Journée mondiale de la lutte contre le sida…Un nouveau protocole de traitement en passe d’être validé



En ce 1er décembre 2017, le monde célèbre la Journée mondiale de la lutte contre le VIH/Sida. « Ma Santé, mes droits » est le thème décrété cette année par l’ONUSIDA/ l’Organisation mondiale de la santé (OMS). À Maurice, il est estimé qu’environ 5 640 personnes vivaient avec le virus à juin 2017, dont trois fois plus d’hommes que de femmes. Toutefois, un peu plus de 700 personnes infectées ne suivent aucun traitement selon le ministère de la Santé et de la Qualité de la vie.

 D’après le Dr Mungala Devi Soyjaudah, de l’AIDS Unit du ministère de la Santé et de la Qualité de la vie, « le ministère peine à retracer ces 700 personnes vivant avec le VIH pour les convaincre de se faire soigner car elles bougent constamment. Ces gens sont dans le déni ou craignent la stigmatisation ».

Le nombre de bénéficiaires d’un traitement antirétroviral s’élève à 3 500 et les autorités estiment que 77% d’entre aux adhèrent à leur traitement. La moyenne des nouveaux cas recensés est passée d’un pic de 921 en 2005 à 26, à ce jour, grâce aux programmes de substitution à la méthadone et d’échange de seringues. Le virus se transmet plutôt parmi les usagers de drogues injectables, voire dans 65,2% des cas. Apart les adultes, environ 43 enfants sont porteurs du virus car ils ont été contaminés par leur maman pendant la grossesse.

À Maurice, les soins sont gratuits. L’objectif de l’État, précise le Dr Soyjaudah, est de donner l’opportunité aux personnes vivant avec le VIH/Sida d’avoir une certaine qualité de vie, ainsi qu’une communauté de charge virale indétectable. Cela, en ligne avec les objectifs de l’ONUSIDA qui veut arriver à une situation, en 2020, où : 90% des personnes vivant avec le virus connaissent leur statut sérologique ; 90% des personnes infectées reçoivent un traitement antirétroviral et ; 90% de personnes recevant un traitement antirétroviral ont une charge virale durablement supprimée.

Depuis août 2017,  précise le Dr Soyjaudah, le ministère de la Santé et de la Qualité de la vie a adopté une nouvelle recommandation de l’OMS. Dès qu’une personne est testée positive au virus, elle est immédiatement mise sous trithérapie. Cette mesure, selon l’OMS, permet au porteur du virus de jouir d’une meilleure santé et d’améliorer son espérance de vie. « De plus, un nouveau protocole de traitement sera validé bientôt. Et, le ministère de la Santé offrira sous peu de nouveaux médicaments aux personnes atteintes du virus. Ils sont plus efficaces et comportent moins d’effets secondaires. Maurice sera le premier pays dans la région de l’océan Indien à proposer ce nouveau protocole de traitement », annonce le Dr Soyjaudah.  

 À Maurice, de 1987 à juin 2017, 1 225 personnes atteintes du virus sont décédées. Parmi, 11 enfants. Dans le monde, le VIH a fait plus de 35 millions de morts à ce jour. Rien qu’en 2016, un million de personnes sont décédées d’une ou de plusieurs causes liées au virus. À la fin de 2016, 36,7 millions de personnes vivaient avec le VIH, dont 1,8 million de nouvelles infections. La Région africaine de l’OMS est la plus touchée avec 25,6 millions de personnes vivant avec le VIH en 2016 et près de deux-tiers des nouvelles infections.

Sur le plan mondial, entre 2000 et 2016, le nombre de nouvelles infections a chuté de 39% et celui des décès liés au VIH a baissé d’un tiers. Sur la même période, on estime que 13,1 millions de vies ont été sauvées grâce au traitement antirétroviral. À 2016, 19,5 millions d’individus porteurs du VIH recevaient un traitement antirétroviral à vie. « Ce succès résulte des efforts considérables consentis par les programmes nationaux de lutte contre le VIH, avec l’appui de la société civile et de divers partenaires au développement », explique le Dr Laurent Musango, représentant de l’OMS à Maurice.

Quant à l’ONG Prévention Information et Lutte contre le Sida (PILS), elle évoque « un manque d’engagement de certains partenaires » dans la lutte contre le sida. Ce qui est un « obstacle », selon elle, à l’approche multisectorielle indispensable à une telle cause. Elle soutient aussi que certaines « politiques et lois, comme celle sur la sodomie, n’aident pas à ce combat ». Enfin, elle plaide en faveur d’une meilleure prise en charge médicale des personnes vivant avec le VIH et des actions visant à encourager les Mauriciens à se faire dépister.

Le Dr Laurent Musango souligne que : « L’OMS défend l’accès aux droits des personnes ayant besoin des services de soins et à des produits sûrs, efficaces, de qualité et abordables, qu’il s’agisse de médicaments, de produits de diagnostic ou d’autres produits de santé, tout en s’assurant qu’elles sont protégées contre les risques financiers ». Il indique que l’OMS va insister sur l’importance d’atteindre l’objectif de la couverture sanitaire universelle au bénéfice des 36,7 millions de personnes vivant avec le VIH, ainsi que de l’ensemble des personnes vulnérables et touchées par l’épidémie.


Posted by on Dec 1 2017. Filed under Featured, Santé. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.