérenger une fois qu’ils sont devenus ses adversaires politiques. Or, ce qui s’applique pour les autres ne s’applique jamais pour Paul Bérenger et ses amis. Si Pravind Jugnauth peut-être qualifié de Premier ministre l’imposte parce que soi disant il aurait bénéficié des faveurs de son père pour être propulsé à la tête du pays, pas question que ce principe s’applique au MMM, à Nita Juddoo, Reza Uteem ou encore Joana Bérenger. Eux, ils sont compétents, pétillants et possèdent des qualités hors-normes. Toutefois, dès que vous tournez le dos au MMM ou à Paul Bérenger, vous vous transformez en monstre ou sorcière selon le cas.

Les Mauriciens devraient commencer à réfléchir et ne pas se laisser embrigader par les théories fumeuses de Paul Bérenger et consorts. En 2014 pour avoir encensé du jour au lendemain Navin Ramgoolam, qu’il avait critiqué pendant des années, Paul Bérenger a mené le MMM au bord du précipice. La descente aux enfers n’est pas loin…

Terra Del Fuego

Posted by on Jul 11 2017. Filed under Featured, Politique. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17


Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.