Touristes : Le bon filon des arnaqueurs



Rs 50 000 pour deux écharpes, Rs 1 500 pour une glace, Rs 8 000 pour un mehendi, Rs 1 200 pour un short non griffé… des prix qui vous feront sans doute grincer des dents. Mais, ces arnaqueurs, eux, n’hésitent pas à les réclamer aux touristes quitte à entacher la réputation de notre île.

Comme partout ailleurs, les escrocs, à Maurice, rivalisent d’ingéniosité pour plumer leurs victimes. Ils profitent souvent de l’incrédulité des touristes pour les arnaquer. Ces cas arrivent souvent sur nos plages ou encore au marché central ou dans les foires. Ces commerçants sans vergogne n’hésitent pas à réclamer des prix exorbitants aux clients qui ont eu le coup de foudre pour un paréo ou encore un T-Shirt… Tout récemment, il y a eu le cas de cette ressortissante sud-africaine.

Rs 50 000. c’est la somme que cette touriste a payé pour deux écharpes, deux robes, trois polo-shirts, une robe et trois T-shirts, achetés dans une boutique à Arsenal. Réalisant qu’elle s’est faite arnaquer, elle a porté plainte à la police et réclamé un remboursement. En vain. Car des affiches placardées dans le magasin indiquent que les retours et autres remboursements ne sont pas acceptés.

En 2013, c’est le prix d’une glace qui avait défrayé la chronique. Un marchand avait réclamé Rs 1500 à un touriste pour une glace. Malheureusement, il n’est pas la seule victime de ce type d’arnaque. On se souvient aussi du cas de ces deux Français qui avaient déboursé Rs 2 000 pour cinq sachets d’épices, qui valent dix fois moins chers.

Or, souvent la police ne peut pas prendre des sanctions dans les cas où les touristes sont arnaqués. Par exemple, concernant l’affaire de la glace à Rs 1500, on indique que la loi ne régit pas le prix de ce produit. Certains n’hésitent pas non plus à affirmer que ce sont en particulier des marchands de glaces qui opèrent sans permis qui profitent de la crédulité des clients.

Autre point qui explique l’impuissance de la police à agir, il n’y a pas de plainte formelle faite contre les escrocs. Parfois c’est parce que les touristes évitent les ennuis. Ils sont là pour profiter de leurs vacances.

Nonobstant, dans certaines circonstances les touristes arrivent à se faire rembourser. Comme cela a été le cas de cette touriste française. Celle-ci avait déboursé Rs 8 000 déboursées, pour se faire tatouer au mehendi. Apprenant qu’elle a été escroqué, la touriste a dû solliciter l’aide de la police du marché et de l’environnement pour se faire rembourser. Le commerçant a alors accepté de lui rendre Rs 5 000.

Puis, il y a eu le cas de ces touristes français. Ils avaient déboursé Rs 12 000 pour six T-shirts et encore Rs 12 000 pour du thé, de la vanille et quelques épices… De plus, ils se sont laissés avoir car le commerçant  leur avait fait croire qu’il s’agissait de T-shirts aux vertus médicales. Après le T-Shirt, ils se sont rendus dans un autre étal, qui propose des épices telles que du girofle, de la cannelle ou encore de la cardamome. Les Français ont opté pour un petit paquet de thé, un sachet de vanille, du safran ainsi qu’un paquet de poudre de curry. Le commerçant leur a réclamé Rs 12 000 pour ces achats, ce qui indiquerait que le prix de chaque produit coûterait autour de Rs 3000. Ce n’est que bien après que les touristes se sont aperçus de la supercherie. Ils sont allés au poste de police du marché et ont demandé à être accompagnés par des officiers de police afin de pouvoir récupérer leur argent.

Et, dans ce cas présent, la chance était de leur côté car, ils ont pu  récupéré leur argent auprès de deux opérateurs. Or, ils n’ont pas porté plainte. Aucune sanction n’a donc été prise contre ces marchands.

Posted by on Nov 4 2017. Filed under Featured, Opinion. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.