Liste de candidats…Rêve et mirage de l’opposition



 

Les années se suivent et se ressemblent pour le MMM et il semblerait que le Parti travailliste ait été frappé du même syndrome. « Les élections générales sont derrière la porte…et bla bla bla… bla bla bla». Qui n’a pas eu marre de ce disque rayé de Paul Bérenger qui, depuis une dizaine d’années et semaine après semaine, répète la même chanson pour tenter de garder son électorat.

Cette semaine dans une énième tentative d’amadouer les Mauriciens en vendant du rêve, les deux principaux partis de l’opposition ayant mordu la poussière ensemble lors des élections générales de décembre 2014, ont fait fuiter dans la presse deux articles en relation avec leurs listes de candidats soi-disant déjà prêts.

Un autre article a été pondu par Le Mauricien du mercredi 30 août dernier faisant croire qu’il y aurait un malaise au sein du gouvernement principalement au Mouvement Liberater et qu’une vague de démission pourrait survenir à tout moment en vue de précipiter l’organisation des élections générales anticipées à la place de l’élection partielle au No.18 (Belle-Rose/Quatre-Bornes).

Bien sûr, tout ceci n’est que fumigations, du mirage, des simagrées de l’opposition à un moment où le gouvernement, bien en scelle, ait donné le coup d’envoi de plusieurs projets de développement d’envergure qui changeront la face de notre pays pour les 50 prochaines années.

Les élections générales sont belles et bien prévues pour 2019, voire 2020 et ce n’est que les plus cons qui pensent qu’il en sera autrement. Mais dans ce cas qu’est-ce qui fait courir l’opposition pour se ridiculiser ainsi. Serait-ce un vent de panique qui souffle devant l’absence de réaction des Mauriciens à leurs sirènes ?

A en croire plusieurs sources, il semblerait que rien ne va plus au sein du MMM, du Parti travailliste et du PMSD ou plusieurs foyers de révolte couvent sous les cendres. Au MMM avec l’affaire Adil Ameer Meea, il va sans dire que le ver est dans le fruit. Très critique depuis la débâcle de 2014 et les défections qui ont suivies, le MMM est plus que jamais fragilisé. Paul Bérenger tente par tous les moyens d’attirer de nouveau les militants vers lui et son parti. Cette tâche demeure toutefois herculéenne parce que tous connaissent les capacités de contorsions du leader des mauves. Personne ne croit à sa parole quand il affirme que le MMM ira seul aux prochaines élections. On dit même dans certains milieux qu’il préférera s’effacer au profit de sa fille Johanna Bérenger pour accepter le poste de Président de la République ou même se retirer carrément de la politique active dans le seul but de faciliter une alliance avec le MSM. Paul Bérenger est prêt à tout pour ne pas avoir à subir une énième défaite électorale.

C’est pour cette raison que semaine après semaine et grâce à ses « chamchas » dans la presse,  il lance des ballons sondes dont lui seul a le secret. Mais tout ce cirque finit par lasser. On se rappellera que les listes de candidats fuités entre 2010 et 2014 ont fini dans les poubelles de River Walk, le temps de la concrétisation de l’alliance de la honte avec le Parti travailliste. Ce n’est que pour garder ses troupes en éveil, pour éviter que tout un chacun n’aille voir du côté du MSM, pour ne pas avoir à subir une démobilisation totale surtout en l’absence de proposition concrète et sérieuse, que Paul Bérenger adopte une telle stratégie.

Par ailleurs un rapide coup d’œil à la liste de candidats des mauves laisse voir que comme d’habitude le MMM ne fait que pratiquer ce qu’il dénonce chez les autres. Alors qu’ils crient au deal papa-piti dans le cas de Pravind Jugnauth, ils ne trouvent aucun mal à proposer Frédéric Curé et Johanna Berenger, respectivement gendre et fille du leader en tant que candidat, de même que Hurmila Routho, fille de l’ancien dirigeant Devanand Routho ou encore Nita Juddoo, fille de Ramduth Juddoo. C’est cela le MMM. SVP ne parlez surtout pas de dynastie. Cela ne s’applique qu’aux Jugnauth !

Du côté du Parti travailliste, la traversée du désert est encore plus dure. Ici encore les dinosaures ont la peau dure et ne veulent pas faire de la place. On nous annonce encore et toujours les candidatures de Patrick Assirvaden, Cader Sayed-Hossen, Lormus Bundhoo, Devanand Rittoo, Anil Baichoo et Navin Ramgoolam pour les prochaines élections générales, pour le renouvellement il faudra repasser.

Tous ont été battus à plate couture en 2014 et ils tentent de se refaire une santé bon gré mal gré. Toutefois la remontée se révèle très pénible. L’électorat ne veut plus en entendre parler et on se demande si Navin Ramgoolam n’a pas suivi les traces de Paul Bérenger en choisissant de fuiter quelques noms des ‘potentiels candidats’ juste pour contenir le feu dans la maison et veiller à ce qu’elle ne se propage.

Heureusement que, dans tout ce bazar, le MSM et son leader Pravind Jugnauth est solidement ancré et continue à gouverner dans l’intérêt de tous les Mauriciens. D’ailleurs, il affirme ne pas se laisser distraire par les faussetés et les palabres.

Deep Throat

Posted by on Sep 3 2017. Filed under Actualités, En Direct, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17


Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.