Transactions immobilières douteuses à la SBM…Le Senior Counsel, Me Ravind Chetty, présidera le comité disciplinaire



La State Bank of Mauritius achète deux portions de terrains de Kailash Ruhee et la famille Teng Hin Voon pour Rs 179.25 millions.

La SBM veut récupérer les Rs 100 millions de paiements excédentaires dans cette affaire

 C’est une transaction qui intrigue ? Quelle en est la nécessité pour la deuxième banque du pays ? Est-ce que toutes les personnes qui veulent vendre leurs terres peuvent approcher la State Bank of Mauritius aussi facilement ? Cette affaire mérite une enquête au plus haut niveau. C’est une affaire qui choque le gouvernement, qui n’arrive pas à comprendre pourquoi la State Bank of Mauritius a subitement eu besoin d’acheter 17A86 pour la somme faramineuse de Rs 179.25 millions.

Ces deux portions de terrains, située à Trianon, ont été vendues le même jour, soit le 26 décembre 1996 à Keerta Coomar Ruhee, plus connu comme Kailash Ruhee et Mr Hok Niaw Teng Hin Voon. Kailash Ruhee et quelques proches avaient acquis une portion de 6 arpents, soit 25324 mètres carrés pour la somme de Rs 2.45 millions, transcrit au bureau de l’enregistrement dans le livre 3524/10. Tandis que Mr Hok Niaw Teng Hin Voon s’est offert la portion de 5A86 pour Rs 2.3 millions transcrit au bureau de l’enregistrement dans le livre 3524/11.

Ces deux personnes se sont offertes un véritable jackpot en vendant leurs portions de terrains l’année dernière à la SBM Ltd. Kailash Ruhee a obtenu Rs 93 millions, voir le TV 201410/00083 en date du 29 septembre 2014, soit presque 45 fois la valeur de son investissement initial. Tandis que M. Jean Paul Hok Niaw Teng Hin Voon a obtenu Rs 86,25 millions, voir le TV 201408/000822 en date du 6 août 2014, soit presque 43 fois la valeur de son investissement initiale.

 Qui est Kailash Ruhee? Ancien ministre, il a été l’un des proches conseillers du Premier ministre sortant, le Dr Navin Ramgoolam. Il a même été le Chief of Staff du PMO et l’un des hommes les plus puissants en 2014, dénoncé par l’opposition comme l’un des potentats sévissant au bâtiment du Trésor. Les autres bénéficiaires de cette transaction sont Ashley Coomar Ruhee et Kertee Devi Ruhee, épouse de Luvee Toolsysingh Cheehkoree.

Nous ne connaissons pas les affinités politiques ou autres de Jean Mr Hok Niaw Teng Hin Voon. Il aurait trois enfants. Une fille : Kristel, qui est l’épouse de Louis Olivier Chan Yip Tong. De même que deux fils Kenny et Kelvin.

Nous n’avons rien contre cette transaction foncière. Toutefois, il existe plusieurs zones d’ombres. La SBM peut-elle nous expliquer qu’est-ce qui explique la nécessité d’acheter ce terrain ? Pourquoi l’avoir fait dans une année comme 2014 en pleine campagne électorale. Quelle a été la décision des représentants du bureau du Premier ministre d’alors qui siège sur le ‘board’ de la SBM ? Est-ce que la banque va acheter d’autres terrains si on les lui propose ? Est-ce monsieur ou madame « Tout-le monde » peut avoir ce traitement avec le SBM ?

 Le gouvernement doit voir plus clair dans cette transaction. La suspension quasi inédite de trois Top Managers d’une banque commerciale, en l’occurrence l’ex-Chief Executive Officer de la State Bank of Mauritius (SBM), Jairaj Sonoo, le Head of Accounting and Finance, Chandradev Appadoo, et le Head of Maintenance and Infrastructure, Kumar Dursun, continue à défrayer la chronique. Tandis que depuis qu’il a été remplacé à la présidence du ‘Board’ de la State Bank of Mauritius Ltd, Muni Krishna Reddy a préféré rester à l’étranger. Il va de soi qu’une convocation officielle lui sera adressée « at his last known address » au moins.

Me Ravind Chetty, Senior Counsel, présidera la commission d’enquête. De son côté, Me Chetty devra prendre connaissance de toute la documentation portée, dont la première évaluation formelle et signée d’un Surveyor, fixant le prix de Rs 6 millions l’arpent pour ce terrain à Phoenix, de même que ce que la nouvelle direction de la SBM présente comme des « évaluations bidon et non authentifiées » avec le prix de l’arpent gonflé à Rs 15 millions. Par ailleurs, à part des sanctions disciplinaires, le conseil d’administration, s’appuyant sur les dispositions du Companies Act et du Duty of Care des directeurs, veut à tout prix récupérer les quelque Rs 100 millions payées en excédent lors de ce deal foncier sur un terrain de 12 arpents à Phoenix, scellé le 6 août 2014.

Posted by on Oct 7 2017. Filed under Actualités, En Direct, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.