Fruits et légumes…Les conditions climatiques risquent de corser l’addition



  • Le letchi pourrait atteindre jusqu’à Rs 400 le kilo
  • Pas pitié pour les marchands malhonnêtes

 A l’approche des périodes festives, les fruits et légumes sont très prisés sur le marché.  Si certaines de ces commodités ont chuté cependant d’autres ont toujours la côte et continuent à prendre l’ascenseur notamment les letchis et melon d’eau. Que devrions-nous attendre pour cette fin de 2017 surtout pendant une période où les pluies se font rares ?  

 En 2017, les Mauriciens ont manifesté un regain d’appétit pour les fruits et légumes. Avec l’été et les fêtes de fin d’année, la tentation est forte de succomber aux letchis, melon d’eau ou autres concombres et poivrons. Des fruits et légumes commercialisés lors de « campagnes » plus ou moins longues, au cours desquelles les prix font parfois le yo-yo. Plusieurs facteurs y contribuent à cet effet de domino principalement la condition climatique.

Pour Vikash Rampall planteur de laitue, la consommation de ce produit pendant la période de fête est triplée mais actuellement la terre est aride due à un manque de pluie. ‘’ Li ti bon nou gagne inper bon la pluie sinon consommateur pou souffert. Déjà zotte p paye ene  kilo letchis Rs 250 ou Rs300 .  Lotte cote dimoune pou mange salade plein plein. Ene laitue pou capav vine juska so Rs 25 et Rs30 ’’ souligne-t-il.

Diverses plantations sont affectées par le manque de pluie actuellement. Ainsi, une augmentation des prix des légumes a été constatée, notamment la pomme amour qui se vend à Rs 40 le demi-kilo contre Rs 20 il y a trois semaines, le chou-fleur Rs 40 unité, le haricot sans fil à Rs 30 le demi-kilo  .
‘’Le prix des fruits et légumes est fixé par cette loi d’offre et de demande’’

Chaque produit connaît des variations plus ou moins grandes mais, de manière générale, « en début de campagne, le prix est élevé, puis il baisse et se stabilise au fur et à mesure que l’offre se développe », explique Vivek Darsan encanteur .

Lequel ajoute que « le prix des fruits et légumes n’est pas fixé par l’administration mais par cette loi d’offre et de demande. Ce sont des produits très météo sensibles en termes de prix ». Ce qui explique le pic tarifaire que connaissent les fruits à l’arrivée des beaux jours. Ce ne sont toutefois pas les seuls facteurs qui expliquent ces variations : le niveau de production et  ou les éventuelles crises sanitaires.

Cependant, il est difficile pour les planteurs de travailler avec une terre aride. “Comme il ne pleut pas, les planteurs trouvent qu’il est difficile de travailler sous le soleil et avec de surcroît une terre sèche”, précise  Vikash Rampall. Ce dernier précise  que les Mauriciens ne doivent pas s’inquiéter. La quantité de légumes produite ne va pas diminuer à cause de la sécheresse mais si la situation de sècheresse persiste les consommateurs seront les premiers à être affectée.

La pomme d’amour tient toujours sa côte  

Au marché de Vacoas , plusieurs légumes sont toujours présentes sur les étals, mais à un prix fort. Hormis la bringelle, qui se vend à Rs 10 le demi-kilo, le prix de la calebasse a déjà atteint les Rs 30 l’unité . Le giraumon, lui, est stable à Rs 15 depuis quelques semaines alors que celui du lalo est à Rs 80 ou plus, et celui du voëme a atteint les Rs 40.  Le prix de la pomme d’amour, qui frôlait la barre des Rs 40 le demi-kilo il y a quelques temps, est passé à Rs 65 et même à Rs 75 le demi-kilo dans certains cas. La carotte est passée à Rs 15 le demi-kilo, le concombre à moins de Rs 20 l’unité. Le petit piment, se vendent dans la fourchette de Rs 50 à Rs 80 le demi-kilo alors que le  le gros piment et piment curry sont vendus  quant à eux de Rs 35 et  à Rs 30 le demi-kilo.
Selon Vivek Darsan le prix est jugé abordable car il faut prendre en considération plusieurs facteurs, notamment le coût de la production et de la main-d’œuvre.’’

Le letchi à Rs 400 le kilo dans quelques semaines

Pour les amoureux de letchi , les semaines à venir risque de leur déplaire car la production des letchis a chuté par plus de 35 %  nous fait remarquer Navin Bisson  un planteur de letchis . ‘’ Letchis tigit net sa l’annee la . Pa reste grande chose . Prix la pou augmenter. La li p vende Rs 250  le kilo , li pou passe a Rs 350 – Rs 400 dans certains cas .‘’ précise Navin Bisson. Par contre certains produits ont entrainé une baisse conséquente de leur prix, l’ananas qui se vendait à Rs 70 pièce a chuté de 35 Rs. Leger chute chez la famille des melons d’eau passant de Rs 120 à 90 unité. Les mangues eux sont toujours disponible en abondance sur le marché et leur prix est reste stable de 10 à 25 Rs l’unité. Par contre le concombre risque de prend l’ascenseur dans les semaines à venir  ‘’ La secheresse pe fatigue sa bane produits et li bien difficile pou gagne la quantité pou noel ou l’annee . Et quand pou ena marque,  prix cocombre  pou augmenter par 25 à 30 %. Tou sa ki appel brede ou salade , banne prix la pou monter ‘’ précise pour sa part Vikash  Rampall

Quant aux fruits importés environ 30% de l’offre tous circuits confondus, plus « contractualisés », sont ainsi de manière générale moins sensible aux variations de prix sur l’année. Des variations qui ne devraient pas empêcher le consommateur, cet été encore, de se faire plaisir.

Pas pitié pour les marchands malhonnêtes

La Market Traders Association a fait une demande pour des présences plus permanentes de la force policière  aux abords du marché de Port-Louis. Cette requête est  faite à la suite d’une série d’agression des touristes ces derniers temps dans le quartier. Il y a de gros problèmes de craintes de sécurité, surtout au niveau de la Rue Farquhar avec la présence de certains drogués et des marchands de mauvaise foi qui arnaquent les touristes en augmentant leur prix de  certaines commodités . ‘’ Semaine dernier zotte in faire ene touriste paye Rs 600 kilos letchis. Li pas correct du tout. Touriste pou nepli vine dans Maurice kan zotte pou conner ki kalite mardaye derouler ici dans bazar’’ s’insurge Iqbal , marchand de fruits

 

Du côté des autorités  le mot d’ordre est lancé : Pas pitié pour les maraîchers malhonnêtes    , les autorités comptent sévir sévèrement contre certains d’entre eux qui pratique une concurrence déloyale et  veilleront à  ce que tous les prix des différents fruits et légumes soient affichés.

Posted by on Dec 6 2017. Filed under Economie, Featured. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Leave a Reply


Air Mauritius - Financial Results for the 3rd Quarter of financial year 2016-17



Search Archive

Search by Date
Search by Category
Search with Google

Photo Gallery

Copyright © 2011-2016 Minority Voice. All rights reserved.