“Shakeel Mohamed is a very, very, very small member of the Labour Party”



La direction du Parti Travailliste n’a pas pris de gant pour se désolidariser des props de Shakeel Mohamed sur la venue de Shri Yogi Adityanath, le Chef ministre de l’Uttar Pradesh. Yatin Varma et Patrick Assirvaden ont infligé une volée de gifles magistrales au chef de file du Parti Travailliste. Ce qui était difficilement imaginable. Parce que Shakeel Mohamed est le «leader» des rouges au parlement. Cet évènement le force à revoir sa stratégie politique car il est devenu une quantité négligeable pour le PTr. Les membres du parti le maintiennent à son poste sous respiration politique artificielle en attendant qu’un hindou au profil idéal lui succède. Ce qui efface toute notion de parti nationale aux labourites.

Déjà à La Butte, il avait embarrassé singulièrement le Parti Travailliste avec ses prises de position au plus fort de la tension avec les habitants. Cette fois, il a commis l’impair diplomatique qu’il ne fallait surtout pas contre un élu du parlement indien qui, de surcroît, est le Chef ministre d’une région d’où sont issus les ancêtres de plusieurs de nos compatriotes.

Mais au-delà de ce que ce «very, very, very small member of the Labour Party» ait pu dire, Shakeel Mohamed a mis en lumière le manque de cohésion au sein de l’Opposition. Ceux-là même qui nous haranguent matin, midi et soir pour leur donner le pouvoir politique et économique doivent d’abord accorder leurs violons. Dans quel camp évolue Shakeel Mohamed au sein du Parti Travailliste. Qui représente les vrais et les faux travaillistes. On ne le sait pas puisque Shakeel Mohamed lui-même a démarré au MSM, tout comme plusieurs autres l’ont fait ailleurs également.

On ne connaît rien de ce projet de société. À Singapour, qui est loin d’être une démocratie, la population a fait le choix du développement, de la croissance et de la prospérité économique au lieu de la démagogie politique. A quoi doit s’attendre la population si jamais elle devait remettre les clés du pays entre les mains de cette Opposition ?

Nous voulons nous attarder cette semaine sur le cas du centenaire de l’école Maheshwarnath Govt School à Triolet. Pourquoi ces célébrations n’ont-elles pas eu lieu, il y a six ans, alors que l’école se trouve dans la circonscription du Premier ministre, le Dr Navin Ramgoolam ? Il a fallu que Pravind Jugnauth soit au pouvoir pour honorer cet établissement qui a produit tant de lauréats et de notables. Cela doit donner lieu à de sérieuses interrogations.

On a besoin d’une direction claire et non pas d’aventuriers qui, eux-mêmes, ne savent pas ce qu’ils doivent faire pour assurer leur survie. Dans un autre ordre d’idées, beaucoup nous proposent la vengeance comme plat principal d’un éventuel gouvernement de l’opposition actuelle. Si Singapour avait fait ce choix, il serait aujourd’hui tiers-mondiste et n’accueillerait aucun des 16 millions de touristes qui le visitent annuellement même avant l’entrée en opération de Changi 4 cette semaine.

Le pouvoir n’est pas un jeu. La politique c’est l’art et le moyen pour améliorer la vie de nos citoyens pas de nous mettre sur nos grands chevaux.

Un commandant à bord

Nous publions dans cette présente édition plusieurs activités du Premier ministre, Pravind Jugnauth. Nous aurons voulu parler de bien d’autres choses mais les palabres, les guéguerres, la politicaille ne sont pas notre tasse de thé. De plus, nous n’avons jamais appris que la démocratie exige de boycotter le pouvoir pour les contre-pouvoirs.

Nous ne voulons pas défendre Showkutally Soodhun mais que les images CCTV du Yu-Lounge aient pu atterrir dans une salle de rédaction à un moment où nous ambitionnons d’accueillir une clientèle de jet-setters doivent forcer les autorités à réfléchir si cela ne va pas tuer de plus grands projets que nous avons pour le tourisme et la destination mauricienne.

Aujourd’hui, face au marasme de l’Opposition, le choix est à la clarté. Il faut une vision pour l’avenir. Cette semaine, sur les chaînes satellitaires, on a pu voir le film Sully qui raconte le courage et la dextérité du commandant Chesley Sullenberger, qui avait dû, à bord du vol 1549 de l’US Airways, effectuer un amerrissage d’urgence sur le fleuve Hudson, face à Manhattan. Le vol a duré cinq minutes et huit secondes après son décollage. L’accident n’a fait aucune victime. Il y avait 155 personnes à bord. Simplement parce que le commandant Sully, comme on l’appelle affectueusement, avait pris la bonne décision.

Le contrôleur indique alors au pilote : «Vous pouvez atterrir sur la piste 1 à Teterboro». Le pilote toujours très calme : «Ici vol 1549, nous ne pouvons pas». Le contrôleur : «OK, quelle piste préférez-vous ?». Le pilote, plein de sang-froid : «Ici vol 1549, nous allons (bientôt) nous retrouver dans l’Hudson». Le contrôleur : «Excusez-moi, pouvez-vous répéter Cactus ?» Il n’y a pas de réponse et le contact radar est perdu quelques instants après. «Je crois qu’il (le pilote) a dit qu’il allait se poser dans l’Hudson», lui répond alors un autre contrôleur.

Qu’est-ce qui a permis au pilote Chesley Sullenberger de réussir le spectaculaire amerrissage d’urgence de son Airbus A320 le 15 janvier 2009 dans l’Hudson, à deux pas des tours de Manhattan ? Son impressionnant calme. C’est ce que révèle l’enregistrement de la communication avec les contrôleurs aériens, rendu public par les autorités américaines.

Semaine après semaine, malgré les hauts et malgré les bas, peu importe les difficultés, Pravind Jugnauth démontre de quel métal il est fait. Son impressionnant calme est sa force de caractère. À nous de comprendre avec toute la lucidité du monde.

Messe au No18

La grande messe du No18 aura donc lieu. L’Opposition s’est laissée piéger et doit boire la coupe jusqu’à la lie. Certains seront hors concours le 17 décembre. D’autres connaîtront plusieurs séquelles. Tous ont raté leur cible: le gouvernement.

Nous aviserons en temps et lieu.

Jimmy Jean-Louis

CEO

LE XOURNAL

 

 

Posted by on Nov 4 2017. Filed under Actualités, En Direct, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.